Revente de billets sur Internet: Québec veut fermer les sites

L'humoriste Louis-José Houde a rappelé en conférence de... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

L'humoriste Louis-José Houde a rappelé en conférence de presse le malaise qu'éprouvent des artistes lorsque leurs spectateurs n'ont pas le choix de payer leurs billets le double du prix à cause des sites de revente. Il était accompagné du président du Festival d'été de Québec, Daniel Gélinas, et des ministres Christine St-Pierre et Jean-Marc Fournier.

Le Soleil, Patrice Laroche

Marc Allard
Marc Allard
Le Soleil

(Québec) Québec veut faire fermer les sites Internet de revente de billets de spectacle, de sport ou de tout autre divertissement, un «marché parallèle» qui gruge une part de plus en plus grande du budget culturel des consommateurs, selon le gouvernement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme le révélait Le Soleil lundi, le ministre de la Justice, Jean-Marc Fournier, a déposé mardi à l'Assemblée nationale le projet de loi 25, qui vise à interdire la revente de billets à un prix supérieur au prix d'origine.

La loi permettrait à l'Office de protection du consommateur de sanctionner les sites de revente comme billets.ca ou 514-billets. com. Elle ne vise toutefois pas la revente de billets entre particuliers.

Les contrevenants qui seront reconnus coupables devant un tribunal pénal s'exposent à des amendes qui vont de 2000 à 100 000 $ pour une première infraction, le double pour une seconde.

Réclamé par le monde du spectacle depuis un an, le projet de loi a commencé à prendre forme au sein du gouvernement à la suite de la sortie de l'humoriste Louis-José Houde contre billets.ca, lors du dernier gala de l'ADISQ, cet automne. Le gouvernement espère faire adopter la loi avant le prochain gala de l'ADISQ, le 30 octobre.

En conférence de presse, mardi, le ministre Fournier a affirmé que le gouvernement a constaté que la revente de billets de spectacle par des entreprises avait «considérablement augmenté depuis quelques années» au Québec. Il a expliqué qu'à l'aide de «systèmes informatisés sophistiqués», les sites de revente achètent un maximum de billets dès qu'ils sont mis en vente afin de créer une rareté artificielle, pour ensuite les revendre à un prix deux ou trois fois plus élevé que le prix d'origine fixé par le vendeur autorisé.

«Et pourtant, le spectacle n'est pas meilleur assis dans le siège B-23 que dans le siège B-25, même s'il a coûté 100 $ de plus», a-t-il dit. «Il n'y a pas de plus-value.»

La ministre de la Culture, Christine St-Pierre, a décrit la revente de billets sur Internet comme «une pratique inacceptable» qui nuit à la fois aux consommateurs, aux artistes et aux producteurs. Elle a cité une étude de l'Office de la protection du consommateur qui anticipe qu'à cause de la revente de billets sur Internet, les consommateurs dépenseraient 33 millions $ de trop entre 2012 et 2016. Une somme qu'ils pourront consacrer à d'autres produits culturels si le projet de loi est adopté, a souligné Mme St-Pierre.

La directrice générale de l'ADISQ, Solange Drouin, a salué le dépôt du projet de loi 15. Elle a également invité le public à se méfier des propriétaires de sites de revente qui se diront au «service du consommateur», cet automne, lors de la commission parlementaire qui précédera le vote sur le projet de loi.

Présent à la conférence de presse, Louis-José Houde a rappelé le malaise qu'éprouvent des artistes lorsque leurs spectateurs n'ont pas le choix de payer leurs billets le double du prix à cause des sites de revente. Selon lui, les propriétaires de ces sites sont conscients du sort qui les attend. «Ils savent qu'ils vivaient sur du temps emprunté», a-t-il dit.

Le président du Festival d'été, Daniel Gélinas, a quant à lui rappelé que depuis deux ans, le site Web du Festival est assailli par «des centaines de milliers de robots» qui sont prêts à acheter des billets dès l'ouverture de la vente en ligne. Il affirme que le FEQ était armé pour les repousser. «Mais maintenant que la loi est là, a-t-il dit, on ne sera plus obligé de se battre.»

Une loi contreproductive, croit le proprio de billets.ca

Le propriétaire de billets.ca, qui se targue d'être le plus gros site de revente de billets au Québec, estime que le projet de loi qui vise à faire fermer des entreprises comme la sienne est contreproductif.

Selon Éric Bussières, les sanctions imposées aux sites de revente sur Internet seront loin de mettre fin à ce commerce en pleine croissance. Au contraire, la loi fera proliférer des petits vendeurs qui n'offriront pas les mêmes garanties que billets.ca aux consommateurs, fait-il valoir.

«Quand les consommateurs nous refilent leurs billets, ils savent qu'ils vont se faire payer par nous, dit-il. Et quand le consommateur achète des billets, il n'est pas sur le coin de la rue en n'étant pas sûr que ses billets sont bons ou pas. Il y a une garantie.»

M. Bussières estime également que les sanctions contre les entreprises de revente de billets québécoises laisseront le terrain à des entreprises internationales qui pourront vendre des billets pour des spectacles au Québec sans tomber sous la juridiction provinciale.

«Les gros sites Web américains qui, eux, n'ont pas de frontière, vont rester là et le consommateur va peut-être aller plus vers eux et n'aura pas un service en français», illustre-t-il.

Le propriétaire de billets.ca affirme que son entreprise, active depuis 1999, achète la moitié de ses billets directement aux vendeurs autorisés et l'autre moitié à des particuliers qui veulent vendre leurs billets. Il dit facturer en moyenne 30 $ de plus par billet et faire 80 % de ses revenus avec des artistes internationaux. Il refuse toutefois de dévoiler son chiffre d'affaires.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer