34e Salon de l'auto de Québec: le coup d'envoi du printemps

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le 34e Salon international de l'auto de Québec, qui s'ouvre ce matin, marque le coup d'envoi du printemps pour les ventes de véhicules neufs. Et l'année 2015 a de fortes chances d'être bonne, si on se fie aux indicateurs économiques.

Les journalistes ont eu droit à un avant-goût... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 1.0

Agrandir

Les journalistes ont eu droit à un avant-goût du Salon de l'auto lundi. L'événement commence mardi matin.

Le Soleil, Yan Doublet

«La première répercussion du Salon de l'auto, c'est que c'est là que débute notre grosse saison de ventes. On le sait tous, l'hiver est long à Québec et les mois de janvier et de février, ce n'est pas le Klondike», explique Pierre Langlois, président du salon et de la Corporation Mobilis qui l'organise. «On n'a qu'un printemps par année. Il faut en profiter.»

«L'année 2014 a été très bonne et, en 2015, les indicateurs économiques semblent dire que le marché de l'automobile et des technologies tireront leur épingle du jeu», ajoute M. Langlois. «Une croissance de 3 à 4 % des ventes se pointe à l'horizon.» L'an dernier, l'hiver avait été long, mais mars avait été un bon mois. Mais un ralentissement en avril est venu changer la donne.

Dans la région de la Capitale-Nationale et dans les régions limitrophes, les concessionnaires automobiles génèrent un chiffre d'affaires annuel de 4 milliards $.

En plus, affirme le président, le parc automobile vieillit. «Au Québec, on a le plus vieux parc d'automobiles au Canada. C'est pour cette raison qu'on est porté à croire que les gens profiteront de cette année pour faire le changement. 

Et de l'autre côté du spectre, les locations d'automobiles dominent toujours le marché. La proportion des locations par rapport aux achats se situe à 70 %-30 %, selon M. Langlois, qui est aussi propriétaire de la concession Langlois Volkswagen, à L'Ange-Gardien. «Ce qui fait en sorte qu'il y a un suivi qui se fait par les vendeurs. On appelle ça notre portefeuille automobile. Il faut s'en occuper.»

«Un point tournant»

«Ce Salon sera un point tournant dans son histoire», déclare Charles Drouin, chef de la direction de la Corporation Mobilis et directeur général du salon. En plus d'avoir sur le plancher 375 véhicules au Centre de foires, 75 de plus que l'an dernier - tout l'espace disponible de la salle est occupé -, la corporation a vendu des murs en publicité aux constructeurs ou à certains concessionnaires. 

«C'est une place pour les passionnés», estime M. Drouin. Ces derniers représentent les deux tiers des visiteurs. «De 30 à 40 % des gens qui entrent dans une salle de montre achètent ou louent un véhicule. C'est pas mal la même chose au Salon», ajoute M. Langlois.

À plus forte raison cette année, le Salon «créera du rêve et de l'émotion». «Il y a une grande partie d'émotion dans l'achat d'une voiture. On est un incubateur d'émotions», acquiescent MM. Langlois et Drouin. «Il y a des gens qui arrivent avec des calepins au Salon», qui génère des retombées pendant toute l'année, selon le président.

Au Salon de l'auto de Québec, il n'est toutefois pas question de conclure des transactions au Centre de foires. Cela se fait uniquement dans les concessions. «On ne veut pas que le Salon devienne une foire ou un encan», dit le président. Et selon son collègue, «il n'y a pas de pression ni de parcours dirigé», ce qui représente un avantage de taille, par rapport à Montréal, pour Québec. 

Pour les vendeurs, le Salon de l'auto représente toute une expérience. Car ce sont les concessionnaires qui se bâtissent des horaires pour que leurs vendeurs puissent être présents au salon. Pour les nouveaux vendeurs, ça fait partie de leur formation.

«Une semaine au Salon de l'auto équivaut à six mois en salle de montre. Normalement, on recommande aux vendeurs de se concentrer sur deux ou trois clients par jour afin de donner le temps de bien s'occuper de ceux-ci. Au salon, le vendeur peut parler à 50 clients potentiels par jour», conclut M. Langlois.

6000
personnes et plus travaillent dans les concessions de la Corporation Mobilis
4
milliards $
Le chiffre d'affaires annuel, ventes et service inclus
325
millions $
en masse salariale
37
millions $
investis en publicité
70%
des automobiles sont vendues en location-bail

Un moteur économique

Le marché de la voiture neuve à Québec et dans les régions avoisinantes représente un important moteur économique.

En plus de générer un chiffre d'affaires annuel de plus de 4 milliards $ - ventes et service inclus -, les concessionnaires d'automobiles neuves membres de la Corporation Mobilis donnent de l'emploi à plus de 6000 personnes. Cette main-d'oeuvre totalise une masse salariale de 325 millions $, selon les données fournies au Soleil par Charles Drouin, chef de la direction du regroupement de 130 concessions.

Celles-ci sont réparties dans les régions de Québec, de Charlevoix, de Portneuf, de la Beauce et de Montmagny et Kamouraska. Les vendeurs de camions lourds sont aussi membres de la Corporation Mobilis.

Ces mêmes concessions collectent 315 millions $ en taxes (TPS et TVP) qui sont redonnés aux gouvernements. Par ailleurs, le domaine des communications profite aussi de cette manne, car plus de 37 millions $ sont investis en publicité dans les médias.

Ces chiffres ne comprennent pas ceux des ateliers mécaniques indépendants, des marchands de pneus et de pièces et des revendeurs de véhicules d'occasion.

«Et là, on ne parle pas des rénovations que les concessionnaires peuvent faire dans leur commerce», affirme M. Drouin. «Et il en coûte de plus en plus cher pour ouvrir ou acheter une concession», précise-t-il, en ajoutant que «certains acheteurs seraient prêts à offrir plus que la valeur du marché».

Bien que certains propriétaires des concessions possèdent plusieurs marques - ce qui implique un toit différent pour chacune d'elles -, on n'assiste pas à de grands regroupements de concessionnaires, un phénomène qui est davantage une tendance à Montréal. «On le fait pas encore à Québec, mais on ne dit pas que ça ne pourrait pas arriver», déclare M. Drouin.

Dons de charité

Enfin, la Corporation Mobilis, avec sa fondation, verse annuellement plus de 5 millions $ en dons de charité. «On a pas idée comment on peut être sollicités par différents organismes», conclut-il.

***

Le Twizy 45 - limité à 45 km/h... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 4.0

Agrandir

Le Twizy 45 - limité à 45 km/h - serait facilement homologable au Québec en tant que véhicule à basse vitesse.

Le Soleil, Yan Doublet

Nouvelles bornes de recharge

CAA-Québec et le fabricant de bornes de recharge AddÉnergie ont profité de la journée de presse du Salon de l'auto pour annoncer qu'ils mettront en service - en collaboration avec Nissan - une borne de recharge rapide de 400 volts à leur siège social respectif. La première se trouvera au 444, rue Bouvier, la seconde au 2327, boulevard du Versant Nord.

Ces deux bornes de recharge rapide s'ajoutent à celle qui a été annoncée à Lévis récemment et seront en service ce printemps, au plus tard au mois de juin.

***

Renault Twizy: aucun distributeur confirmé

On s'attendait à ce que Renault sorte le chat du sac et dévoile l'identité d'un distributeur québécois pour son quadricycle Twizy.

«On attend l'homologation du véhicule au Canada et on parlera affaires ensuite», a déclaré lundi Vincent Carré, directeur commercial pour les véhicules électriques chez Renault, lors de la journée de presse du 34e Salon international de l'auto de Québec. M. Carré a également souligné que Renault ne veut passer à tout prix par Nissan pour vendre le Twizy ici.

«C'est une option, mais nous souhaitons faire affaire avec un distributeur passionné et dédié au modèle et à la marque», ajoute-t-il.

Le Twizy 45 - limité à 45 km/h - serait facilement homologable ici en tant que véhicule à basse vitesse. Il ne pourrait pas rouler sur des routes dont la vitesse maximale est supérieure à 50 km/h.

>> Consultez notre cahier spécial

 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer