Lessard prêt à défendre la gestion de l'offre «bec et ongles»

Le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec,... (La Tribune, Jean-François Gagnon)

Agrandir

La Tribune, Jean-François Gagnon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec, Laurent Lessard, entend défendre «bec et ongles» la gestion de l'offre pour le lait, les oeufs et la volaille, après une première attaque du président américain Donald Trump.

«On va défendre ça bec et ongles. On est à l'intérieur de nos compétences. Ça fait partie des accords de commerce», a martelé jeudi M. Lessard.

Celui-ci s'est dit «étonné» de la sortie du président des États-Unis sur ce thème. En visite au Wisconsin, mardi, Donald Trump a réclamé «un commerce plus équitable» avec le Canada en visant particulièrement les produits laitiers. 

«Dans tous les accords de commerce internationaux, la gestion de l'offre au Canada - c'est-à-dire le lait, les oeufs, la volaille - est protégée, a fait toujours l'objet d'une protection», a rappelé le ministre de l'Agriculture du Québec. «On produit pour la consommation intérieure sans exporter ces produits-là. Donc on produit pas pour faire du dumping international.»

Du lait canadien pour des fromages canadiens

M. Lessard considère normal que le Canada importe de moins en moins de protéines laitières puisqu'il en produit localement. Après utilisation des gras du lait, les protéines sont maintenant valorisées au lieu d'être jetées. Cela diminue nécessairement les importations de lait diafiltré, très riche en protéines justement. 

«Ce que je dis et ce qu'on dit au président américain : je pense et on pense qu'un État peut utiliser le lait canadien pour faire des fromages canadiens et être le moins possible dépendant d'intrants internationaux si on est capables», a lancé l'élu provincial. «On peut dire que nos fromages seront encore plus québécois et plus canadiens qu'avant puisqu'on aura utilisé tous nos ingrédients pour fabriquer des produits de chez nous», a-t-il ajouté. 

Avant lui, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a rappelé que ce n'est pas la première fois que la gestion de l'offre fait l'objet de critiques. Il s'est dit prêt à la défendre une fois de plus. Le chef libéral a également fait valoir que l'agriculture américaine était très subventionnée et que le modèle canadien garantissait le maintien de fermes familiales et non industrielles.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer