Vendu, le Moulin du Petit-Pré rouvrira cet été

Le Moulin du Petit-Pré, à Château-Richer... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le Moulin du Petit-Pré, à Château-Richer

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Laissé à l'abandon depuis bientôt trois ans, le Moulin du Petit-Pré, à Château-Richer, a été vendu à l'homme d'affaires Jacques Leclerc, qui prépare sa relance et une réouverture au public pour cet été.

«Ça ne sera pas transformé en condos, ça va rester un attrait touristique. Le bistro et la boulangerie vont être relancés», se réjouit Paul-Arthur Huot, qui avait formé un groupe il y a un an pour «sauver ce joyau».

M. Huot, ex-pdg de PÔLE Québec-Chaudière-Appalaches devenu producteur de houblon, peut maintenant dire «mission accomplie». Le plus ancien moulin à farine commercial en Amérique du Nord, construit en 1695, pourra reprendre ses activités.

Accumulant les dettes et les difficultés, la corporation qui devait veiller à sa mise en valeur a plutôt choisi de le vendre à un «acheteur sérieux».

Il s'agit de Jacques Leclerc, un homme d'affaires issu de la famille des Biscuits Leclerc, qui a vendu ses parts en 2010 pour se lancer dans le chocolat avec Laura Secord et Nutriart. Fraîchement retraité, cet amoureux d'histoire et des moulins détient également le Moulin de Beaumont, tout près de Lévis.

Selon La Voix du Sud, M. Leclerc a investi 1,5 million $ en cinq ans pour rénover ce moulin qui date de 1821. Il a toutefois dû se résigner à fermer les portes de celui-ci pour la saison 2016, étant donné les embûches imposées par un conseil municipal divisé. Il n'a pas été possible de s'entretenir avec M. Leclerc mercredi.

Boot camp pour agriculteurs

Avec l'argent dégagé par la vente du Moulin du Petit-Pré, soit environ 600 000 $, la corporation dirigée par Paul-Arthur Huot a choisi une nouvelle mission : aider des agriculteurs à se lancer en affaires sur la Côte-de-Beaupré.

Dès l'été 2017, un véritable camp d'entraînement sera mis en place par la Corporation Entrepreneuriat Agroalimentaire. Des agriculteurs aguerris agiront à titre de mentors pour de jeunes finissants des écoles d'agriculture, qui n'ont pas de lopin de terre à eux. Ceux-ci seront soigneusement sélectionnés par un comité que M. Huot compare aux «dragons» de l'émission de télé Dans l'oeil du dragon. Ils devront avoir de bonnes idées d'entreprises à soumettre.

«Longtemps, la Côte-de-Beaupré a été le grenier de la ville de Québec et je pense qu'on gagnerait à retrouver cette mission-là», souligne M. Huot, qui fait valoir que la région compte près de 80 agriculteurs vieillissants qui n'ont pas de relève, et 2000 hectares de terre en friche, soit carrément inutilisée.

L'initiative est appuyée par Daniel Robitaille, président de Développement Côte-de-Beaupré, et Frédéric Dancause, le maire de Château-Richer, qui étaient présents au lancement mardi.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer