La Ferme Régis a l'oeil sur le Groupe Épicia et Le Jardin Mobile

La Ferme Régis porte le nom d'un ancien... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La Ferme Régis porte le nom d'un ancien propriétaire d'une ferme avicole de Notre-Dame-des-Prairies, près de Joliette, Ludovic Régis.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Nos chances d'acquérir le Groupe Épicia et les succursales Le Jardin Mobile à Québec? Je les évaluerais à 100 %! Pourvu, évidemment, que la transaction reçoive la bénédiction du tribunal.»

À l'autre bout du fil, Mario Vanier, propriétaire de La Ferme Régis, de Notre-Dame-des-Prairies, près de Joliette, indique au Soleil qu'il reste peu de fils à attacher pour conclure la transaction. «La vérification diligente tire à sa fin. Il faut veiller à la reconduction et au transfert des baux. Ça avance à bon train.»

Il a bon espoir qu'il pourra conclure la transaction avant le 29 mai, soit la nouvelle date fixée par la Cour supérieure pour la tenue de l'assemblée des créanciers du Groupe Épicia, qui s'était placé, le 12 janvier dernier, sous la protection de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité pour éviter la faillite. L'entreprise doit 22,8 millions $ à 636 créanciers.

L'assemblée des créanciers devait se tenir vendredi, mais la Cour supérieure avait acquiescé, jeudi, à la demande du syndic de la reporter pour une troisième période de 30 jours.

«Il y a eu beaucoup de progrès dans le dossier», signale le président du Groupe Épicia, Michel Charlebois. «Nous avions cependant besoin d'un peu de temps encore pour compléter les derniers détails de la transaction.»

Michel Charlebois a refusé d'identifier l'acquéreur potentiel des actifs du Groupe Épicia.

Pas d'autres fermetures

Le quotidien sherbrookois La Tribune avait dévoilé, la semaine dernière, l'intérêt de La Ferme Régis pour les 11 établissements du Groupe Épicia, dont les quatre succursales Le Jardin Mobile à Québec.

Au Soleil, Mario Vanier a confirmé qu'il était bel et bien l'acheteur potentiel des actifs du Groupe Epicia.

Et si la transaction se réalise, il assure que les quatre succursales Le Jardin Mobile de la capitale demeureront ouvertes. «Les gros changements qu'il y avait à faire ont été faits», signale-t-il en faisant allusion à la décision du Groupe Épicia de mettre la clé sous la porte de 14 magasins au Québec, dont 11 succursales Le Jardin Mobile.

Il souligne, par contre, qu'un «plan de relance» se mettra en branle dès que la vente aura reçu le feu vert du tribunal. «Il faudra revoir certaines façons de faire. C'est normal de procéder ainsi, car il y avait des choses qui ne tournaient pas rond au sein de l'entreprise qui, rappelons-le, fait face à la faillite.»

Mario Vanier évolue dans l'industrie des fruits et des légumes depuis près d'une trentaine d'années. Son entreprise, La Ferme Régis, porte le nom d'un ancien propriétaire d'une ferme avicole de Notre-Dame-des-Prairies, Ludovic Régis. M. Vanier a rigolé quand Le Soleil lui a souligné que La Ferme Régis allait se faire rapidement un nom à Québec en raison de sa dénomination. «C'est bien vrai. Le maire Régis Labeaume. On n'y avait pas pensé.»

L'établissement saisonnier de 50 000 pieds carrés a connu six agrandissements au cours des dernières années.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer