Les éoliennes peu efficaces lors des vagues de froid prolongées

En général, les éoliennes excellent l'hiver en raison... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

En général, les éoliennes excellent l'hiver en raison de vents souvent plus forts qu'en période estivale.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Énergies vertes

Environnement

Énergies vertes

Découvrez des sources d'énergies vertes. »

Samuel Auger
Le Soleil

(Québec) Les éoliennes du Québec donnent un précieux coup de pouce à Hydro-Québec lorsque le mercure frôle des records sous zéro... mais deviennent très peu efficaces lors des vagues de froid prolongées, comme celle que vient de vivre le Québec.

Le parc éolien de la province a des vertus écologiques indéniables, mais il doit aussi soutenir le réseau principal d'Hydro-Québec lorsque celui-ci croule sous la pression. Or, les éoliennes ont failli à la tâche ces derniers jours. Hydro-Québec n'a eu droit qu'à 300 MW jeudi, au lieu des 2000 MW potentiels.

Pourtant, les éoliennes sont réputées efficaces par temps froid. Au Québec, la plupart des journées froides le sont en raison du vent. 

«En moyenne, leur contribution est supérieure en hiver, ce qui est bien. Quand il fait très froid en hiver, c'est parce qu'il y a une dépression qui vient de finir de passer, et qu'il y a un vent d'ouest ou nord-ouest qui vient de se lever. Normalement, la contribution des parcs éoliens devrait alors être élevée, plus que leur moyenne annuelle, vers 35 ou 40 %, quand les besoins sont critiques», explique Jean-François Blain, analyste indépendant du secteur de l'énergie.

Les éoliennes adorent donc le froid et excellent dans les hivers québécois. «En période hivernale, les vents sont généralement un peu plus forts qu'en période estivale», soutient Jean-François Blain.

Rendement décevant

Comment expliquer alors que les éoliennes ont été si décevantes jeudi, quand la demande énergétique québécoise a frôlé un record en atteignant 38 750 MW dans la province? Les éoliennes aiment le froid... mais pas trop longtemps.

«Si le froid persiste pendant plusieurs jours, comme ce qu'on vient de voir, et qu'il y a des nuits entières où il y a presque pas de vent, mais il fait - 28 ou - 30, là, la contribution des pales éoliennes est quasiment nulle», résume l'expert en énergie. «Ça, c'est un gros désavantage.»

Les nuits froides sans vent surviennent généralement lors des longues vagues de froid. «Dans les nuits de - 26 ou - 28 qu'on a eues, les pales ne tournaient quasiment pas», observe Jean-François Blain. «Le taux réel de production devient alors d'environ 10 %.»

Les journées glaciales épisodiques ne sont donc pas l'ennemi des éoliennes. «S'il y a un froid assez prononcé, mais que c'est venteux, les parcs éoliens vont fournir», conclut Jean-François Blain.

Pas de manque de puissance

Hydro-Québec ne manque pas de puissance pour répondre à la demande énergétique québécoise, même lors d'un épisode critique de froid extrême, soutient un analyste en énergie. Jeudi, la société d'État a dû acheter à fort prix environ 2000 MW sur les marchés étrangers pour répondre à la demande. Hydro-Québec a encouragé ces derniers jours les citoyens à freiner leur consommation et à délaisser l'usage d'appareils énergivores pour permettre au réseau de souffler un peu.

Le fleuron énergétique des Québécois manquait-il vraiment de mégawatts pour éclairer et chauffer la province? «La division production peut fournir toute la puissance requise», soutient l'analyste indépendant du secteur de l'énergie, Jean-François Blain. Bref, Hydro-Québec ne manque pas de ressources, même par grand froid. Sauf que la société d'État a été restructurée dans les années 2000 en plusieurs divisions. Un bloc patrimonial a aussi été réservé pour les contribuables québécois. «On a déterminé un volume d'électricité patrimoniale. Une quantité d'énergie annuelle maximum», explique-t-il.

Ce plafond théorique dépassé, Hydro-Québec n'a pas le choix d'acheter à fort prix des mégawatts supplémentaires sur les marchés extérieurs. Cette division réduit la puissance accessible et permet de conserver une stratégie de hausse des tarifs de l'électricité devant la Régie de l'énergie, fait valoir l'analyste. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer