La Forfaiterie: du bonheur en forfaits

Les fondateurs et copropriétaires de La Forfaiterie, André... (Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

Les fondateurs et copropriétaires de La Forfaiterie, André Sabourin et Dominique Tremblay

Le Soleil, Steve Deschênes

Partager

Gilbert Leduc
Gilbert Leduc
Le Soleil

(Québec) La Forfaiterie n'allait surtout pas se contenter de regarder passer la parade!

Au cours de la dernière décennie, les fondateurs et copropriétaires de l'entreprise spécialisée dans la vente de forfaits, Dominique Tremblay et André Sabourin, ont assisté à une croissance annuelle moyenne de 7 % de leurs revenus, et ce, peu importe les humeurs de l'économie. «Des cadeaux, les Québécois vont toujours en offrir, même si leur portefeuille s'amincit», commente Mme Tremblay.

Le chiffre d'affaires de La Forfaiterie, qui vient d'ouvrir une 16e boutique, avoisine les 13 millions $. Pas moins de 130 000 forfaits, passeports et certificats d'une valeur allant de 12 $ à 12 500 $ sont vendus annuellement aux consommateurs qui ont l'embarras du choix parmi un éventail de 1700 produits provenant de plus de 500 fournisseurs. «Nos marges ne sont pas élevées», révèle André Sabourin. «Nous ne faisons pas du 40 % ou 60 % sur les forfaits vendus, mais du 15 %. Il nous faut donc du volume. Beaucoup de volume.»

Or, au cours des derniers mois, les ventes n'ont pas augmenté au rythme habituel. Dominique Tremblay et André Sabourin ont évidemment cherché à découvrir la source du ralentissement.

«Nous avons une clientèle qui fréquente les centres commerciaux. Or, ces établissements ont connu, ces deux ou trois dernières années, une stagnation de leur achalandage. Une partie de leur clientèle magasine maintenant en ligne», explique André Sabourin.

La Forfaiterie avait été l'une des premières entreprises de son secteur à mettre en ligne un site transactionnel. «Ce n'était plus suffisant. Il fallait accorder encore plus d'importance à l'Internet, aux médias sociaux et aux applications iPhone et iPad.»

Boutique en ligne

Les efforts consentis au cours des derniers mois au développement de la boutique en ligne n'ont pas été vains puisque l'entreprise, qui célèbre cette année son 15e anniversaire, a enregistré une croissance de près de 20 % de l'achalandage sur son site Web en 2012.

«Nous n'abandonnons pas le secteur du détail qui représente 90 % de notre business», insiste André Sabourin en précisant que La Forfaiterie entendait accroître sa présence dans les agences de voyage et autres commerces par l'entremise de nouvelles boutiques miniatures offrant, entre autres, des passeports-cadeaux.

La Forfaiterie, qui vend des repas dans les restaurants, des séjours dans les hôtels, des soins de détente ou des activités récréotouristiques au plein prix, a dû affronter, au cours des dernières années, la concurrence des Smartbox, des Groupon et des Tuango de ce monde qui proposent aux consommateurs des produits à rabais.

«Ces sites de commerce électronique basé sur le concept d'achat groupé ont poussé comme des champignons et nous ont fait mal», avoue Dominique Tremblay en précisant que le mauvais comportement de certaines entreprises - dont plusieurs ne possédaient pas les permis de l'Office de la protection du consommateur (OPC) les obligeant entre autres à créer un compte en fiducie pour protéger les consommateurs - avait entaché l'image de l'industrie de la vente de forfaits.

Les cas de consommateurs qui n'ont pas reçu les services achetés ou de fournisseurs qui n'ont pas été payés se sont multipliés ces derniers mois.

«Et comme nous ne sommes pas fous, nous autres non plus, nous avons décidé de créer notre propre site de produits à rabais», lance André Sabourin en soulignant que La Forfaiterie, elle, détient tous les permis nécessaires de l'OPC.

Des tests ont été réalisés au cours de l'automne auprès des consommateurs et les résultats ont été suffisamment concluants pour que le lancement officiel du nouveau service se fasse en janvier.

À des fréquences régulières, les abonnés de La Forfaiterie recevront une infolettre leur proposant des forfaits à rabais. Ils se feront également offrir des suggestions de dernière minute de la part de restaurateurs ou d'hôteliers. «Rendu au jeudi, un restaurateur se rend compte que son établissement ne sera complet qu'au tiers de sa capacité pour le samedi soir. Il pourra alors annoncer qu'il offre 10 tables à rabais pour ce soir-là », explique André Sabourin.

Autre nouveauté, La Forfaiterie offrira bientôt un service qui pourrait sauver des couples!

Si vous achetez un forfait en ligne à votre partenaire, vous devez attendre le retour de la poste pour lui offrir son coffret.

«Le 14 février, par exemple, des tas de gens se rendent compte à la dernière minute que c'est la Saint-Valentin et que les magasins sont sur le point de fermer. Ils pourront aller sur notre site, acheter le forfait désiré et imprimer une carte qui contiendra le cadeau offert et ensuite la présenter à la personne aimée», signale Dominique Tremblay.

Maître chez nous

Au fil des ans, Dominique Tremblay et André Sabourin ont bien essayé d'exporter leur modèle d'affaires à l'extérieur du Québec. Il y a eu Ottawa et Los Angeles et, plus récemment, Boston. Chaque fois, l'expérience n'a pas été concluante.

«À Boston, nous avons fait, je crois, une mauvaise analyse des besoins du marché. Les spas et les repas à 150 $ dans les restaurants, ce n'est pas ce que recherchent les Américains. Oui, nous aurions pu être plus persévérants, mais il aurait fallu être très patients et investir beaucoup d'argent pour réussir à s'implanter aux États-Unis», estime M. Sabourin en ajoutant que ceux qui, un jour, prendront la relève à la barre de La Forfaiterie décideront s'il vaut la peine d'attaquer, une nouvelle fois, le marché hors Québec.

Alors qu'il cherchait à acheter un cadeau pour son père, André Sabourin a eu l'idée de créer La Forfaiterie. C'était l'automne et il voulait offrir une ronde de golf à son paternel pour l'été suivant, mais tous les clubs étaient fermés. Pourquoi alors ne pas ouvrir un commerce qui vendrait des forfaits de golf et autres activités 12 mois par année?

Il a partagé sa réflexion avec Dominique Tremblay et c'est ainsi que La Forfaiterie a ouvert sa première boutique à Place Laurier en 1997.

Aujourd'hui, l'entreprise compte une soixantaine d'employés permanents, dont huit à son siège social, à Stoneham.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer