Foire agricole: Montmagny veut barrer la route à Expo Québec

L'exposition provinciale du monde agricole a déménagé à... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

L'exposition provinciale du monde agricole a déménagé à Montmagny il y a deux ans, après son abandon par Expo Québec. Sur la photo : jugement de vaches laitières au Pavillon de la jeunesse, en 2007.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À Montmagny, qui a hérité de l'exposition provinciale du monde agricole après son expulsion par Expo Québec il y a deux ans, on entend des voix en provenance de la capitale pour rapatrier les animaux... On est déjà en campagne pour barrer la route.

«La finale du jugement animalier est à Montmagny, et je travaille tous les jours pour qu'elle y reste», prévient le directeur général de la Société d'agriculture du comté de Montmagny, Christian Pons. Selon lui, Expo Québec évalue la possibilité de «revenir en arrière». Il n'entend cependant pas accepter de payer les pots cassés, même si Québec «regrette» et «se confond en excuses».

«Montmagny a injecté un demi-million de dollars pour pouvoir accueillir cet événement que Québec a jeté dehors», lance-t-il, joint durant un trajet en train vers la métropole. C'est sans compter les nombreuses heures investies, insiste M. Pons. «Si, demain matin, il y avait un changement sur l'attribution du jugement animal, c'est une perte sèche de 500 000 $, 600 000 $. [...] Ça irait forcément dans le mur.»

Il se montre particulière critique : «Est-ce que les agriculteurs, les éleveurs, vont vouloir revenir à Québec après s'être fait jeter comme des malpropres?» M. Pons, qui siège aussi au conseil d'administration de l'Association des expositions agricoles du Québec (AEAQ), doute que beaucoup de volontaires lèvent la main.

Le directeur général de l'AEAQ, François Brunet, confirme : «Tout le monde a gardé un petit goût amer de ce qui s'est passé.» Les participants se sont sentis repoussés tels des pestiférés, dit-il.

«L'argent que Québec recevait pour faire la finale du jugement animal n'est plus là», insiste-t-il. «L'argent est rendu à Montmagny et c'est là qu'il va rester. Il n'y a pas de raison pour que ça change.» Si la capitale veut reculer, elle déposera une demande pour une exposition «ordinaire», qui sera évaluée...

Proposition

Christian Pons a une proposition toute prête pour la capitale. Si Expo Québec veut des animaux, les agriculteurs, les éleveurs pourraient accepter d'en envoyer quelques-uns comme vitrine de Montmagny, pour faire de l'éducation, de l'enseignement. «[Un volet éducatif], s'ils demandent ça, je suis sûr qu'ils vont recevoir un accueil très favorable.»

Et à Montmagny, ça va bien pour la fête annuelle du monde agricole québécois? Bien sûr, on est loin de l'affluence de Québec. Mais le nombre de visiteurs est en croissance, explique Christian Pons. En 2013, on a compté 12 000 visiteurs. Un an plus tard, on a reçu 16 000 convives. «On vise 18 000, 20 000 pour l'année 2015.» La municipalité regroupe 11 525 habitants selon le ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire.

Christian Pons cultive des ambitions. Il aimerait recréer l'ambiance d'antan, quand les familles agricoles très productives débarquaient à Montmagny. Dans les belles années, 30 000 personnes s'y rendaient, selon lui. Le budget de l'exposition grimperait à 850 000 $. «C'est énormément d'argent pour cinq jours.»

Expo Québec «trop cher»

Près de la moitié des répondants à une étude commandée par Expo Québec dénoncent la tarification «trop chère» de l'événement. Et plus du tiers réclament le retour des animaux de ferme.

Depuis le début du mois, l'avenir d'Expo Québec apparaît trouble. Le Soleil a révélé que la fréquentation est en chute libre et que les finances sont mal en point.

Récemment, le copropriétaire de Beauce Carnaval, Jacques Vallée, regrettait le départ du monde agricole, des jugements d'animaux, décrété il y a deux ans. Son entreprise est présente à Expo Québec depuis 40 ans et fournit la moitié des manèges. Il collabore avec de nombreux autres festivals au Québec et en Ontario.

Selon lui, beaucoup de visiteurs ont délaissé l'Expo depuis qu'on n'offre plus de billets à tarif réduit pour les «voireux», ceux qui venaient s'immerger dans l'ambiance foraine, voir les bêtes, visiter des exposants. Mais qui ne voulaient pas monter dans les manèges.

«Rien pour les gens de mon âge»

Il a vu juste, selon le document consulté par Le Soleil. Lorsqu'on leur a demandé un commentaire général spontané, quelque 16 % des personnes interrogées ont répondu : «Rien pour les gens de mon âge» ou «Activités seulement pour les jeunes». D'ailleurs, 11 % ont indiqué qu'il «devrait y avoir un prix avec ou sans manèges» et 9 % ont réclamé le «retour du bingo»...

À la Ville, on refuse de commenter. Une consultation populaire a été annoncée, rappelle Wendy Whittom, conseillère en communication. Aucune date n'est fixée.

Les autorités municipales attendront donc de sonder les citoyens avant de trancher : «La première étape, pour nous, va être de consulter la population. [...] On verra si la volonté de la population sera de ramener les animaux. [...] Si les gens nous parlent d'animaux, on analysera si c'est possible.»

Revenons donc à l'étude commandée par Expo Québec pour comprendre en partie la baisse d'intérêt de la population. Les visiteurs se disent plutôt satisfaits de l'organisation dans une proportion de 90 %. Mais ils sont beaucoup moins généreux quand vient le temps de quantifier leur appréciation des attractions et des spectacles : environ 38 % des personnes interrogées ont dit être plus ou moins satisfaites, voire insatisfaites.

Mais, peu importe leur niveau d'appréciation, ils ont dépensé ces visiteurs. En moyenne 73 $ par personne. Chaque «cellule» familiale a décaissé en moyenne 201 $, certaines jusqu'à 500 $ pour le séjour à Expo Québec. Des débours effectués pour les laissez-passer et les achats sur place.

Pour obtenir ces résultats, la firme Watson recherche marketing a été mandatée par le regroupement Festivals et Événements Québec. Elle a analysé les résultats de la billetterie d'Expo Québec et a interviewé 633 participants sur le site.

Une fréquentation encore plus faible qu'annoncé

On pensait qu'Expo Québec avait attiré au moins 227 000 personnes l'été dernier, ce qui représente une dégringolade de 45 % depuis 2008. Le portrait réel est pire : en fait, moins de 136 000 individus ont franchi le tourniquet, selon des données consultées par Le Soleil.

Comment expliquer la différence? Parmi les quelque 135 700 amateurs, un petit groupe a acheté un passeport permettant d'entrer aussi souvent que voulu sur le site. Ils en ont profité! Ils sont revenus généralement cinq jours à Expo Québec. Et chaque fois, on a compté une nouvelle entrée pour les statistiques officielles. Il en va de même pour les quelques visiteurs d'un jour qui ont finalement décidé de revenir une deuxième fois. Donc, il y a eu bien environ 227 000 entrées du 15 au 24 août 2014. Mais seulement 136 000 individus différents.

Qui sont-ils, ces visiteurs? Presque tous (96 %) sont des habitués de l'événement.

Mais tous ne payent pas. Près de 16 000 billets sont donnés par l'organisation qui peine à maintenir ses finances à flot. En 2013, par exemple, le bilan était dans le rouge de 1,1 million $.

Expo Québec attire des «touristes», nous apprend par ailleurs l'étude de fréquentation reçue par Le Soleil. Un touriste, c'est quelqu'un qui fait au moins un dodo hors de son domicile et qui en profite pour visiter la foire.

«Touristes» du Québec

Ces touristes ne viennent pas de très loin : ce sont presque uniquement des Québécois. Et les deux tiers ont séjourné dans leur famille plutôt qu'à l'hôtel, au camping ou à l'auberge. Réjouissant pour les organisateurs, au moins, d'apprendre que la plupart d'entre eux sont venus dans la capitale surtout pour les manèges et autres attractions plantées sur le site d'ExpoCité.

L'étude de fréquentation commandée par la Ville a été fournie par le regroupement Festivals et Événements Québec. Celle-ci a mandaté la firme Watson recherche marketing. Pour réaliser son analyse, cette dernière a reçu les statistiques de vente de la billetterie de l'Expo. «Cette méthode est de loin la plus précise pour nous indiquer le nombre d'entrées ou de visites à l'événement», avance-t-elle. En plus, on a demandé à 800 visiteurs leur lieu de résidence. Puis on a soumis 633 personnes à un questionnaire un peu plus élaboré.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer