Hydro-Québec veut augmenter ses tarifs de 5,4 % de plus

C'est véritablement une hausse salée des tarifs d'électricité qui attend les... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) C'est véritablement une hausse salée des tarifs d'électricité qui attend les Québécois le 1er avril prochain. La demande déposée mardi par Hydro-Québec à la Régie de l'énergie pourrait atteindre 5,4 %.

C'est véritablement une hausse salée des tarifs d'électricité... (Infographie Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Infographie Le Soleil

En fait, ce n'est pas un, mais deux dossiers distincts qui devront être étudiés par la Régie de l'énergie au cours des prochains mois. Ces deux dossiers auront toutefois une incidence significative sur les tarifs des clients d'Hydro-Québec.

Dans sa requête tarifaire annuelle déposée mardi, Hydro-Québec fait valoir que ses coûts justifiaient une hausse de 3,4 % dès le 1er avril prochain. 

Or, cette hausse réclamée de 3,4 % s'ajoute à une autre demande faite par Hydro-Québec plus tôt cette année à la Régie de l'énergie. La société d'État réclame une augmentation de son taux de rendement autorisé de 2,9 %, qui passerait de 6,3 % à 9,2 %. Dans ce cas, une décision favorable de la Régie ferait augmenter les tarifs d'électricité des Québécois de 2 % l'an prochain également.

Si la hausse de 5,4 % va de l'avant, l'ajustement tarifaire représentera des coûts supplémentaires de 116 $ par année (9,68 $ par mois) pour le propriétaire d'une maison unifamiliale moyenne et de 150 $ (12,46 $ par mois) pour celui possédant une grande résidence se chauffant à l'électricité.

Hydro-Québec dit avoir fait ses devoirs pour limiter cette hausse demandée à la Régie de l'énergie, notamment par des gains d'efficience de 160 millions $ réalisés au sein de l'entreprise. Hydro-Québec croit qu'à la fin de 2013, elle comptera 20 500 employés contre 22 500 au début de 2012.

Selon l'Union des consommateurs (UC), si cette hausse est acceptée par la Régie de l'énergie, elle sera la plus importante à survenir au cours des 15 dernières années au Québec. 

Une situation jugée inquiétante par l'analyste en énergie de l'Union, Marc-Olivier Poisan-Plante, qui se demande où le gouvernement Marois s'en va avec le développement de filières énergétiques comme l'éolien.

Les éoliennes coûtent cher

Car Hydro-Québec ne cache pas que l'achat d'électricité à des producteurs éoliens lui coûte beaucoup d'argent. De l'électricité qu'Hydro-Québec n'a pas besoin alors qu'elle disposera de surplus énergétiques de 13,4 térawattheures (TWh) l'an prochain. Un térawattheure alimente 50 000 maisons.

Cette année seulement, Hydro-Québec Distribution prévoit dépenser tout près de 500 millions $ pour acheter de l'électricité (dont elle n'a pas besoin) à des producteurs d'énergie éolienne à un prix moyen de 10 ¢ le kilowattheure.

Or, la société d'État peine ces temps-ci à obtenir 4 ¢ pour chaque kilowattheure vendu aux États-Unis en raison de la faiblesse des prix du gaz naturel qui dicte le marché de l'électricité sur la côte est américaine depuis quelques années.

Selon Hydro-Québec, ces achats d'électricité imposés par le gouvernement du Québec exercent une pression à la hausse sur le coût des approvisionnements en électricité au Québec (+ 2,7 %).

La hausse également dès l'an prochain du coût de l'électricité patrimoniale (90 % des besoins québécois) décrétée par le gouvernement Marois aura également ses effets (+ 0,8 %) ainsi que l'augmentation des coûts de transport et de distribution (+ 1,4 %).

Il est à noter que l'indexation du prix de l'électricité issue du bloc patrimonial (165 TWh) ne touche pas la clientèle industrielle. 

Aide aux faibles revenus

Dans sa requête, Hydro-Québec dit vouloir poursuivre ses programmes d'aide auprès de sa clientèle à faible revenu. Une somme de 17,8 millions $ a été réservée pour le soutien au paiement des factures et de la dette des clients à faible revenu bénéficiant d'ententes personnalisées.

Par ailleurs, Hydro-Québec Distribution prévoit investir 135 millions $ l'an prochain dans ses programmes en efficacité énergétique. Un montant qui lui permettra de générer des économies d'énergie d'environ 0,5 TWh.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer