La fraise a dorénavant son symposium

Le Symposium international de la fraise réunira quelque... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le Symposium international de la fraise réunira quelque 650 scientifiques et producteurs d'une trentaine de pays à Québec du 13 au 17 août.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La fraise que l'on connaît ces années-ci est le résultat d'un croisement - très apprécié - entre la fraise des champs du Québec et la fraise de Virginie. C'est probablement Champlain ou Louis-Hébert qui ont pu en rapporter en France», souligne Yves Desjardins, professeur de la Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation de l'Université Laval. Voilà une petite partie de l'histoire qu'il racontera, samedi, à titre de président des Olympiades de la fraise, au Centre des congrès de Québec, pour illustrer l'apport du Québec dans cette industrie.

Le Symposium international de la fraise, organisé par le Centre de recherche en horticulture de l'Université Laval et parrainé par la Société internationale des sciences horticoles, réunira quelque 650 scientifiques et producteurs d'une trentaine de pays à Québec du 13 au 17 août.

L'avenir de la fraise, ce n'est pas juste au Québec qu'il se dessine. La Chine n'en produisait pas il y a 10 ans, mais a maintenant plus de 100 000 hectares en culture, soit deux fois plus que la Californie, souligne M. Desjardins.

Et les développements de cette industrie en Amérique du Sud font en sorte que les fraises pourraient se retrouver dans les marchés d'alimentation du Québec pendant l'hiver.

Parmi les tendances, M. Desjardins mentionne les nouvelles variétés à venir, parmi lesquelles des fraises aux fragrances différentes et plus goûteuses.

En même temps, les producteurs font face à certains problèmes avec des insectes, comme la drosophile à ailes tachetées qui s'attaque aux champs de fraises. «Il y a de la recherche pour trouver des moyens de contrôler les infestations», indique le professeur, car on en fera état pendant le symposium.

Parmi les autres sujets, les scientifiques et les producteurs s'attarderont aux tendances du marché pour l'avenir. Le temps des fraises pourrait bien se prolonger, du moins pour les consommateurs, tout au long de l'année.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer