Les États-Unis poursuivent Volkswagen

Les prochains mois s'annoncent mouvementés pour Volkswagen et... (Agence France-Presse)

Agrandir

Les prochains mois s'annoncent mouvementés pour Volkswagen et son directeur général, Matthias Müller, qui font face à une poursuite de quelque 20 milliards de dollars aux États-Unis.

Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Olinga
Agence France-Presse
New York

Les autorités américaines ont décidé lundi de traduire en justice Volkswagen et ses marques haut de gamme Audi et Porsche à qui elles réclament au moins 20 milliards de dollars de dédommagement.

Le département de la Justice (DoJ) et l'agence de l'Environnement (EPA) ont annoncé avoir déposé une plainte commune devant un tribunal du Michigan contre le groupe allemand.

Ils lui reprochent d'avoir équipé 600 000 véhicules diesel d'un logiciel leur ayant permis de polluer «excessivement» sans se faire prendre, «trompant [ainsi] les consommateurs et affectant leur santé», selon les documents judiciaires.

Cette action civile est distincte du volet pénal : le ministère de la Justice a en effet ouvert une enquête pénale en parallèle.

Au tribunal civil, le DoJ et l'EPA demandent des dommages et intérêts pouvant s'élever à au moins20 milliards $ et le remboursement de leurs frais de justice.

Dans le détail, les deux régulateurs attendent de la justice qu'elle impose une pénalité d'au moins32 500 $ pour chaque véhicule affecté. À ceci s'ajouterait au moins 2750 $ par logiciel installé. Le montant de l'amende peut varier selon le millésime des voitures concernées.

Volkswagen, qui génère un chiffre d'affaires annuel de 300 milliards $ et emploie 600 000 personnes, a déjà mis de côté 9 milliards $ en prévision d'éventuels amendes et accords.

Le groupe a aussi recruté Kenneth Feinberg, un avocat de renom, pour l'aider à gérer les recours collectifs déposés par de nombreux automobilistes en Californie.

«La plainte d'aujourd'hui est une première étape pour traduire en justice Volkswagen pour avoir échoué à révéler un logiciel truqueur au moment où il cherchait à faire certifier ses véhicules diesel auprès de l'EPA», a expliqué Barbara McQuade, procureur fédéral du Michigan.

«Les États-Unis vont recourir à tous les remèdes appropriés contre Volkswagen pour obtenir réparation des violations présumées de nos lois sur la qualité de l'air», renchérit John Cruden, un des ministres adjoints de la Justice.

Rappels?

Volkswagen, qui joue la carte de l'humilité pour regagner la confiance des consommateurs, n'a pas directement réagi à cette nouvelle offensive des autorités américaines, préférant souligner sa bonne volonté.

«Nous allons lire et examiner la plainte», a déclaré Eric Felber, un porte-parole du groupe, ajoutant que l'entreprise «coopère étroitement avec les autorités américaines».

Le scandale des moteurs truqués de Volkswagen a éclaté en septembre aux États-Unis et s'est répandu à travers le monde : au total, 11 millions de véhicules ont été équipés d'un logiciel permettant de fausser les tests antipollution.

Le mastodonte aux 12 marques a pour l'instant suspendu une poignée de cadres dirigeants, et son patron de 2007 à 2015, Martin Winterkorn, a démissionné tout en affirmant n'avoir rien su de l'installation de logiciels truqueurs.

Son successeur, Matthias Müller, s'est excusé publiquement. Les ventes, elles, ont commencé à pâtir du gel de la commercialisation des modèles concernés au point que Volkswagen a renoncé à la couronne de premier constructeur mondial, portée par le japonais Toyota, et qu'il convoitait en 2015.

La course à la taille et les exigences techniques a été largement montrée du doigt comme source de la pression à l'origine du scandale des moteurs truqués.

S'il n'a pas encore procédé à un rappel des véhicules affectés, Volkswagen travaille encore sur des solutions de remise aux normes.

En Europe, une simple mise à jour de logiciel suffira pour certains modèles, avec ajout d'une pièce de plastique pour d'autres, soit «moins d'une heure» de travail, assure le constructeur.

En revanche, Volkswagen, qui attend encore le feu vert des autorités américaines, n'a pas encore dévoilé la solution technique pour les États-Unis

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer