Des OGM dans du maïs au Metro sur Cartier

Le coordonnateur de Vigilance OGM reconnaît que la... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le coordonnateur de Vigilance OGM reconnaît que la présence d'OGM dans les aliments chez les détaillants, comme le Metro de l'avenue Cartier, n'est pas toujours volontaire. Selon lui, les producteurs ne savent pas toujours ce qu'ils sèment, car les livres sur les semences ne sont pas toujours clairs.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Des tests aléatoires réalisés dans sept provinces canadiennes ont révélé qu'une seule épicerie possédait du maïs sucré génétiquement modifié et elle est à Québec: le Metro situé au 977, avenue Cartier.

Contrairement à l'année dernière, où 30 % des tests effectués à travers le Canada s'étaient révélés positifs aux organismes génétiquement modifiés (OGM), cette année, un seul échantillon de maïs sucré au Canada a été détecté lors des contrôles annuels de l'organisme Vigilance OGM.

Les analyses ont été effectuées en Ontario, en Colombie-Britannique, au Québec, à l'Île-du-Prince-Édouard, au Nouveau-Brunswick, en Saskatchewan et au Manitoba. Au Québec, des échantillons ont été analysés dans 22 épiceries.

«C'est une très, très bonne nouvelle. C'est une importante diminution par rapport à l'an dernier», a souligné d'entrée jeu Thibault Rehn, coordonnateur de l'organisme Vigilance OGM, organisation qui réalise des tests sur le maïs sucré depuis trois ans. «Malheureusement, nous n'avons pris qu'une cinquantaine d'échantillons cette année. Peut-être que le portrait aurait été différent avec plus d'échantillons.»

La présence d'OGM dans les aliments n'est pas toujours un acte volontaire de la part des producteurs agricoles, reconnaît M. Rehn. «Il y a autant un manque d'information de la part du producteur que du public; un manque de clarté. Les producteurs ne savent pas toujours ce qu'ils sèment dans leurs champs, car les livres de semence ne sont pas toujours clairs.»

Une surprise

Au siège social de Metro, la présence d'OGM dans l'une de ses épiceries s'est avérée «une véritable surprise». En 2012, l'entreprise avait déjà demandé à ses producteurs de maïs une confirmation comme quoi aucune semence qui contenait des OGM n'était utilisée. «Ils nous avaient alors dit non», souligne Geneviève Grégoire, porte-parole chez Metro. «Deux ans plus tard, nous avons ce résultat. Lorsque Vigilance OGM nous a contactés, ils nous ont fourni la date où ils avaient pris l'échantillon. Par la suite, nous avons questionné les trois potentiels fournisseurs du Québec qui ont livré du maïs durant cette période. Les trois nous ont fait parvenir une preuve écrite comme quoi ils n'utilisaient pas de semence génétiquement modifiée.»

Metro a alors pris les grands moyens pour s'assurer qu'aucun de ses fournisseurs n'utilise de semence avec des OGM. «On a demandé à tous nos fournisseurs du Québec et d'ailleurs une lettre par écrit, leur demandant de s'engager formellement à ne pas nous vendre du maïs OGM», conclut Mme Grégoire. «La lettre ne mentionne pas de conséquence... mais nous avons des critères d'achat, ce n'est pas une suggestion.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer