Les dépanneurs veulent vendre de l'alcool plus tôt et jusqu'à plus tard

La vente d'alcool représente environ 30 % à... (La Presse, François Roy)

Agrandir

La vente d'alcool représente environ 30 % à 35 % du chiffre d'affaires d'un dépanneur.

La Presse, François Roy

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les propriétaires de dépanneur et d'épicerie indépendante reviennent à la charge et demandent au gouvernement provincial de modifier la loi afin qu'ils puissent vendre de l'alcool avant 8h et après 23h.

«Dans le contexte des habitudes de consommation d'aujourd'hui, il est peut-être temps d'élargir les heures d'ouverture des permis d'alcool d'épicerie», affirme au Soleil le directeur général de l'Association des marchands dépanneurs et épiciers du Québec (AMDEQ), Yves Servais. «Nous avons plusieurs détaillants qui ouvrent à 6h et il y a souvent des clients qui partent en vacances qui arrivent le matin et ils voudraient acheter leur caisse de bière. Mais on ne peut pas. Cela crée de la frustration», poursuit-il, notant qu'il s'agit également de revenus en moins pour les commerçants.

Le président de l'AMDEQ rappelle que la vente d'alcool représente environ 30 % à 35 % du chiffre d'affaires d'un dépanneur. Il souhaite un assouplissement de la loi qui permettrait de vendre de la bière ou du vin à partir «d'au moins 7h, et ce, jusqu'à minuit, voire 1h».

«Le consommateur travaille à toutes sortes d'heures. S'il veut une bière en revenant à la maison [après 23h], il ne peut pas. Il ne lui reste que les bars. Nous voulons satisfaire notre clientèle et demeurer compétitifs», dit M. Servais.

Mercredi, l'AMDEQ présentera sa vision pour l'industrie devant un comité pour les changements des permis d'alcool. Ce dernier est présidé par le député libéral André Drolet qui transmettra par la suite ses recommandations au ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, Martin Coiteux.

Les démarches visant à apporter une mise à jour sur la réglementation sur les permis d'alcool ne datent pas d'hier. En 2013, l'AMDEQ avait d'ailleurs interpellé des membres du gouvernement du Parti québécois.

«Ça fait un bon moment que le gouvernement regarde pour faire une mise à jour sur la réglementation sur les permis d'alcool. Cela n'a jamais eu lieu, car il y a eu des changements de gouvernement au cours des dernières années. Là, ils veulent passer à l'action. Ils ont créé des comités pour entendre différents intervenants du milieu», se réjouit M. Servais.

Mise sous clé

Parmi ses demandes, outre les heures d'exploitation du permis d'alcool, l'AMDEQ déplore le fait qu'il faut encore en 2016 «cacher ou mettre sous clé» ses produits contenant de l'alcool en dehors des périodes légales de vente.

«Ce règlement n'a plus sa raison d'être. Il est ridicule. Il date du début des années 80 et il est plus ou moins respecté», soutient le directeur général. «C'est une contrainte déplorable, car par le passé, il y a deux ou trois de nos membres qui ont été pris en infraction. Ils ont dû payer des amendes d'environ 75 $. Tu ne peux pas à 23h commencer à barrer tous tes frigidaires. Compte tenu des heures d'ouverture des dépanneurs et des épiceries aujourd'hui, certains sont ouverts 24h sur 24h, comment voulez-vous faire respecter le règlement? Il doit être abrogé», estime-t-il.

Selon l'AMDEQ, qui compte près de 1000 membres, le gouvernement devrait également se pencher sur le dossier des promotions croisées avec des boissons alcooliques. M. Servais dénonce le fait que certaines chaînes d'alimentation utilisent cette forme de promotion pour «contourner le prix plancher pour une caisse de bière».

«Il y a encore beaucoup de promotions du genre. Par exemple, pour l'achat de deux caisses de bière, vous avez 15 $ sur l'essence ou sur l'épicerie», note le dg. «Éthiquement, c'est très questionnable. Souvent, cela contrevient à la réglementation sur le prix minimum de la bière. On demande au gouvernement d'interdire ce type de promotion croisée. [...] On veut demeurer compétitif, on veut une compétition plus juste. On ne peut pas se permettre de faire ça, nos marges sont trop minimes», ajoute-t-il.

Au Québec, le prix minimal pour une caisse de 24 bouteilles ou canettes de bière de 341 ml varie entre 23,65 $ et 26,79 $, tout dépendamment de la teneur en alcool par volume.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer