Marché du Vieux-Port: le nouveau site «réglerait beaucoup de problèmes»

Le déménagement du Marché du Vieux-Port donnerait «l'opportunité... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le déménagement du Marché du Vieux-Port donnerait «l'opportunité de faire quelque chose de complètement différent, d'en faire un attrait majeur pour la ville de Québec, comme les marchés Jean-Talon [photo] de ce monde», exprime le directeur général du marché, Daniel Tremblay.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Martin
Le Soleil

(Québec) Le déménagement du Marché du Vieux-Port dans le secteur d'ExpoCité pourrait être l'occasion de doter Québec d'un marché public d'envergure comme peut l'être le marché Jean-Talon à Montréal.

L'idée vient du directeur général du marché, Daniel Tremblay. Il a appris en lisant Le Soleil que le déménagement du marché du Vieux-Port vers le secteur d'ExpoCité figurait en tête de liste des scénarios pour animer le pourtour de l'amphithéâtre. «Les dernières discussions que nous avions eues avec la Ville préconisaient la rénovation du bâtiment existant.»

À première vue, dit-il, si le tout se concrétise, il y voit des avantages et des inconvénients. Parmi les irritants, il craindrait de s'éloigner de la généreuse clientèle touristique que lui offre le Vieux-Port. Mais au fil de la discussion, M. Tremblay identifie plusieurs points positifs au déménagement. La densité de la population est plus grande aux portes de Limoilou, le lieu serait plus accessible, le stationnement plus abondant, énumère-t-il. S'installer dans un bâtiment plus vaste et doté de toutes les commodités essentielles - dont l'eau chaude et un système de drainage - n'est pas à négliger non plus.

«Le nouvel emplacement réglerait beaucoup de problèmes qu'on a.» Mais surtout, ajoute-t-il, un déménagement donnerait l'occasion de repenser complètement le modèle du marché, en s'inspirant de ce qui se fait de plus beau en Amérique du Nord. «On a l'opportunité de faire quelque chose de complètement différent, d'en faire un attrait majeur pour la ville de Québec, comme les marchés Jean-Talon de ce monde», exprime Daniel Tremblay.

Le président de la Coopérative des horticulteurs de Québec, qui représente 80 marchands et producteurs du marché, Arthur Cauchon, a lui aussi été surpris par la nouvelle. Mais il n'est pas de ceux qui craignent que l'éloignement du centre-ville ne prive le marché de sa fidèle clientèle. «La clientèle va nous suivre partout. Aujourd'hui, les déplacements ne sont plus un problème. Quand on offre comme nous des produits de qualité, comme en ce moment à l'occasion du marché de Noël, ça peut être situé ailleurs et je suis certain que les gens vont suivre.»

Le lieu actuel est un frein à l'expansion, souligne-t-il. «Nous, notre mission, c'est d'offrir un emplacement à nos producteurs pour qu'ils puissent donner accès à des produits exceptionnels.»

«Compenser» dans le secteur

Si cette offre quitte le secteur du Vieux-Port, il faudra cependant penser à la remplacer, soutient pour sa part la conseillère du secteur, Anne Guérette. «Il faudra compenser. On ne peut pas partir avec le marché et ne rien faire en réponse à cette perte.» Surtout dans un contexte où on tente en ce moment d'attirer 500 nouveaux ménages dans le Vieux-Québec.

Quant au nouvel emplacement prévu, Anne Guérette convient que cela «peut être une bonne idée. Je ne m'inquiète pas pour les commerçants du marché, je m'inquiète plus pour les citoyens de mon district».

Du côté du Port, qui est en train d'élaborer la vision de développement autour du bassin Louise, le porte-parole Anick Métivier dit attendre la décision de la Ville au sujet du marché. «On sait que [le déménagement à ExpoCité] fait partie des différentes options. Et on attend de voir ce qui va ressortir de toute cette réflexion.» Le Port en prendra compte et dévoilera ensuite sa vision du secteur du Vieux-Port.

L'administration Labeaume n'a pas souhaité commenter la nouvelle du Soleil. «Nous n'émettrons pas de commentaire», s'est limité à dire l'attaché de presse du maire Régis Labeaume, Paul-Christian Nolin. La présidente de l'arrondissement de La Cité-Limoilou, Suzanne Verreault, n'a pas donné suite à l'appel du Soleil.

«Ça va donner un coup»

Si le marché quitte le Vieux-Port, le secteur subira un dur coup», selon le directeur général de l'Association des gens d'affaires de Place Royale-Vieux-Port, Gilbert Tremblay. «Je compare ça à un gros commerce qui quitte soudainement un centre commercial», lance celui qui représente 115 commerçants et gens d'affaires du secteur. «Ça va donner un coup. C'est l'achalandage que ça apporte aussi. Surtout dans des moments comme la période de Noël. Ça apporte de l'eau au moulin et ça fait découvrir le secteur», a exprimé M. Tremblay, qui s'est dit très surpris d'apprendre dans Le Soleil que le scénario était sur la table. Pour lui, un marché doit être situé au centre-ville. Un déménagement n'est pas une perspective qui le réjouit. «Ça ne sera pas bon. Ça va faire un trou dans l'offre alimentaire et un trou dans le secteur.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer