Les Canadiens déterminés à réduire leurs dettes

Partager

Yves Therrien
Le Soleil

(Québec) Pour une troisième année consécutive, le remboursement des dettes vient en tête des priorités financières des Canadiens, suivi de l'épargne, de l'établissement d'un budget pour la gestion des dépenses et de la planification de la retraite, comme l'indique le sondage annuel mené par Harris/Décima pour le compte de la Banque CIBC. La préoccupation du remboursement des dettes n'est donc pas, selon ce sondage, une priorité réservée aux élus; une grande partie de la population en fait sa priorité principale.

Récemment, le ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty, et le gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney, faisaient des mises en garde répétées sur le trop fort endettement des ménages.

Selon Statistique Canada, la dette des ménages par rapport au revenu disponible s'est établie à 164,6 %. Un niveau record, rapportait La Presse Canadienne. Des experts soutenaient que ce haut taux d'endettement place les Canadiens en position de vulnérabilité par rapport à la possibilité de l'augmentation du taux de chômage ou des taux d'intérêt.

Les résultats du sondage Harris/Décima montrent «que les Canadiens sont conscients de l'importance d'une bonne gestion des dettes, et qu'ils continuent de se concentrer sur la réduction de leurs dettes pour l'année qui vient», a affirmé Christina Kramer, vice-présidente à la direction, Banque CIBC. «Comme le remboursement des dettes a été nommé priorité principale trois années de suite, il s'agit d'une occasion pour davantage de Canadiens de passer à l'action et de déterminer des étapes claires pour rembourser leurs dettes en 2013.»

Une des étapes serait d'obtenir des conseils sur les façons d'accélérer le remboursement de la dette. Cependant, si 46 % des Canadiens interrogés ont affirmé avoir rencontré un conseiller au cours de l'année précédente, indique le sondage, seulement 6 % des personnes interrogées ont pensé à discuter du remboursement des dettes avec un conseiller. L'enquête monte toutefois que le remboursement des dettes s'effectue parfois au détriment de la planification de la retraite.

Selon le document, il y a deux ans, 24 % des répondants âgés de 45 à 64 ans avaient indiqué que la planification de la retraite était leur principale priorité financière. Cette proportion a reculé à seulement 12 % dans le sondage de cette année. Parallèlement, la gestion des dettes a pris de l'importance à titre de priorité pour ce groupe d'âge, passant de 14 % il y a deux ans à 18 % à l'heure actuelle.

Au Québec

Au Québec, depuis plusieurs années, la Coalition des associations de consommateurs du Québec souligne l'importance de bien gérer son budget, notamment en se servant intelligemment du crédit pour limiter l'endettement. Selon les membres de la coalition, l'éducation et l'information sont les meilleurs moyens pour apprendre à gérer ses finances. «Les gens en ont vraiment besoin, affirmait-on. Les jeunes que l'on reçoit dans les consultations budgétaires disent qu'ils auraient moins de difficulté à gérer leurs finances personnelles et à établir leur budget s'ils avaient appris les principes de base à l'école.»

Avant Noël, Francine Hamel, conseillère budgétaire à l'Association coopérative d'économie familiale de Québec (ACEF), déclarait au Soleil que si les dettes prennent les gens à la gorge, ils doivent apprendre à faire leur budget. Les ACEF et plusieurs organismes pour les consommateurs offrent les services de conseillers budgétaires pour aider à prendre le contrôle de ses finances personnelles.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer