Le Tomahawk en production dès 2018

Le prototype du Tomahawk en essais sur piste,... (fournie par Dubuc Motors)

Agrandir

Le prototype du Tomahawk en essais sur piste, menés à l'Autodrome Montmagny. La version définitive aura une carrosserie et un châssis en fibre de carbone.

fournie par Dubuc Motors

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Dubuc Motors a annoncé la semaine dernière que la production de son coupé sport 2 + 2 électrique Tomahawk est prévue pour 2018. Le futur constructeur automobile québécois la présente comme la «prétendante au titre de supervoiture la plus rapide au monde». Rien de moins.

Dans son édition du 13 février dernier, Le Soleil écrivait que le constructeur en devenir visait la prochaine présentation du Consumers Electronics Show (CES) en janvier 2018 pour faire la présentation officielle du modèle. Tous les Tomahawk qui ont été vus pour le moment sont des prototypes.

Mario Dubuc, pdg et cofondateur de Dubuc Motors, convient que le CES serait trop tôt pour faire un dévoilement. Sans avancer de date précise, il vise maintenant un dévoilement «durant l'année 2018 et le début de la production plus tard dans la même année». L'homologation se ferait entre les deux dates, ajoute-t-il.

Cependant, le communiqué publié la semaine dernière précise quelques données techniques au sujet de «cette voiture de sport démente». Les quatre moteurs électriques développeraient une puissance estimée de 596 kilowatts - équivalent à 800 chevaux -, ainsi qu'un couple estimé de 1356 newtons mètres - équivalent à 1000 livres-pieds, couplés indépendamment. Ce qui en résulterait à une accélération de 0 à 96,5 km/h (0 à 60 milles à l'heure) en seulement 2 secondes «en mode de course» ou 4 secondes «en mode de rue».

La batterie au lithium-ion de 100 kWh que Dubuc prévoit embarquer donnerait au Tomahawk une autonomie de 595 km (370 milles). De telles performances seraient assurément attribuables en raison de la carrosserie légère et du châssis léger en fibre de carbone du Tomahawk.

À l'intérieur, l'aménagement du coupé 2 + 2 proposerait quatre sièges de course en cuir, des surfaces en cuir et en fibre de carbone, un ordinateur de bord et de l'espace de chargement avant et arrière. Le Tomahawk a également été conçu pour accueillir confortablement des gaillards de 6 pieds 2 pouces de plus de 200 livres sans problème, selon Mario Dubuc. 

Au chapitre de la sécurité active, le Tomahawk serait muni d'alerte de collision et de freinage d'urgence automatique, ainsi que de caméras en direct à 360 degrés.

Aux dernières nouvelles, le prix de vente d'un Tomahawk est de 125 000 $US (168 620 $). Il est possible de réserver son véhicule, moyennant un dépôt de 5000 $US (6745 $).

Financement participatif

Dubuc Motors vend toujours des actions par financement participatif. Le communiqué fait état que le constructeur «a déjà accueilli des centaines d'investisseurs à l'appui du lancement de son produit». Il est possible d'acheter ces actions à partir du site Web de Dubuc Motors ou de la plateforme de financement participatif StartEngine, qui vend les actions en vertu des dispositions de la Regulation A+ de la Securities Exchange Commission (SEC) américaine.

En février, Dubuc avait cumulé plus de 6 millions $US (8,1 millions $) et son fondateur soutient que «de nouveaux investisseurs s'inscrivent chaque semaine et que ça n'arrête pas», sans toutefois préciser la teneur des nouveaux investissements. L'investissement minimal est fixé à 200 $US (270 $).

Sur Internet : www.dubucmotors.com




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer