Les 75 ans du Magasin Latulippe: la troisième génération écrit la page d'histoire

François et Louis Latulippe dirigent le Magasin Latulippe... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

François et Louis Latulippe dirigent le Magasin Latulippe depuis que leur père, Richard Latulippe, alors âgé de 59 ans, leur a vendu en 2004.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) En 75 ans, des milliers de clients ont fait sonner les caisses enregistreuses des différents commerces de la famille Latulippe, rue Saint-Vallier, dans Saint-Sauveur.

Aujourd'hui, commerce phare des activités de plein air, de la chasse et de la pêche, l'entreprise était à l'origine une friperie fondée par Marcel et sa femme Lucienne, elle qui verra du haut de ses 

98 ans s'écrire une nouvelle page de l'histoire familiale.

Le 3 mars, la troisième génération des Latulippe, François et Louis, célébrera cet anniversaire particulier dans un commerce de détail et un créneau de marché où les deux fils de Richard continuent de rivaliser d'audace face à l'avenir et à la concurrence. Un deuxième commerce verra le jour au Carrefour Saint-Romuald au printemps dans cette année charnière.

«On raconte dans le monde des affaires que la troisième génération défait ce que la première a mis en place», lance François, qui veut fait mentir cet adage. Depuis que son père Richard a repris les affaires de la famille, la pêche, la chasse, les sports de plein air et les vêtements ont été à l'avant-scène. Les surplus de l'armée et tout le commerce de l'usagé ont cédé le pas au neuf dans les années 70. La recette est toujours d'actualité.

Le commerce a d'ailleurs fait peau neuve en 2009 avec un agrandissement et des rénovations importantes, alors que les deux frères avaient pris les rênes de l'entreprise depuis 2001. Il n'y a plus à l'avant la grande caisse surélevée où le client venait régler ses achats avec le vendeur pendant que le commis vérifiait la facture avant de rendre la monnaie. Le principe existe encore ailleurs dans le magasin, mais le modernisme a pris le dessus.

«Les travaux étaient planifiés depuis quelques années», précise Louis lorsqu'on lui demande si l'arrivée de SAIL et des grandes surfaces a nui à leur commerce. «Notre chiffre d'affaires n'a pas diminué», mais il fallait rajeunir l'image du magasin en continuant de miser sur «les meilleurs produits, les meilleurs prix... et le service qui a fait notre renommée», insiste-t-il.

Le transfert

Avant même de penser à céder ses parts à ses fils, Richard Latulippe les a fait travailler dans tous les rayons, tout en ayant une exigence : Louis et François devraient faire des études pour se préparer à prendre le relais.

«Nous avons tout fait dans le magasin», se souviennent les deux frères. «Nous avons passé le balai, manutentionné les paquets dans l'entrepôt, apposé des étiquettes de prix, fait de la vente sur le plancher.»

Le transfert de responsabilité ne s'est pas effectué d'un coup. Tout cela s'est passé en douceur, sur le long terme pour apprendre non seulement les rouages du métier, mais l'esprit de famille, de la grande famille englobant tout le personnel. Et les clients aussi.

«Nous connaissons tout le monde, et tout le monde nous connaît. C'est plus qu'une simple histoire de gestion, c'est la relation avec les employés qui compte», continue Louis.

Y aura-t-il une quatrième génération de Latulippe pour prendre la relève? 

«Nous ne le savons pas encore», disent les deux pères de famille, même si les enfants de François demandent de venir travailler au magasin. «Ça serait bien que l'entreprise demeure dans la famille», poursuit Louis. «Mais nous aurons des exigences», continuent-ils d'une même voix. «Ça ne sera pas une transition pour une transition, les enfants devront montrer leurs compétences.»

Pour eux, le succès des 75 ans repose sur l'expérience des clients, des clients qui sont demeurés fidèles au fil des ans.

La famille s'agrandit

L'ouverture du nouveau Magasin Latulippe au Carrefour Saint-Romuald a été analysée sous toutes les coutures par les deux frères Louis et François Latulippe. Une étude de marché, des finances de l'entreprise, une bonne dose d'audace et un soupçon de rêve bien éveillé pour les deux hommes d'affaires de 41 et 44 ans.

«Il y a toute l'analyse scientifique pour la prise de risque», précise Louis, le plus jeune frère qui possède un MBA et s'affaire à l'administration de l'entreprise. «Et à notre âge, on ne peut pas s'empêcher de rêver d'expansion, en sachant qu'il devra y avoir des ajustements», poursuit l'aîné qui a une formation en administration et qui s'occupe des relations humaines comme du marketing.

Et comme le disent tous les mentors dans le commerce de détail, l'emplacement peut faire la différence. Le nouveau commerce, dans un espace locatif, sera à la tête des ponts, à la jonction de l'autoroute 20 et de la 73. Avec une vue pour couvrir toute la Rive-Sud, de Rivière-du-Loup jusqu'à Nicolet sans oublier d'avoir un oeil sur toute la Chaudière-Appalaches, Thetford Mines et Victoriaville, lance les deux hommes.

«Nous pouvons compter sur une clientèle étendue et fidèle», disent-ils quasiment en choeur. L'entreprise a absorbé les effets de l'agrandissement des 2009 et ils estiment avoir les reins assez solides pour cette expansion.

Une partie du personnel de la rue Saint-Vallier ira de l'autre côté du fleuve, tandis que les nouveaux seront répartis dans les deux commerces, question que tout le monde puisse s'appuyer sur du personnel expérimenté.

«Le recrutement se passe bien, lance François. Nous avons déniché du personnel de qualité.» Et les deux frères peuvent compter sur des gens qui sont dans l'entreprise familiale depuis 20, 25 ans et même quelques-uns qui dépassent les 40 ans de service.

L'entreprise familiale, ce n'est pas seulement les Latulippe, dira François, c'est tout le personnel qui forme une famille, et même les clients, ajoute-t-il en se remémorant ceux et celles qui sont passés pour offrir leurs condoléances à la suite du décès de Richard l'an dernier.

En tout, la nouvelle équipe comptera quelque 225 employés lors que les portes du nouveau commerce s'ouvriront quelque part au mois de mai. 

Grâce à une augmentation de salaire refusée

Marcel Latulippe était musicien. Il jouait de l'accordéon dans les alentours du Château Frontenac pour arrondir la paye de la semaine. En même temps, il travaillait dans la boutique de son frère.

Un jour, il demande une augmentation de salaire à son frère, mais celui-ci refuse. Il l'avise qu'il créera son propre commerce.

C'est ainsi qu'est née La Robe de Québec, le 3 mars 1940, un commerce de vêtements usagés. 

«Ma grand-mère Lucienne lavait, réparait et repassait les vêtements avant que mon grand-père puisse les vendre dans le petit commerce au rez-de-chaussée de la maison sur Saint-Vallier, en diagonale avec le magasin actuel», raconte François Latulippe.

On peut lire dans l'historique du magasin que «les robes se vendaient 59 ¢ à une époque où les gens gagnaient 35 ¢ de l'heure». 

Des dates importantes

1940 : ouverture du premier commerce La Robe de Québec

1941 : Nouveau local et changement de nom du commerce pour Magasin d'occasions générales

1945 : Nouveau nom : Latulippe Surplus de guerre

1970 : Les articles d'occasion disparaissent du commerce depuis quelques années pour faire place aux articles de pêche, de chasse, de camping et de sports de plein air.

1979 : le commerce prend le nom qu'il porte encore aujourd'hui : Magasin Latulippe.

1990 : en plus de la vente au détail, Latulippe crée deux nouvelles divisions : une industrielle de vêtements et d'articles de sécurité, et le Négociant chasse et pêche Dupont pour la distribution dans l'Est-du-Québec.

2004 : le fils du fondateur, Richard Latulippe, âgé de 59 ans, vend l'entreprise à ses deux fils, Louis et François. Richard meurt en avril 2014.

2009 : rénovation et agrandissement du magasin de la rue Saint-Vallier

2015 : un nouveau magasin ouvrira ses portes sur la Rive-Sud de Québec en mai

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer