Montmagny abandonne l'expo agricole

Le concours provincial de jugement d'animaux est orphelin... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le concours provincial de jugement d'animaux est orphelin pour la deuxième fois depuis 2013 : après Expo-Québec, c'est au tour de la Société d'agriculture de Montmagny d'abandonner l'événement.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Société d'agriculture de Montmagny (SACM) jette l'éponge et abandonne la tenue de l'exposition agricole provinciale. Elle avait récupéré l'événement en 2013 à la suite du désistement d'Expo-Québec.

La société a confirmé la fin des émissions par voie de communiqué vendredi. «Le conseil d'administration en est venu à cette décision compte tenu des difficultés à tenir un événement d'une telle ampleur. [...] La faible marge de manoeuvre financière de l'édition 2015 et l'incertitude quant à l'avenir de ce type d'événement en région ont motivé cette décision», peut-on y lire.

L'exposition provinciale 2016, dont l'attraction phare est la finale québécoise du concours de jugement d'animaux, devait avoir lieu du 24 au 28 août. L'organisation espérait y attirer quelque 1200 bêtes appartenant à des éleveurs des quatre coins du Québec.

Jointe par Le Soleil samedi, la présidente de la SACM, Sylvie Dionne, a fait savoir que le contrat du directeur général de l'exposition, Christian Pons, n'avait pas été renouvelé. Ce dernier n'est plus employé de la SACM depuis deux semaines, ce qui marquait le premier pas vers l'abandon de l'activité.

Bénéfice minime

Mme Dionne a aussi affirmé que la dernière présentation de la foire, en 2015, n'a permis d'engranger qu'un bénéfice de 900 $ sur un budget de 500 000 $. Même si l'activité n'a pas été déficitaire, le conseil d'administration s'est interrogé sur sa capacité à mousser l'événement et à dégager une marge de manoeuvre suffisante pour s'assurer du bon fonctionnement de la société pour le reste de l'année.

«Nous avons eu du beau temps [en 2015]. Alors qu'est-ce que ce sera s'il ne fait pas beau?», a demandé Mme Dionne, ajoutant qu'en trois présentations, l'exposition n'avait pas attiré plus de 15 000 visiteurs par année. «On s'est demandé : "est-ce que l'argent qu'on dépense, versus les personnes qui viennent à l'exposition, ça vaut vraiment la peine?".»

Sans la tenue de l'exposition, la SACM, qui organisait des foires régionales avant d'obtenir la finale provinciale, ne touchera pas les fonds consentis par le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec - 285 000 $ en 2015-, sa principale source de revenus. La somme tardait d'ailleurs à être confirmée cette année, raison de plus pour abandonner. «Ça ne s'organise pas en quelques semaines», a affirmé Mme Dionne, qui dit avoir fait pression auprès du Ministère, sans succès.

La SACM évoque finalement un manque de soutien local. Selon sa présidente, «il n'y a pas beaucoup de gens de la région qui participent» et les commandites étaient difficiles à aller chercher pour garnir suffisamment les coffres. Le reste des revenus dédiés à l'exposition provenait de la location des bâtiments appartenant à la SACM.

Le concours provincial de jugement d'animaux changera donc de mains pour une deuxième fois en cinq ans. Il avait été abandonné en 2012 par Expo-Québec. L'organisation affirmait que l'activité, alors évaluée à 1 million $ et dont la moitié était assumée par la Ville de Québec, ne cadrait plus dans les priorités.

Les finances dans le rouge

La Société d'agriculture de Montmagny (SACM) est en déroute financière. Diverses sources ont même dit craindre une faillite, ce que le conseil d'administration a nié. «On n'est pas rendu là», a répondu sa présidente, Sylvie Dionne.

Cette dernière convient toutefois que les états financiers de la SACM ne sont pas reluisants. «On n'est pas dans le positif», a-t-elle admis, sans préciser l'ampleur de la dette. Selon elle, c'est l'ex-directeur général, dont le contrat a pris fin il y a deux semaines, qui tenait les livres. La SACM en est donc à évaluer sa situation en ce moment même.

Mme Dionne a aussi voulu confirmer que les revenus sont inférieurs aux dépenses, raison pour laquelle l'exposition provinciale agricole a été abandonnée cette année. «Ça nous permet de sauver de l'argent.»

Selon elle, au terme de toutes les activités annuelles, les maigres surplus budgétaires de la société ne peuvent pallier les salaires des quelques employés permanents. Pour faire simple, la SACM n'arrive pas à dégager suffisamment d'argent pour maintenir un fonds de roulement.

La ville préoccupée

Le maire de Montmagny, Jean-Guy Desrosiers, s'est dit très préoccupé par la situation de la SACM. «Nous, on a un compte à recevoir de 33000 $», a-t-il affirmé, avançant que la SACM avait davantage de dettes. «L'organisation est dans une situation assez mauvaise financièrement.»

M. Desrosiers invite la SACM à faire preuve de plus de transparence sur sa situation financière dans les meilleurs délais. «Ils auraient avantage à sortir publiquement et à faire une assemblée générale avec leurs membres. Il faut arrêter d'essayer d'envoyer la poussière en dessous du tapis.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer