André Laurin (1926-2014): un grand défenseur des consommateurs s'éteint

André Laurin est décédé en après-midi mardi, à... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

André Laurin est décédé en après-midi mardi, à l'âge de 88 ans, après une courte hospitalisation à San Juan, Porto-Rico.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Le Québec perd un homme d'une grande valeur. Un homme d'exception, qui a consacré sa vie à la défense des consommateurs», affirme Jacques Nalis en parlant de son ami André Laurin, décédé en après-midi mardi, à l'âge de 88 ans, après une courte hospitalisation à San Juan, Porto-Rico, alors qu'il était en croisière dans cette région.

Citoyen de Québec, M. Laurin a été le pionnier du système de défense des droits des consommateurs. En 1962, il a mis sur pied un premier service d'aide juridique qui deviendra l'Aide juridique en 1973.

N'eût été la tuberculose, M. Laurin aurait été hautboïste à l'Orcherstre symphonique de Québec, où il a oeuvré sous Wilfrid Pelletier à sa sortie du conservatoire en 1952, racontait-il au Soleil en 2010, lorsqu'il a été nommé lauréat de la semaine le 21 février. La création de la Caisse d'économie solidaire de Québec est, disait-il à ce moment, sa plus grande réussite. «On m'a traité de fou au début, parce qu'on était hors-norme.»

Ainsi, au lieu de consacrer sa vie à la musique, il a choisi d'aider les travailleurs et les moins nantis à prendre le contrôle de leur situation financière. C'est ainsi qu'il fut à l'origine des ACEF (associations coopératives d'économie familiale), qu'il s'est engagé dans diverses causes qui ont permis la création des caisses d'économie, de l'assurance automobile, de la Caisse d'économie solidaire de Québec.

«C'était un homme formidable, d'une grande culture et capable de faire la part des choses malgré ses convictions profondes, poursuit Jacques Nalis. Tous les Québécois ont en quelque sorte une dette envers lui, car il a oeuvré constamment pour le bien de la population.»

Sur le site de l'Office de la protection du consommateur, qui lui a remis le premier Prix annuel de la protection du consommateur, on écrit qu'il était animé par les valeurs fondamentales de justice, de partage des richesses collectives et d'entraide.

«Dès ses débuts, à la Confédération des syndicats nationaux, M. Laurin s'est intéressé particulièrement à l'endettement des travailleurs, à titre de responsable d'un service budgétaire familial. En quelques années seulement, il a réussi à libérer des centaines de familles ouvrières de l'emprise des compagnies de prêts. Il a participé à plus de 200 procès contre ces compagnies. Il a présenté des preuves irréfutables qui ont mis en relief l'illégalité des contrats de vente à tempérament et des taux d'intérêt exigés des consommateurs québécois.»

Le gouvernement du Québec avait reconnu sa contribution exceptionnelle à la société en lui accordant le Prix de la justice 2009. Et en 2012, il a été fait chevalier de l'Ordre national du Québec.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer