La hausse des prix pourrait expliquer la baisse des ventes à la SAQ

À la SAQ, on explique la baisse des... (PHOTOTHÈQUE LA PRESSE)

Agrandir

À la SAQ, on explique la baisse des ventes de bouteilles de vin au dernier trimestre par le décalage des ventes de la fête de Pâques dont les résultats ont été compilés dans l'exercice financier précédent.

PHOTOTHÈQUE LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les nombreuses hausses de prix des bouteilles de vin observées à la Société des alcools du Québec (SAQ) ces dernières années commencent-elles à lui faire mal? Au cours des neuf derniers mois, la société d'État a vu ses ventes (en volume) décliner de 1,2 million de bouteilles de vin.

Au cours du dernier trimestre (avril, mai et juin), la SAQ a notamment écoulé 532 000 bouteilles de vin (400 000 litres) en moins qu'à la même période l'an dernier. Résultat : le monopole d'État a aussi vu ses profits reculer de 4,2 %, à 221,3 millions $.

Cette baisse des ventes de bouteilles de vin à la SAQ est d'ailleurs loin d'être isolée. Depuis octobre 2012, le nombre de bouteilles vendues s'affiche en déclin, en baisse de 1,2 million d'unités de 750 millilitres. «Du jamais-vu dans l'histoire de la SAQ», soutient le chroniqueur en vins et éditeur du magazine web VinQuébec.com, Marc-André Gagnon.

Selon ce dernier, la SAQ a tellement augmenté les prix de ses vins ces dernières années que ses clients sont de moins en moins au rendez-vous. «La SAQ vient de frapper un mur. Les consommateurs ont de la difficulté à suivre, car ils ont l'impression de ne pas en avoir pour leur argent», dit-il.

L'«erreur» du haut de gamme

Depuis trois ans, la SAQ a notamment mis sur pied un programme dit de «montée en gamme» visant à offrir à sa clientèle des bouteilles de vin à des prix plus élevés. Dans ses appels d'offres, la SAQ demande maintenant aux producteurs de lui fournir des vins de gamme supérieure.

Or, d'après M. Gagnon, la SAQ a fait l'erreur de «pousser» la vente de bouteilles de plus de 15 $ au détriment de vins à prix abordables. «Poussez par les demandes incessantes du gouvernement qui prend la SAQ pour un aspirateur à dollars, les gens de la société d'État nous vendent les vins plus cher. Mais à quel prix?» se questionne-t-il.

Car, depuis mars 2009, le nombre de bouteilles de vin de 750 millilitres à moins de 15 $ offertes sur les tablettes du monopole d'État a dégringolé de 25 %.

Les données compilées par M. Gagnon montrent surtout que depuis 2009, la SAQ cherche par tous les moyens de remplacer des vins à moins de 15 $ par des bouteilles plus chères. Ce qui lui permet d'améliorer considérablement ses marges bénéficiaires année après année.

Le désintéressement de la SAQ pour les vins à moins de 10 $ est par ailleurs frappant. Des 183 vins différents offerts en mars 2009 sur les tablettes du monopole d'État, il n'en reste plus qu'une quarantaine, en baisse de 75 %.

Parallèlement à cette forte baisse des vins offerts sous les 15 $ à la SAQ depuis 2009, on note une forte augmentation (+ 25 %) des vins dont les prix varient entre 15 $ et 30 $.

Les vins offerts entre 15 $ et 20 $ ont fortement progressé (+ 30 %), tout comme ceux vendus entre 20 et 30 $ (+ 23 %).

La progression du nombre de vins dépassant les 40 $ est également fulgurante, en hausse de 24 % depuis 2009.

Pas de panique à la SAQ

À la SAQ, on explique la baisse des ventes de bouteilles de vin au dernier trimestre par le décalage des ventes de la fête de Pâques dont les résultats ont été compilés dans l'exercice financier précédent. «On est donc loin de la panique, puisque cette période représente des ventes de plus de 15 millions $ chez nous», a fait valoir mercredi la porte-parole de la société d'État, Linda Bouchard.

En conséquence, la SAQ précise toutefois qu'au dernier trimestre, 266 000 bouteilles de vin (200 000 litres) ont été vendues en moins dans son réseau de succursales et que 266 000 bouteilles ont également été écoulées en moins dans le réseau des grossistes-épiceries de la province.

Quant aux autres baisses de ventes de bouteilles enregistrées lors des troisième et quatrième trimestres de l'an dernier, la SAQ dit ne pas y voir là «une tendance».

********************

Des objectifs ambitieux d'ici 2015

La Société des alcools du Québec (SAQ) voit grand d'ici 2015. Dans son plan stratégique 2013-2015 dévoilé plus tôt cette année, la société d'État dit viser une croissance de ses ventes de 12 % d'ici 2015. Au dernier trimestre, la SAQ a vu ses revenus augmenter d'un maigre 0,3 %. À la fin de l'exercice 2015, le chiffre d'affaires annuel de la SAQ devrait atteindre 3,14 milliards $ avec un profit net de 1,12 milliard $ (marge bénéficiaire de 35,5 %). L'an dernier, la SAQ a déclaré un bénéfice net de 1,03 milliard $.

Pour arriver à ses fins, la SAQ entend mettre de l'avant de nombreuses promotions tout en disant vouloir pousser au maximum son service-conseil dans ses succursales par son programme 4A+. Les ventes dans ses magasins devraient ainsi passer de 1355 $ par pied carré cette année à 1410 $ pieds carrés en 2015. Chemin faisant, la SAQ croit que la valeur du panier moyen d'achat de ses clients par visite dans ses succursales passera de 43,35 $ cette année à 45,15 $ en 2015.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer