Essai routier de l'Audi SQ7 2017: quand le diesel cherche à se racheter une conduite

L'Audi SQ7 2017... (fournie par Audi)

Agrandir

L'Audi SQ7 2017

fournie par Audi

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Éric LeFrançois

Collaboration spéciale

La Presse

(Mulhouse, France) Un modèle diesel vendu à près de 100 000 $ et capable de faire la nique à un avion de chasse au décollage? Il n'y a pas si longtemps, on aurait cru à une plaisanterie, crié au fou. Eh bien. Mû par un athlétique huit-cylindres en V de 4,0 litres de cylindrée, le SQ7 d'Audi réalise ce tour de force et bien d'autres encore.

Les rétroviseurs argentés reflètent son appartenance à une caste à part. La vignette épinglée à l'aile avant, sur laquelle on peut lire «V8 T», vient renforcer cette conviction. Celle-ci sera bientôt ébranlée lorsqu'on consultera le compte-tours dont la zone rouge débute à 5000 tr/min... Et plus encore en soulevant le capot. Le «V8 T» est en fait un V8 TDI... Ça se conçoit - sous cet amas de plastique moulé, impossible de dire, on ne voit rien -, mais ça ne s'entend pas; même lorsque le moteur tourne au ralenti. Mais c'est un diesel tout de même. Un type de motorisation qui se trouve aujourd'hui au coeur d'un scandale - un autre - qui entame encore davantage le lien de confiance entre les constructeurs d'automobiles et leurs clients. C'est dit.

Or cette pensée irrévérencieuse se dissipe à peine effleurée la pédale d'accélérateur. Le moteur réagit très fort en émettant un grondement féroce, méchant. Moins brutales, plus linéaires, les accélérations ne sont pas moins impressionnantes que celles d'un V8 de même puissance et vous collent pareillement contre le dossier du siège. Associé à une boîte automatique pouvant être commandée manuellement, ce huit-cylindres monte tranquillement dans les tours, mais avec une poigne de fer, sans le moindre à-coup. Immédiates, les réactions de cette mécanique turbocompressée gomment toute impression de lourdeur et le châssis s'accorde sans difficulté avec les performances de la voiture, dont le freinage, assuré par d'impressionnants disques qui se dévoilent à travers les roues, témoigne d'une bonne efficacité, mais sans plus.

Malgré une direction qui manque encore de ressenti, ce SQ7 se prend en main aisément. Il faut quand même prendre garde aux accélérations trop brutales en sortie de virage - et la batterie d'assistances électroniques (contrôle de trajectoire, antipatinage...) facilite la maîtrise des 664 lb-pi de couple qui se manifestent dès 1000 tr/min. Un tel brio impose quelques contreparties, à commencer par la suspension, qu'il a bien fallu durcir pour que le SQ7 tienne le pavé. Dès que la chaussée se dégrade, les occupants sont secoués sans ménagement et l'adoption de pneus taille basse ne contribue pas à élever le degré de confort, quel que soit le style de conduite. L'heureux privilégié qui tient le volant s'accommode allègrement de ces inconvénients. Les passagers, pourtant installés dans des sièges confortables, se montrent généralement moins enthousiastes.

Conduire un véhicule aussi puissant a quelque chose d'un peu décalé. Hormis la brève envolée que l'on peut s'autoriser à la sortie de la bretelle menant à l'autoroute, il faut surtout se préoccuper de surveiller son allure, car l'on a tôt fait d'atteindre des vitesses prohibées. Heureusement, la souplesse du 4 L turbodiesel permet aussi d'apprécier cette voiture à des vitesses raisonnables, et le niveau de consommation est remarquablement bas (moins de 10 l/100 km durant notre essai) étant donné la puissance et le gabarit de cet utilitaire.

Hormis le moteur, on retient de ce SQ7 une innovation qui fera école : le passage à 48 V de son réseau électrique interne. Ce dernier est, depuis des lunes, fixé à 12 V. Cette innovation est devenue nécessaire pour répondre aux normes antipollution de plus en plus contraignantes, mais également pour alimenter des équipements électriques de plus en plus nombreux. Pour le SQ7, par exemple, les turbos et les barres stabilisatrices fonctionnent à l'électricité. D'où cette nécessité d'adopter un réseau d'une tension de 48 V.

L'Audi SQ7 2017... (fournie par Audi) - image 2.0

Agrandir

L'Audi SQ7 2017

fournie par Audi

Physique banal

Physiquement, le SQ7 conserve, malgré son caractère volcanique, une présentation assez discrète. Il se distingue des Q7 par ses jantes spéciales, sa double sortie d'échappement, ses jupes avant enveloppantes et ses bas de caisse surlignés, mais sans trop d'ostentation.

On oublie rapidement le faux pas des stylistes une fois installé à bord, où tout est remarquablement coordonné. Plutôt ramassé, le SQ7 offre un volume intérieur compétitif, quoique l'accès à la troisième rangée de sièges demeure acrobatique. De plus, ces places «du fond» se révèlent destinées à l'usage de personnes de petite taille. Quant au coffre, il demeure ténu lorsque toutes les places sont occupées. Mais en rabattant les sièges des rangées arrière et médiane, le SQ7 offre un volume supérieur à 2000 litres.

Audi n'espère pas diffuser au Canada des centaines d'unités de ce modèle, destiné à une clientèle très aisée. Le constructeur aux anneaux compte en revanche sur cet utilitaire pour revigorer l'image du diesel, que plusieurs observateurs estiment aujourd'hui condamné à disparaître.

Les frais de transport et d'hébergement liés à ce reportage ont été payés par Audi.

Le pour et le contre

On aime

  • Couple titanesque
  • Comportement solide et sportif
  • Finition cinq étoiles
On aime moins

  • Physique banal
  • Maniabilité dans les espaces restreints
  • Image du diesel à restaurer

L'Audi SQ7 2017... (fournie par Audi) - image 4.0

Agrandir

L'Audi SQ7 2017

fournie par Audi

Ce qu'il faut retenir

  • Prix: entre 80 000 $ et 90 000 $ (estimation)
  • Garantie de base: 48 mois ou 80 000 km
  • Moteur: V8 DACT 4,0 litres turbo-diesel
  • Puissance: 435 ch entre 3750 et 5000 tr/min 
  • Couple: 664 lb-pi entre 1000 et 3250 tr/min
  • Poids: 2270 kg
  • Rapport poids/puissance: 5,21 kg/ch
  • Mode: intégral
  • Transmission de série: automatique à huit rapports
  • Transmission optionnelle: aucune
  • Direction: crémaillère
  • Diamètre de braquage: 12,4 m
  • Freins (av.-arr.): disque-disque
  • Pneus (av.-arr.): 285/45R20
  • Capacité du réservoir: 85 litres
  • Carburant recommandé: diesel
  • Capacité de remorquage maximale: 3500 kg
  • Consommation réelle: 9,8 l/100 km
  • Pour en savoir plus: www.audi.ca

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer