Une épicerie-entrepôt à saveur locale à Québec

Dans l'ordre, les trois propriétaires de Viandex et... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Dans l'ordre, les trois propriétaires de Viandex et du futur entrepôt-épicerie Grossiste Le Frigo, Pierre-Benoit Lessard, Christian Vignola et Pierre Gagné.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Tout en faisant un pied de nez à Costco, Grossiste Le Frigo va accorder un répit aux consommateurs qui sont pris à la gorge en raison des prix des aliments qui grimpent sans cesse.

Des fruits et des légumes vendus de 30 % à 40 % moins cher qu'au supermarché du voisinage. De la viande, du poisson et des fruits de mer à 25 % de moins que dans les épiceries traditionnelles.

Et pas besoin d'une carte de membre. Ni d'acheter des portions pour une armée.

Il y a des lustres que les propriétaires fondateurs de Viandex, Pierre Gagné et Christian Vignola, jonglaient avec l'idée de vendre leurs produits frais directement aux consommateurs et d'implanter un concept d'épicerie-entrepôt à Québec.

Leur projet verra le jour à la mi-juin dans Limoilou, juste à temps pour le début des vacances et de la saison des barbecues.

Fondée en 1992, Viandex est le plus important distributeur de produits alimentaires de tout l'est de la Belle Province. S'approvisionnant auprès des meilleurs producteurs, elle dessert, entre autres, de nombreux restaurateurs. L'entreprise fournit un gagne-pain à 70 travailleurs.

Récemment, les astres ont commencé à s'aligner pour Pierre Gagné et Christian Vignola, qui sont aussi propriétaires des poissonneries Unimer, en vue de l'implantation de leur épicerie-entrepôt.

Le tout a commencé par l'entrée en scène d'un nouvel actionnaire, Pierre-Benoit Lessard. Un jeune banquier qui n'a pas encore 30 ans.

Puis, le 1er mars dernier, Viandex ajoutait une corde à son arc : la distribution de fruits et de légumes.

Et pour couronner le tout, de l'espace se libérait dans ses grandes installations du 195, rue Joly à Québec, situées à l'ombre du nouvel amphithéâtre tout juste devant les ateliers du Carnaval de Québec.

Se frotter à Costco

Les trois hommes d'affaires ont donc décidé de plonger tête première dans l'aventure en sachant bien qu'ils allaient se frotter à Costco.

«Évidemment, nous n'avons pas l'ambition de faire tomber Costco. Ça serait prétentieux de notre part», affirme Pierre Gagné qui ne veut pas, non plus, déclencher une guerre avec les géants Sobeys/IGA, Loblaws/Provigo et Metro. 

«Nous jugeons toutefois que les consommateurs doivent pouvoir compter sur un détaillant, comme nous, qui dispose d'un volume d'achat suffisant pour être en mesure de leur offrir des produits frais à juste prix.»

Viandex vendra donc ses produits aux consommateurs aux prix qu'il les vend aux restaurateurs.

Christian Vignola fait remarquer que le concept d'épicerie-entrepôt, également appelé cash and carry, est peu développé à Québec comparativement à Montréal.

L'ouverture du Grossiste Le Frigo a nécessité un investissement d'un demi-million de dollars. L'épicerie-entrepôt occupera une superficie de 6500 pieds carrés. Il sera ouvert sept jours sur sept. En plus de la viande, des poissons et des fruits de mer, le commerce vendra des fromages et quelques produits complémentaires. «Pas de ketchup!» tranche Pierre Gagné. Les produits locaux seront en vedette, promettent les propriétaires.

Portions unitaires

«Le consommateur pourra se procurer des portions unitaires», signale Pierre-Benoit Lessard. En effet, Viandex ne vend pas que de grosses pièces de viande à ses clients qui en font la demande, mais elle réalise déjà toutes les opérations nécessaires de transformation et d'emballage. Ainsi, les portions sont contrôlées selon la quantité et le format désiré par les clients.

Lundi, lors de la visite du Soleil, la préparation des lieux se poursuivait à bon rythme. L'installation des congélateurs et des comptoirs réfrigérés allait bon train.

Par ailleurs, Pierre Gagné n'écarte pas la possibilité d'ouvrir d'autres épiceries-entrepôts dans la région de Québec si les consommateurs, évidemment, sont au rendez-vous.

Aliments en hausse de 3 % à 5 %

Dans le rapport sur les prix alimentaires à la consommation publié en début d'année, The Food Institute de l'Université de Guelph estimait que les consommateurs canadiens devaient s'attendre à payer entre 3 % et 5 % de plus l'achat de viandes, de poissons et de fruits de mer en 2015 par rapport à 2014 en raison, notamment, de la faiblesse du dollar canadien.

«Nous estimons que le secteur agroalimentaire continuera d'afficher un taux d'inflation alimentaire plus élevé que l'inflation générale», résumait l'équipe du professeur Sylvain Charlebois. «Les viandes continueront de coûter plus cher en 2015, mais leur hausse ne sera pas aussi importante qu'en 2014. Pour les fruits et légumes, ça sera vraisemblablement le contraire. Nous anticipons une hausse plus importante pour les fruits et légumes.»

Selon les dernières données publiées par Statistique Canada, le prix d'un kilogramme de boeuf à ragoût est passé de 14,86 $ à 15,99 $ entre novembre 2014 et mars 2015. Celui d'un kilogramme de poulet, de 7,30 $ à 7,42 $. Celui d'un kilogramme de bananes, de 1,66 $ à 1,73 $ et celui d'un kilogramme de carottes, de 1,54 $ à 1,98 $. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer