Expansion de Simons: fine stratégie, analyse un expert

Le magasin d'Ottawa, qui ouvrira en août 2016,... (Image fournie par Simons)

Agrandir

Le magasin d'Ottawa, qui ouvrira en août 2016, fera partie du centre commercial Rideau Centre, situé au centre-ville.

Image fournie par Simons

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Simons a une personnalité, une bonne réputation, a su fidéliser sa clientèle et n'avait pas le choix de faire ce qu'elle fait.

À Vancouver, Simons ouvrira en octobre 2015 son... (Image fournie par Simons) - image 1.0

Agrandir

À Vancouver, Simons ouvrira en octobre 2015 son magasin dans le centre commercial Park Royal, situé dans le quartier West Vancouver.

Image fournie par Simons

Voilà en résumé ce que pense Yan Cimon du plan d'expansion de la Maison Simons, qui ouvrira cinq magasins à travers le Canada d'ici 2017. Pour le professeur agrégé de stratégie à la Faculté des sciences de l'administration de l'Université Laval, grossir signifie se donner des outils pour demeurer concurrentiel. Ce qui n'est pas négligeable dans une industrie où il y a énormément de pression.

Mais Simons fait les choses à sa manière. Le professeur compare au détaillant de luxe Holt Renfrew qui «semble avoir choisi d'affronter la concurrence américaine qui s'en vient de plein front», en fermant ses petites succursales au profit de plus grands magasins.

Dans le cas de Simons, il analyse que la stratégie n'est pas défensive, mais pro-active et reste cohérente avec celle utilisée dans le passé. «Pensez à l'implantation de Simons en dehors de Québec qui s'est faite non pas contre d'autres détaillants, mais pour ajouter à l'offre déjà sur un marché géographique donné.»

«Se différencier»

Il s'agit pour lui de la clé du succès : «Simons a toujours su se différencier de ses concurrents.»

Il compare d'ailleurs à Jacob ou à Smart Set qui ferment leurs portes. Des bannières mode «moins bien définies, moins bien spécialisées».

Simons va très bien, selon lui, parce que la chaîne a un souci constant du service à la clientèle. Parce qu'elle a su bien utiliser et gérer sa marque privée. Parce que ses magasins sont agréables. «Simons a investi au cours des ans dans l'entretien et la rénovation, contrairement à des chaînes concurrentes plus conservatrices.»

Le spécialiste qui suit les sites de consommateurs et les forums en ligne ajoute avoir lu très peu d'insatisfaction envers Simons. «Ils ont un très bon nom, une très bonne marque dans l'industrie et ça vaut de l'or.»

L'expert salue aussi les choix de localisation pour les nouveaux magasins. Calgary, Vancouver, sont des marchés très porteurs, où le revenu personnel disponible des clients potentiels est intéressant. Quant au choix de Mississauga dans la région de Toronto, il ressemble à certains marchés de banlieue québécois où Simons est déjà, comme la Rive-Nord de Montréal. «Mississauga, c'est un bon endroit où consolider sa présence, sans supporter tous les coûts associés à une expansion au centre-ville. En faisant ce que Simons fait comme elle le fait, la chaîne se donne les moyens de jouer dans la cour des grands tout en contrôlant ses coûts et son offre.»

Équilibre à trouver

Trouver l'équilibre entre le commerce en ligne et en magasin est enfin essentiel, convient M. Cimon. Simons prévoit d'importants changements technologiques pour le printemps. «Si l'exécution se fait avec le même souci qu'ailleurs, ils mettent les chances de leur côté.» Le professeur souligne qu'on n'a pas beaucoup de chance de faire une bonne impression en ligne, donc il faut bien le faire du premier coup.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer