Le Marché public de Limoilou devient une tradition

Les producteurs aussi aiment le marché public de... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Les producteurs aussi aiment le marché public de Limoilou, dont les étalages ont été «dévalisés» dimanche.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un grand marché public à ExpoCité? Pas de quoi inquiéter l'organisateur du Marché public de Limoilou, dont la troisième édition s'est terminée dimanche après-midi. Désormais ancré dans la communauté, le marché a attiré encore plus de visiteurs cette année, et ce, malgré le temps parfois maussade.

Claude Villeneuve était ravi que le soleil se mette de la partie dimanche. Acheteurs et simples curieux ont afflué pour rencontrer les producteurs venus d'un peu partout dans la région et faire quelques emplettes. Et la tendance ne risque pas d'aller en diminuant, même si la Ville de Québec planche sur le projet d'un marché public à ExpoCité. «On va rester huit semaines par année et on est le seul marché au Québec qui est sur rue. Même avec le Grand marché, on va continuer d'offrir une expérience qui est différente», a souligné le président du collectif Rutabaga, qui organise le marché limoulois.

Succès de foule

En moyenne, 2826 personnes se sont présentées chaque dimanche sur la 3e Avenue, de quoi réjouir l'organisateur. La preuve que même si la météo n'a pas toujours joué en leur faveur, les résidents du quartier se sont approprié leur marché public. «Les producteurs disent que lorsqu'il y a une baisse d'achalandage, il n'y a pas de différence dans les recettes. Ça montre que pour les gens du quartier, on est rendus dans leurs habitudes», a-t-il fait remarquer. M. Villeneuve espère faire connaître l'événement davantage auprès des résidents environnants, mais aussi faire tomber les «barrières psychologiques» en en attirant d'autres des secteurs périphériques.

«Cette année, on assurait la pérennité du marché. On a atteint en termes de grosseur notre masse critique», a déclaré M. Villeneuve, qui a souligné le travail dévoué de l'équipe d'une quarantaine de bénévoles, dont 15 ont assuré le bon déroulement des activités chaque dimanche depuis la fin juillet.

Fier agriculteur de Château-Richer, Louis-Philippe Huot expliquait à un visiteur les caractéristiques du houblon au moment où Le Soleil s'est présenté. «On fait plus d'éducation au public que de vente, mais on attire quand même le regard de potentiels brasseurs amateurs», a expliqué celui qui préside les Maîtres houblonniers du Saint-Laurent, une PME de la Côte-de-Beaupré.

«On a été dévalisés», a lancé pour sa part Mélodie, une maraîchère de Deschambault, qui a presque tout vendu au courant de la journée. Elle l'a admis : le Marché public de Limoilou reste son favori parmi les autres auxquels elle participe. «Ici, la clientèle est plus curieuse envers nos produits.» Un exemple? Une tomate n'est pas rouge, mais a plutôt des teintes bleutées... Pour les gens d'ici, ça ne pose aucun problème, explique Mélodie, le rire dans la voix.

Le Marché public de Limoilou s'est déroulé du 31 juillet au 18 septembre, tous les dimanches, sur la 3e Avenue.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer