Québec veut évaluer le poids économique des microbrasseries

Selon l'Association des microbrasseries du Québec, environ 150... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Selon l'Association des microbrasseries du Québec, environ 150 permis de brasseurs artisans ou de microbrasseries ont été octroyés. Les entreprises du secteur détiendraient environ 8 % ou 9 % du marché de la bière.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La bière québécoise ayant le vent en poupe, le ministère des Finances entreprend une vaste étude pour mesurer le poids économique des microbrasseries. Aussi pour évaluer si elles ont besoin de soutien gouvernemental accru, comme elles le demandent.

«Face à la croissance importante de ce secteur d'activités, le ministère des Finances a décidé de faire effectuer une étude afin d'obtenir un portrait complet de la situation, économique et fiscale, de l'industrie», expose le porte-parole auprès des médias, Jacques Delorme.

Les microbrasseurs ont exprimé certaines «préoccupations» dans l'espoir d'obtenir un soutien étatique. «Il y a des demandes qui ont été adressées au Ministère. Et le Ministère, avant de répondre à ces demandes-là, il veut avoir un portrait complet de la situation. [...] On va écouter les demandes de l'industrie, mais avant de regarder ce que le gouvernement peut faire pour l'industrie, on veut avoir un portrait complet.»

Selon l'Association des microbrasseries du Québec, environ 150 permis de brasseurs artisans ou de microbrasseries ont été octroyés. Les entreprises du secteur détiendraient environ 8 % ou 9 % du marché de la bière. Regroupées, elles embaucheraient 3800 personnes, pour une masse salariale de quelque 112 millions $ dans 78 municipalités où elles sont implantées.

Le ministère des Finances désire cependant mettre la main sur des données impartiales. D'où la commande d'une étude «exhaustive» qui portera sur l'ensemble des microbrasseries du Québec. L'État veut notamment recevoir une analyse de l'évolution de l'industrie brassicole au cours des 20 dernières années et les tendances du marché; identifier les changements dans le marché, par exemple l'évolution des habitudes de consommation, la rentabilité, la segmentation des marchés; les avantages fiscaux offerts dans les autres provinces canadiennes; mesurer l'effet des mesures d'aide déjà en place et identifier les incitatifs qui pourraient contribuer au développement de l'industrie; etc.

L'industrie profite déjà de l'aide gouvernementale, entre autres d'une réduction de la taxe sur l'alcool qui augmente à mesure que la production croît. Elle aimerait toutefois obtenir une réduction beaucoup plus importante (jusqu'à 85 % pour les plus petits commerces) et que la crue de cette taxe soit moins rapide lorsque l'entreprise prend de l'expansion.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer