Bel-Gaufre à la conquête de Manhattan

Un projet d'expansion évalué à 1 million $... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Un projet d'expansion évalué à 1 million $ a été réalisé au cours de la dernière année chez Bel-Gaufre qui lui permet de produire jusqu'à 30 000 gaufres par jour. Avant cet investissement, Bel-Gaufre produisait 7000 gaufres quotidiennement.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Des gaufres de Québec à Manhattan. «Faire des missions, c'est payant. Il faut le rappeler, de temps à autre, aux gens qui paient des taxes», martelait, mardi, le maire de Québec, Régis Labeaume, alors qu'il visitait les installations de la compagnie Bel-Gaufre, rue Watt, dans le parc industriel Colbert.

Mardi, le maire de Québec, Régis Labeaume, visitait... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 1.0

Agrandir

Mardi, le maire de Québec, Régis Labeaume, visitait les installations de Bel-Gaufre, rue Watt, dans le parc industriel Colbert. Il es en compagnie de l'un des copropriétaires de Bel-Gaufre, Martin Parent (à gauche).

Le Soleil, Yan Doublet

Bel-Gaufre est située sur la rue Watt, dans... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 1.1

Agrandir

Bel-Gaufre est située sur la rue Watt, dans le parc industriel Colbert, et compte une quinzaine d'employés.

Le Soleil, Yan Doublet

En mars, le maire Labeaume accompagnait des entreprises du secteur de la transformation alimentaire et de celui des arts numériques et du divertissement interactif à l'occasion d'une mission économique à New York organisée par Québec International. «Je trouvais ça spécial que Bel-Gaufre soit là», a-t-il raconté.

Entre deux rencontres, l'un des trois copropriétaires de Bel-Gaufre, Martin Parent, croise le maire Labeaume pour le taquiner un brin et lui rappeler que Québec faisait sa marque non seulement pour ses entreprises technologiques et de jeux vidéo, mais aussi pour la qualité de son chocolat, de ses biscuits et de ses gaufres.

Voilà que Bel-Gaufre profite de cette mission pour boucler une entente avec une chaîne d'épiceries haut de gamme de Manhattan, Morton Williams, pour y vendre ses gaufres dans 13 établissements.

«Réussir à aller décrocher un contrat à Manhattan, c'est payant. Disons que l'exemple de Bel-Gaufre était inattendu» a reconnu le maire de Québec qui avait alors promis à Martin Parent et à ses partenaires d'affaires - sa conjointe Audrey Lépine et sa belle-maman, Marie-Nicole Saindon - d'aller le visiter l'un de ces jours. «Régis Labeaume est un homme de parole», confiait, mardi, Martin Parent.

À Québec depuis 37 ans

Bel-Gaufre fait partie du décor de la région de Québec depuis 37 ans. À l'exception de celui de la rue Saint-Jean, tous les restaurants de la chaîne ont fermé leurs portes. 

Ses produits, Bel-Gaufre les vend principalement aujourd'hui dans les épiceries et les dépanneurs.

En janvier 2012, Martin Parent, Audrey Lépine et Marie-Nicole Saindon ont fait l'acquisition de Bel-Gaufre. Depuis, l'expansion de l'entreprise n'a jamais cessé.

«Au début, nous étions présents dans quelques Costco de la région de Québec et dans les magasins Loblaws de la province. Trois ans plus tard, nos gaufres se vendent dans tous les Costco du Québec, chez Loblaws, chez IGA, chez Metro, chez Couche-Tard. Bientôt, elles seront disponibles dans les épiceries Sobey's des Maritimes.»

Dans certains points de vente, la présence des produits Bel-Gaufre a doublé depuis le début de l'année. 

Il va s'ajouter, en septembre, Morton Williams, une chaîne qui a un faible pour les produits québécois.

Il s'agit d'un premier pas en sol américain pour Bel-Gaufre qui veut prendre racine dans les États du nord-est.

Et l'entreprise a continué à accroître sa gamme de produits. Elle a même développé un partenariat avec Chocolats Favoris, une autre entreprise de Québec. On invite les gourmands à jumeler «le meilleur chocolat à la meilleure gaufre vanille.»

Un millions $ d'investissement

La croissance rapide de l'entreprise a obligé ses dirigeants à investir afin que la production suive la cadence. Elle est révolue, l'époque où les gaufres étaient fabriquées de façon artisanale à partir de gaufriers à main.

Un projet d'expansion évalué à 1 million $ a été réalisé au cours de la dernière année.

«À notre arrivée, nous produisions 7000 gaufres par jour. Avec la modernisation de nos équipements, nous serons en mesure d'en produire jusqu'à 30 000 par jour. Présentement, nous en sortons 15 000. Et l'on pourrait passer facilement à 60 000 en agrandissant nos installations», a indiqué Martin Parent en signalant qu'il s'agissait qu'un nouveau client se pointe à la porte de Bel-Gaufre pour changer de façon draconienne le cours des choses.

Il a rappelé que son entreprise était récemment passée à un cheveu de décrocher le contrat pour approvisionner 72 magasins Costco dans le nord-est des États-Unis. Le géant de la distribution a plutôt jeté son dévolu sur une entreprise européenne de fabrication de gaufres. «On nous a dit que ça pourrait être notre tour l'année prochaine. On sera prêt à répondre à la demande.»

Avec sa quinzaine d'employés, Bel-Gaufre aspire à devenir le Häagen-Dazs de la gaufre.

Industrie de la transformation alimentaire dans la région de Québec

130
entreprise
5700
emplois
1,1
milliard $
de chiffre d'affaires
8,5 %
de croissance annuelle moyenne
13
centres, instituts, chaires et groupes de recherche
290
chercheurs

Source: Québec International

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer