Scandale chez Volkswagen: 11 millions d'autos truquées dans le monde

Volkswagen... (Photo Agence France-Presse, Odd Andersen)

Agrandir

Volkswagen

Photo Agence France-Presse, Odd Andersen

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Geir Moulson
Associated Press
Berlin

La crise qui éclabousse le constructeur automobile Volkswagen a pris une nouvelle ampleur mardi, quand la compagnie a lancé un avertissement sur les résultats après avoir admis que 11 millions de ses véhicules diesel sont équipés du logiciel antipollution qui se retrouve au coeur d'un scandale aux États-Unis.

Le constructeur allemand a annoncé par voie de communiqué qu'il met de côté environ 6,5 milliards d'euros (7,3 milliards $ US) en réaction à ce scandale qui met à mal sa réputation d'intégrité et malmène son titre boursier.

Le titre de Volkswagen s'effondrait de près de 18 pour cent mardi et se rapprochait de son niveau le plus bas des quatre dernières années. Le titre de Volkswagen avait déjà perdu 17 pour cent lundi, ce qui signifie que la compagnie a perdu environ 25 milliards d'euros en capitalisation boursière depuis deux jours.

Le scandale a éclaté vendredi dernier, quand l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) a accusé Volkswagen d'avoir truqué les tests d'émissions américains d'environ 500 000 automobiles diesel. Le constructeur a ensuite admis sa faute.

En bref, Volkswagen est accusé d'avoir contourné la loi américaine sur la pollution aérienne. L'EPA affirme que Volkswagen a utilisé un programme qui détecte le moment où les véhicules sont soumis à un test officiel sur les émissions de gaz à effet de serre. Par la suite, le logiciel désactive les contrôles d'émissions pour l'utilisation normale des véhicules, ce qui leur donne plus de puissance, mais les voit aussi émettre 40 fois plus de polluants que la limite légalement permise.

Le communiqué diffusé mardi par Volkswagen révèle que le scandale touche quelque 11 millions de véhicules distribués à travers le monde.

L'EPA a ordonné à Volkswagen de corriger les automobiles à ses propres frais, mais a dit que les propriétaires de ces véhicules n'avaient pas à agir immédiatement. L'agence assure que les violations du constructeur automobile ne posent pas de risque de sécurité et qu'il était toujours légal de conduire et de vendre les véhicules en attendant que Volkswagen présente un programme de rappel pour les réparer.

Cependant, a ajouté l'EPA, les véhicules représentent un risque pour la santé publique.

Amende possible de 18 milliards $US

L'agence a aussi donné une idée de l'ampleur des amendes qui pourraient être imposées à Volkswagen. Le constructeur pourrait devoir débourser jusqu'à 37 500 $ US par véhicule - pour un total de plus de 18 milliards $ US.

La Corée du Sud a elle aussi annoncé l'ouverture d'une enquête et prévenu que Volkswagen pourrait écoper d'une amende de 3,4 milliards $ US. La France réclame de son côté une enquête à travers l'Europe sur les pratiques de Volkswagen et sur celles des constructeurs automobiles français.

Le patron prendrait la porte vendredi

BERLIN - Le patron de Volkswagen Martin Winterkorn va être démis de ses fonctions vendredi par le conseil de surveillance suite au scandale sur les moteurs diesel, rapportait mardi le journal allemand Tagesspiegel sur la foi de sources proches de l'organe de contrôle.

Martin Winterkorn, PDG de Volkswagen.... (PHOTO ODD ANDERSEN, AFP) - image 3.0

Agrandir

Martin Winterkorn, PDG de Volkswagen.

PHOTO ODD ANDERSEN, AFP

M. Winterkorn n'a plus la confiance du conseil de surveillance, explique le quotidien berlinois sur la foi de ses sources, non identifiées. C'est Matthias Müller, le patron de Porsche, filiale de Volkswagen, qui doit lui succéder, selon le journal.

Volkswagen n'était pas joignable pour commenter cette information.

En poste depuis 2007

M. Winterkorn, 68 ans, aux manettes depuis 2007, était sorti victorieux au printemps dernier d'un duel avec le patriarche du groupe Ferdinand Piëch, et avait assis sa main mise sur le groupe. Il devait théoriquement être prolongé de deux ans à son poste vendredi, jusqu'à fin 2018.

Selon la presse allemande, les membres les plus influents du conseil de surveillance, réunis en un sous-comité appelé présidium, doivent se réunir déjà mercredi au siège du groupe à Wolfsburg (nord) et entendre M. Winterkorn. Volkswagen n'a pas confirmé. (Agence France-Presse)

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer