Harvey's opte à son tour pour les oeufs de poules en liberté d'ici 2020

Dernièrement, Starbucks, Subway, McDonald's, Wendy's et plusieurs autres... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Dernièrement, Starbucks, Subway, McDonald's, Wendy's et plusieurs autres ont pris des engagements en faveur des oeufs de poules qui ne sont pas confinées dans des petites cages.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
La Presse Canadienne
Toronto

À l'instar de plusieurs de ses concurrents, Cara Foods, qui possède notamment les restaurants Harvey's, Chalet suisse et East Side Mario's, s'approvisionnera exclusivement, d'ici 2020, en oeufs de «poules en liberté».

L'annonce en a été faite vendredi par l'organisme de défense des animaux Mercy For Animals, qui dit avoir collaboré avec Cara Foods (TSX:CAO) pour mettre au point cette politique d'approvisionnement.

Restaurant Brands International (TSX:QSR), société mère des restaurants Tim Hortons et Burger King, avait annoncé la même position lundi dernier, avec une cible de 2025.

Au cours de l'année dernière, Starbucks, Subway, McDonald's, Wendy's et plusieurs autres restaurants, détaillants, manufacturiers et entreprises de services alimentaires ont pris des engagements en faveur des oeufs de poules qui ne sont pas confinées dans des petites cages.

Le président de Mercy for Animals, Nathan Runkle, soutient qu'avec cette nouvelle annonce, la production industrielle d'oeufs de poules en cage tire à sa fin.

Selon lui, les entreprises qui n'emboîteront pas le pas ne seront plus au diapason des consommateurs et des tendances de l'industrie.

«Avec cette annonce de Cara Foods, il n'a jamais été plus clair que les jours sont comptés pour les producteurs industriels d'oeufs en batterie de cages, qui entassent les poules dans des cages si petites qu'elles ne peuvent ni marcher ni déployer leurs ailes ou tout autre comportement naturel.»

Les Producteurs d'oeufs du Canada ont d'ailleurs indiqué vendredi qu'ils adoptaient un «plan de transition» pour abandonner graduellement la production en batteries de cages, qui constitue actuellement environ 90 pour cent de la production d'oeufs au pays. L'industrie souhaite réduire ce mode de production à 50 pour cent d'ici huit ans et à 15 pour cent d'ici 15 ans, pour une disparition totale des batteries de cages d'ici 20 ans.

«Les poules pondeuses des élevages industriels sont entassées dans des cages métalliques, toute leur vie durant, rappelle Mercy for Animals. Chaque poule dispose d'un espace plus petit qu'une feuille d'un cahier de notes. Dans ces enclos si restreints, plusieurs poules sont emprisonnées et douloureusement mutilées en restant souvent coincées dans le grillage ou sous les bacs d'alimentation. On laisse les poules mortes se décomposer au milieu des autres poules qui continuent de pondre des oeufs pour consommation humaine.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer