Pêcheries: la relève freinée par le prix des permis

Alexandra Labbé, 29 ans, de Cannes-de-Roches près de... (Collaboration spéciale Geneviève Gélinas)

Agrandir

Alexandra Labbé, 29 ans, de Cannes-de-Roches près de Percé, répare ses cages après une saison record terminée début juillet. Elle a pris la relève de son père Bernard Labbé, décédé en 2015.

Collaboration spéciale Geneviève Gélinas

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Geneviève Gélinas</p>
Geneviève Gélinas

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Gaspé) Le prix des permis de pêche, poussé à la hausse par les prises record des dernières années, a presque doublé dans le homard, tout comme dans la crevette et dans le crabe. Prendre la relève devient de plus en plus difficile pour la jeune génération.

Alexandra Labbé, pêcheuse de homard de 29 ans, a connu une saison record dans sa zone de Cannes-de-Roches, près de Percé. «Quand mon père a acheté son permis en 1995, il se pêchait 11 000 à 15 000 livres par saison dans mon secteur. Ces années-ci, c'est 30 000 à 40 000 livres», dit-elle.

Son père Bernard Labbé, décédé en 2015, lui a légué son entreprise. Sans ce legs, cette diplômée en pêche professionnelle pratiquerait quand même son métier. «Mais ça aurait peut-être été difficile. Un permis [de homard] aujourd'hui, c'est entre 300 000 $ et 500 000 $.»

Plus de 60 % des pêcheurs commerciaux ont passé le cap des 50 ans. Des jeunes de mieux en mieux formés sont intéressés à prendre la relève, notent des observateurs du monde des pêches. Mais la mise de fonds nécessaire est en passe de devenir un obstacle insurmontable.

«Dans les années 90, un bon permis de crevette, c'était 1,5 million de dollars. Aujourd'hui, on parle de 4 millions», observe Herman Synnott, un ex-crevettier devenu mentor pour les Micmacs de Gesgapegiag. C'est sans compter le prix d'un navire neuf de pêche à la crevette, qui est passé de 1,5 million à 3,5 millions dans le même laps de temps.

«Ça élimine les jeunes, dit M. Synnott. Ceux qui ont des entreprises existantes, qui ont déjà un permis dans la crevette ou une autre espèce, achètent.» Parfois, «les usines donnent un coup de main» aux acheteurs, rapporte-t-il, en les endossant ou en leur prêtant de l'argent. 

Ces pratiques se font «un peu en catimini» et Pêches et Océans Canada «laisse aller», observe M. Synnott. Les pêcheurs ont ensuite les mains liées face à l'usine de transformation.

«On est dans un tournant. On est en train de revenir à un contrôle par des grosses entreprises», dit M. Synnott. Il craint que le principe du pêcheur indépendant qui a prévalu pendant sa carrière soit en voie de disparition.

Bonifier les programmes

«Il va falloir que tous les paliers - regroupements de pêcheurs, gouvernements, institutions financières - revoient les programmes en place pour les bonifier», croit Joël Berthelot, président du Regroupement des pêcheurs professionnels du sud de la Gaspésie, qui représente des homardiers. «On ne vend plus un motel de 10 chambres. On vend un motel de 75 chambres. Ça coûte plus cher, mais ça va rapporter plus.»

Attention, les pêcheurs ne sont pas à l'abri des mauvaises années, avertit Louis Bigaouette, directeur régional pour la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ), qui garantit les prêts obtenus par les pêcheurs.

«Est-ce que le prix des permis est surévalué par rapport à une moyenne historique? Probablement que oui. Jusqu'où doit-on se rendre? On a la responsabilité de ne pas mettre des gens dans le trouble en leur accordant des prêts trop élevés», dit M. Bigaouette.

Il souhaite qu'une réflexion sur la relève s'enclenche à l'automne. «Il ne faut pas tarder, sinon il y a de la relève qui ne pourra pas se prendre.»




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer