Olymel abolit 340 emplois à St-Hyacinthe

Olymel a annoncé mardi un investissement de plus... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Olymel a annoncé mardi un investissement de plus de 25 millions $ pour agrandir son établissement d'abattage et de découpe de porcs de Saint-Esprit, dans la région de Lanaudière, un projet qui, une fois complété, devrait créer jusqu'à 200 emplois supplémentaires.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Saint-Hyacinthe

Olymel a annoncé vendredi la suppression de 340 emplois à son usine de Saint-Hyacinthe.
Ces pertes d'emplois découlent de la décision de l'entreprise de cesser ses activités de désossage de fesses de porc à cet endroit.

«Un moment donné, il faut prendre des décisions difficiles, c'en est une. C'est malheureux. Cette décision s'explique par le fait que ces [activités] de désossage de fesses de porc peuvent désormais être réalisées là où c'est plus logique, [soit] dans les usines où on fait de l'abattage et de la découpe», a expliqué à La Presse Canadienne le porte-parole d'Olymel, Richard Vigneault, qui précise que les usines d'abattage et de découpe de Vallée-Jonction, de Yamachiche et de Saint-Esprit sont également plus près, géographiquement, des établissements de surtransformation qu'elles doivent alimenter.

M. Vigneault souligne que les employés affectés au désossage et aux activités connexes à Saint-Hyacinthe bénéficient d'un préavis de longue durée compte tenu du fait que les activités devraient se poursuivre jusqu'en septembre 2017.

Plan de relocalisation

Un comité de reclassement sera par ailleurs formé et un plan de relocalisation dans d'autres établissements d'Olymel situés dans un rayon de 70 kilomètres de Saint-Hyacinthe a été élaboré.

Ce plan fera en sorte que les employés de l'usine de Saint-Hyacinthe touchés par la cessation des activités de désossage verront leurs années de service reconnues pour fins de rémunération et d'avantages sociaux s'ils acceptent d'être relocalisés pour répondre aux besoins de main-d'oeuvre dans un autre établissement d'Olymel. M. Vigneault n'a cependant pas pu dire si l'entreprise serait en mesure de relocaliser la totalité des 340 employés touchés s'ils choisissaient tous de se prévaloir de cette option.

L'usine de Saint-Hyacinthe demeurera ouverte, ajoute-t-il, puisqu'on y maintient le fondoir, qui sert à la fabrication de saindoux. Soixante-dix emplois seront ainsi maintenus.

M. Vigneault assure par ailleurs que l'annonce de vendredi ne laisse pas présager d'autres mises à pied au sein de l'entreprise dans un avenir rapproché. «C'est vraiment une décision qui concerne une activité, qui est le désossage, il n'y a pas d'autre chose annoncée», a-t-il soutenu.

Le président de la section locale 1991-P des Travailleurs unis de l'alimentation et du commerce n'a pas rappelé La Presse Canadienne, vendredi.

Olymel emploie près de 11 000 personnes, dont plus de 8000 au Québec, et dispose également d'installations en Ontario, en Alberta, au Nouveau-Brunswick et en Saskatchewan.

L'entreprise exporte près du tiers de ses ventes totales, notamment aux États-Unis, au Japon et en Australie, ainsi que dans plus de 65 pays. Son chiffre d'affaires annuel est de l'ordre de 3 milliards $.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer