Fermeture des Jardin Mobile: Groupe Épicia ne s'avoue pas vaincu

Vendredi, le Groupe Épicia a annoncé que 11... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Vendredi, le Groupe Épicia a annoncé que 11 succursales Le Jardin Mobile fermeront leurs portes.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'avenir du Groupe Épicia passera par 10 magasins rentables, dont seulement quatre de la bannière Le Jardin Mobile à Québec. Les succursales des Halles Le Petit Quartier, des Halles de Sainte-Foy, du 3440, rue de La Pérade et du 625, boulevard Lebourgneuf résistent à l'hécatombe.

«Des magasins pour lesquels nous avons des plans de rénovation et de bonification de l'offre commerciale. Des magasins qui deviendront davantage des commerces de destination que des épiceries de quartier. C'est le défi que nous avons à relever à Québec», a déclaré au Soleil le président par intérim du Groupe Épicia, Michel Charlebois.

Comme annoncé, vendredi, 11 succursales Le Jardin Mobile fermeront leurs portes. Leur identité est maintenant connue. 

«Elles demeureront ouvertes tant et aussi longtemps qu'il y aura des produits à vendre et du personnel pour accueillir les clients», a indiqué M. Charlebois en signalant que les mesures de rationalisation toucheront environ 400 personnes. «Nous allons essayer de replacer du personnel ailleurs. Ça ne sera pas évident. Nous fermons 14 magasins au Québec pour en conserver 10.»

Plan de restructuration 

L'entreprise a annoncé, lundi, qu'elle déposait un avis d'intention en vertu de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité. Cette procédure lui permettra de proposer un plan de restructuration à ses créanciers et ainsi espérer éviter la faillite. 

«Nous avons 30 jours pour faire une proposition à nos créanciers et nous comptons bien pouvoir la soumettre le plus rapidement possible», a soutenu celui qui a pris la relève de Christian Jobin à la tête du Groupe Épicia après la démission de ce dernier le 8 décembre dernier. Michel Charlebois est le chef des finances de l'entreprise depuis plusieurs années.

En plus des quatre succursales Le Jardin Mobile à Québec, le Groupe Épicia garde en vie quatre magasins de la bannière Le Marché Végétarien (deux à Sherbrooke et un à Magog et à Trois-Rivières), un de la bannière Jardin du Mont (Magog) ainsi que le commerce Corneau Cantin de Saguenay.

À l'opposé, 14 magasins fermeront boutique, dont les 11 de la bannière Le Jardin Mobile dans la grande région de Québec. Le centre administratif et de distribution de Québec goûte à la même médecine. «Nous croyons sincèrement que cette décision difficile nous permettra d'assurer la pérennité de l'entreprise ainsi que la sauvegarde de plus de 500 emplois», a mentionné Michel Charlebois.

De nouveaux joueurs

Ce dernier a expliqué qu'à la suite d'un premier plan de restructuration mis en place au printemps - six commerces dont cinq succursales Le Jardin Mobile à Québec avaient mis la clé sous la porte -, les ventes avaient continué à se dégrader. «Aujourd'hui, nous en arrivons à la conclusion que nous aurions dû être plus agressif avec notre plan.»

Aux prises avec des coûts fixes élevés, des magasins n'arrivent tout simplement plus à être rentables.

En plus de devoir affronter les géants de l'alimentation au Québec - Loblaws-Provigo, Metro et Sobeys-IGA - qui ont retapé la plupart de leurs supermarchés ces dernières années et bonifié leur offre, le Groupe Épicia a vu arriver dans le portrait des joueurs qui, jadis, ne vendaient pas de produits alimentaires aux Québécois, soit tous les Costco, Walmart, Target et Jean Coutu de ce monde.

Selon le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, les ventes des produits alimentaires réalisées dans l'ensemble du commerce de détail ont progressé de 1,7 %, en 2013, pour s'élever à 24,7 milliards $. Cette croissance s'est appuyée essentiellement sur les magasins non traditionnellement alimentaires qui ont connu une hausse de 12,7 %, alors que les ventes de produits alimentaires dans les magasins d'alimentation ont baissé de 0,7 %. Les ventes de produits alimentaires se sont établies à 19,7 milliards $ dans les magasins d'alimentation et, dans les magasins non traditionnellement alimentaires, elles ont atteint 5 milliards $.

Toujours selon le Ministère, en 2012, les consommateurs québécois ont acheté près de 25 % de leurs produits alimentaires dans des commerces autres que ceux de l'alimentation. Leurs achats ont été effectués dans les pharmacies (6,8 %), dans les magasins de marchandise générale et dans les «supercentres» (8,8 %), de même que dans les clubs-entrepôts (9,9 %). «La part totale de ces mêmes établissements dans le commerce de détail alimentaire était estimée à 18 % environ au début des années 2000», signale le Ministère.

«Tout ça nous amène une baisse de la fréquentation dans nos magasins», note Michel Charlebois. «Les consommateurs continuent de venir acheter chez nous, mais ils viennent moins fréquemment qu'avant pour compléter leur panier d'épicerie.»

La transformation réalisée, ces derniers mois, à la succursale Le Jardin Mobile des Halles du Petit Quartier est l'exemple à suivre, selon le patron par intérim du Groupe Épicia. La compagnie y a investi plus de 750 000 $. De nouveaux produits sont apparus. Une aire de prêt-à-manger a été aménagée. «La réaction des consommateurs est positive. Les résultats nous satisfont et nous encouragent à poursuivre dans cette voie.»

Dans un monde de géants

«Il y a une dizaine d'années, nous comptions 15 000 points de vente de produits alimentaires. Il en reste à peu près 8000. Ils appartiennent tous, pour la part, à des géants», rend compte le pdg de l'Association des détaillants en alimentation du Québec, Florent Gravel.

Et ceux qui dominent le marché - les Loblaws-Provigo, Metro et Sobey-IGA - ont su se réinventer pour plaire aux consommateurs, notamment en agrandissant leur section de fruits et légumes.

«La niche confortable qu'occupait Le Jardin Mobile est soudainement devenue très occupée par des joueurs qui, eux aussi, sont en mesure d'offrir des produits frais et diversifiés», ajoute Yan Cimon, professeur agrégé au Département de management de l'Université Laval. «Des joueurs qui, par leur capacité de réaliser des économies logistiques importantes, sont en mesure de vendre des fruits et légumes à des prix hautement compétitifs.»

Et maintenant, il n'y a plus que les Loblaws-Provigo, Metro et Sobey-IGA qui «entrent dans le corps» des commerçants de la taille du Jardin Mobile. Costco, Walmart et Target entrent dans la danse. «Ils sont capables d'offrir du frais, du bio et de l'équitable à des prix défiant toute concurrence.»

De l'avis de MM. Gravel et Simon, les temps sont durs pour le commerce au détail.

Le prix des loyers en égorge plusieurs. Les salaires, même s'ils ne sont pas élevés dans cette industrie, augmentent. Et il y a le dollar canadien qui fait mal aux commerçants qui vont acheter leurs agrumes aux États-Unis. «Ils doivent les payer plus cher. Mais le consommateur, lui, n'est pas prêt à payer plus pour ses oranges», explique Florent Gravel.

«Dans l'alimentaire, les marges sont très minces. Souvent sous la barre du 3 %», signale Yan Cimon. «Pour chaque dollar, il y a moins de trois sous qui vont dans les poches du commerçant», précise-t-il en signalant que la fermeture des magasins Le Jardin Mobile aura des effets collatéraux. «Souvent, dans un centre commercial de quartier, Le Jardin Mobile est la locomotive. Qu'arrivera-t-il à la boucherie ou à la pâtisserie qui bénéficiaient de l'achalandage du Jardin Mobile?»

Pour Florent Gravel, la clé du succès pour le Groupe Épicia reposera sur sa capacité d'être encore plus à l'écoute des besoins de sa clientèle que peut l'être le Provigo, le Metro ou l'IGA du voisinage. 

Lesquelles resteront ouvertes et lesquelles fermeront?

Les quatre succursales Le Jardin Mobile qui survivent à Québec sont :

  • Halles Le Petit Quartier (1191, avenue Cartier)
  • Halles de Sainte-Foy (2500, chemin des Quatre-Bourgeois)
  • 3400, rue de la Pérade
  • 625, boul. Lebourgneuf

Les 11 succursales Le Jardin Mobile qui fermeront bientôt leurs portes dans la région de Québec sont :

  • 2065, boulevard Bastien (Québec)
  • 11047, boulevard Henri-Bourassa (Orsainville)
  • 9210, boulevard de l'Ormière (Neufchâtel)
  • 51, route du Président-Kennedy (Lévis)
  • 344, rue Seigneuriale (Beauport)
  • 4145, 1re Avenue (Charlesbourg)
  • 811, route Jean-Gauvin (Cap-Rouge)
  • 1363, avenue Maguire (Sillery)
  • 2800, avenue Saint-Jean-Baptiste (Québec)
  • 2600, boulevard Laurier (Place de la Cité)
  • 585, Route 116 (Saint-Nicolas)

Les cinq succursales Le Jardin Mobile qui ont fermé leurs portes au printemps sont :

  • 2700, chemin Sainte-Foy (Québec)
  • 835, 4e Avenue (Lévis, secteur Saint-Romuald)
  • 2485, boulevard Sainte-Anne (Galeries de la Canardière)
  • 1860, avenue Industrielle (Val-Bélair)
  • 1279, boulevard Louis-XIV (Charlesbourg)

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer