Subaru Impreza 2017: maintenir sa position

Subaru Impreza 2017... (fournie par Subaru)

Agrandir

Subaru Impreza 2017

fournie par Subaru

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Éric LeFrançois

collaboration spéciale

La Presse

(Monterrey) Subaru se veut une marque non conformiste, mais pas condamnée à la marginalité pour autant. D'ailleurs, sa part dans les immatriculations de véhicules neufs ne cesse de progresser sur le marché canadien : elle est passée de 16 504 unités vendues en 2006 à près de 50 000 l'année dernière. L'Impreza a peu participé à ce succès et se trouve encore loin, très loin, des favorites de son segment. À défaut de viser les premières places, cette cinquième génération a pour seul objectif de maintenir sa position.

Poliment, on dira des Impreza du passé qu'elles n'étaient pas le genre de beauté de beaucoup de monde. Outre son physique pas très racoleur, il y avait la présentation intérieure datée, le comportement routier placide ou encore la consommation de carburant plus élevée que la moyenne. Bref, les raisons ne manquaient pas pour lever le nez sur cette compacte que plusieurs de ses propriétaires disaient surtout apprécier les jours où les routes s'effaçaient sous la neige et la glace.

Tout en préservant les qualités propres à ce modèle, la cinquième génération veille à faire taire certaines critiques récurrentes. Chez Subaru, on insiste tout particulièrement sur le soin apporté à la présentation générale, sur la qualité des matériaux utilisés, et l'on vante la rigueur des assemblages. À juste titre, car l'Impreza introduit une heureuse rupture.

D'inspiration germanique, le très classique tableau de bord s'organise en formes amples et simples, alors que les revêtements capitonnés gagnent en moelleux. Le tableau de bord est enfin devenu plus agréable à consulter et son habillage apporte une touche cossue, loin de la platitude des moulures de plastique dures et sonores des modèles antérieurs.

Ces progrès ne situent pas encore la marque japonaise au-dessus du lot. Mais Subaru rattrape son retard, ce qui n'est déjà pas si mal. On pourra toutefois regretter que seule la version la plus cossue ait droit à l'écran de navigation de 8 pouces. Les autres livrées proposent une petite lucarne de 6,5 pouces. En revanche, saluons la présence de série, sur l'ensemble de la gamme, des applications Android Auto et Apple Car Play. Le dispositif Eye Sight, qui regroupe une panoplie d'aides à la conduite, dont un régulateur de vitesse intelligent et un dispositif de freinage automatique, figure parmi les éléments optionnels réservés aux modèles les plus coûteux.

On ne pouvait s'attendre à ce que l'Impreza déborde de tempérament. Ses formes, même si elles sont plus soignées, n'ont pas de quoi faire tourner les têtes. La présence d'un moteur à plat sous le capot complique la tâche des stylistes, et ne permet pas de réduire substantiellement le porte-à-faux avant pour créer une silhouette aux proportions équilibrées. Rendons cependant au moins cet hommage aux stylistes : l'Impreza exhale un sentiment de robustesse et traduit un souci avéré de fonctionnalité. Au fond, c'était l'objectif.

L'habitabilité de cette compacte progresse légèrement, et l'Impreza permet - comme ses rivales - d'accueillir confortablement quatre personnes à bord. L'accès et la sortie, notamment aux places arrière, demeurent un point fort de cette auto en raison de l'angle d'ouverture prononcé des portes antérieures. L'espace utilitaire gagne par ailleurs en volume grâce au repositionnement des tourelles de la suspension arrière. En outre, l'échancrure plus large du couvercle du coffre (ou du hayon, selon le style de carrosserie privilégiée).

Subaru Impreza 2017... (fournie par Subaru) - image 2.0

Agrandir

Subaru Impreza 2017

fournie par Subaru

Plus dynamique qu'autrefois

L'Impreza étrenne une toute nouvelle architecture technique qui, à terme, servira de fondation à l'ensemble de la gamme, y compris le prochain VUS à sept places sur lequel planche actuellement le constructeur japonais. En outre, la très grande flexibilité de cette plateforme permet de l'associer avec plusieurs types de propulseurs (essence, diesel, électrique et hybride).

Pour l'heure, l'Impreza offerte en Amérique du Nord compte uniquement s'animer d'un moteur à essence. Ce dernier est une évolution de celui offert sur la précédente mouture. Bien qu'il comporte un système d'injection directe et un taux de compression étonnamment élevé, ce moteur produit 152 chevaux et 145 livres-pied de couple. Des chiffres qui se comparent avantageusement à ceux des moteurs «de base» de la concurrence. Hélas, contrairement à cette dernière, Subaru ne propose aucune autre autre option aux consommateurs que ce moteur de 2 litres peu fringant. Considérant la qualité actuelle du châssis, l'Impreza apparaît désormais sous-motorisée. La boîte automatique à variation continue (CVT) permet, grâce à ses sept rapports «artificiels», de créer l'illusion d'une plus grande vivacité, mais surtout d'atténuer la consommation du mode d'entraînement à quatre roues motrices qui fonctionne en permanence. Une boîte manuelle est toujours offerte, mais celle-ci se retrouve uniquement sur l'inintéressant modèle d'entrée de gamme (Convenience) et ne compte que cinq rapports.

Au volant, l'Impreza offre les atouts classiques de la marque (bonne stabilité directionnelle et excellente motricité) et un agrément de conduite rehaussé. Plus rapide, plus précise aussi, la direction offre un meilleur ressenti que par le passé. En outre, les modifications apportées aux éléments suspenseurs conjuguées à la plus grande rigidité du châssis permettent des changements de trajectoires plus nets, plus francs et aussi plus stables. On retient également une meilleure insonorisation de la caisse, mais les bruits de roulement demeurent trop présents sur certains revêtements.

Les frais de transport et d'hébergement liés à ce reportage ont été payés par Subaru Canada.

Subaru Impreza 2017... (fournie par Subaru) - image 3.0

Agrandir

Subaru Impreza 2017

fournie par Subaru

Le pour et le contre

On aime

  • Habitacle plus valorisant
  • Rouage intégral efficace
  • Agrément de conduite à la hausse
On aime moins

  • Bruits de roulement
  • Moteur peu expressif
  • Version Commodité inintéressante

Ce qu'il faut retenir

  • Prix: de 19 995 $ à 30 995 $
  • Transport et de préparation: 1650 $
  • Garantie de base: 36 mois ou 60 000 km
  • Moteur: H4 DACT 2,0 litres
  • Puissance: 152 ch à 6000 tr/min
  • Couple: 145 lb-pi à 4000 tr/min
  • Poids: 1349 kg
  • Rapport poids/puissance: 8,87 kg/ch
  • Transmission de série: manuelle à cinq rapports
  • Transmission optionnelle: automatique à variation continue (CVT)
  • Mode: intégral (prise permanente)
  • Diamètre de braquage: 10,8 m
  • Freins (av.-arr.): disque-disque
  • Pneus (av.-arr.): 205/55R16
  • Capacité du réservoir: 50 litres
  • Essence recommandée: ordinaire
  • Consommation obtenue: 8,8 l/100 km (observée)
Pour en savoir plus: www.subaru.ca

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer