Produits locaux: les grandes chaînes «prêtes à collaborer»

Serge Ferland, qui exploite deux supermarchés dans la... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Serge Ferland, qui exploite deux supermarchés dans la région de Québec sous la bannière Metro, estime que le problème avec les producteurs locaux se trouve souvent au chapitre de la communication.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le maire de Québec accompagné de caméras ainsi que de la présidente de l'Union des producteurs agricoles (UPA) pour évaluer dans les supermarchés l'espace accordé aux produits agroalimentaires régionaux? Pas de problème, répondent les grandes chaînes d'alimentation, qui se disent prêtes à collaborer avec Régis Labeaume.

Sobeys (IGA), Metro, Loblaws (Provigo et Maxi), Walmart, tous ont indiqué vendredi au Soleil être ouverts à l'idée d'augmenter la présence des produits locaux sur leurs tablettes, «bien que plusieurs efforts vont déjà en ce sens depuis quelques années...» ont-ils ajouté.

Chez Loblaws, la directrice des communications au Québec, Johanne Héroux affirme que l'entreprise brasse des affaires avec près de 1500 producteurs du Québec. Pendant la saison des récoltes, pour les fruits et les légumes, «c'est jusqu'à 40 % de l'offre» en supermarché qui provient des producteurs locaux. Et les producteurs de la région de Québec ne sont pas en reste assure-t-elle.

«En tant que détaillant, on se doit de répondre aux besoins de la clientèle et c'est une priorité pour les consommateurs [les produits locaux]. C'est un incontournable», souligne la porte-parole. «On doit favoriser l'économie tant globale que locale, cela fait partie de notre mission», poursuit-elle, donnant comme exemple les fraises de l'île d'Orléans. «Nous avons beaucoup de producteurs de la région de Québec.»

Jeudi, en marge du Forum agricole et agroalimentaire de la région de la Capitale-Nationale, M. Labeaume a indiqué vouloir faire pression sur les supermarchés pour augmenter le nombre de produits locaux.

«Je me vois avec la présidente de l'UPA et deux ou trois maires rentrer chez Loblaws avec les caméras qui nous suivent. "Où est-ce qu'ils sont les produits de la région ici?" Pis faire venir le gérant et dire : "Comment ça se fait que t'as pas de produits de la région? On viendra plus, pis on va dire au monde de pas venir tant qu'il y en aura pas." Ça se fait. On peut être un petit peu plus soft, mais ça se fait», a-t-il notamment dit pendant son discours.

Le discours du maire a d'ailleurs surpris plusieurs chaînes d'alimentation, qui se défendent en disant que les producteurs locaux ont déjà leurs places sur les tablettes des supermarchés.

«Problème de communication»

Du côté de Metro, un programme d'achat local a été mis sur pied il y a trois ans. Il est actuellement présent dans huit régions du Québec. Il a permis à plus de 827 nouveaux produits frais et d'épicerie provenant de 133 fournisseurs de faire leur entrée dans 141 magasins Metro et Super C.

Pour Serge Ferland, qui exploite deux supermarchés dans la région de Québec sous la bannière Metro, le problème avec les producteurs locaux est souvent au chapitre de la communication.

«Nous avons beaucoup de produits locaux. On s'efforce d'en avoir plus, mais il y a parfois des problèmes de contact avec les gens», affirme l'homme d'affaires, qui aimerait pouvoir augmenter son offre locale. «Les producteurs n'osent pas nous appeler. J'achète beaucoup de produits locaux. Les producteurs doivent prendre le risque de nous contacter. On peut leur donner un coup de main, mais il faut qu'ils viennent proche de nous... Il faut qu'il y ait une volonté d'eux», poursuit-il.

Producteurs locaux favorisés

Quant à Sobeys, la porte-parole du détaillant, Marie-Noëlle Cano, assure que les produits locaux ont une place importante dans l'entreprise. Que les producteurs de la région de Québec sont favorisés dans les supermarchés de la capitale.

«Que ce soit IGA, Les Marchés Tradition ou même Bonichoix, l'importance qu'on accorde aux produits locaux est immense. Avec un réseau de marchands indépendants de presque 290 magasins sur 300, c'est une force. Nos marchands sont impliqués dans la communauté et veulent aussi encourager leurs producteurs locaux», assure la porte-parole, ouverte à l'idée d'augmenter encore l'offre.

Sobeys indique que dans ses 289 magasins IGA et IGA Extra, on peut retrouver plus de 4500 produits accrédités par Aliments du Québec.

La maison mère a comme rôle de signer les ententes avec les producteurs québécois qui peuvent approvisionner tout le réseau et les détaillants indépendants sont libres de discuter par la suite avec les producteurs dans leurs régions.

Quant au géant américain Walmart, qui a bonifié son offre alimentaire avec l'arrivée de ses Supercentres, l'entreprise affirme être à l'écoute des besoins de ses clients. Elle est également ouverte à l'idée d'augmenter le nombre de produits locaux sur ses tablettes, «s'il y a une demande de la clientèle».

Le directeur principal affaires chez Walmart, Alex Roberton, n'était pas en mesure de chiffrer le nombre de produits locaux dans les Supercentres.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer