Souveraineté alimentaire: la mission éducative d'Équiterre continue

Même le décor du cocktail-bénéfice d'Équiterre mettait en... (Photo Paul Dionne)

Agrandir

Même le décor du cocktail-bénéfice d'Équiterre mettait en valeur les légumes locaux comme cet arbre à carottes.

Photo Paul Dionne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La mission éducative d'Équiterre continue son oeuvre sans réserve d'autant plus que le gouvernement québécois lui ouvre pratiquement la porte toute grande à poursuivre sa mission avec son projet d'assurer la souveraineté alimentaire du Québec.

Mais pour cela, Steven Guilbaut, directeur principal et cofondateur d'Équiterre, estime qu'il faudra assurer la protection des terres agricoles, notamment celles proches des zones urbanisées que convoitent les promoteurs immobiliers.

Plus encore, le gouvernement devrait aider les fermiers à faire la transition de trois ans pour passer de l'agriculture conventionnelle à la culture biologique tout en facilitant financièrement l'obtention de la certification bio.

Depuis 20 ans, Équiterre continue de faire la promotion des achats locaux et de la distribution des paniers de légumes bios. En entrevue, Sidney Ribaux, cofondateur et directeur général d'Équiterre, souligne que le nombre de paniers de légumes bios livrés dans la région a doublé.

Des supermarchés Metro et des centres hospitaliers ont prêté leurs stationnements comme point de chute pour que les fermiers viennent livrer leurs légumes aux consommateurs.

L'étape suivante, en lien avec les énoncés gouvernementaux, sera de convaincre les établissements de santé, les écoles, les garderies d'acheter des produits locaux et biologiques, affirme Isabelle St-Germain, directrice générale adjointe de l'organisme. Il y a déjà des projets de partenariat avec la Ville de Laval, d'autres en Montérégie et en Mauricie.

Pourquoi autant d'insistance pour les produits biologiques? «Autant pour les adultes, mais encore plus pour les enfants, poursuit Mme St-Germain avec conviction, cela garantit qu'il n'y aura pas de pesticides dans les fruits et les légumes. C'est un choix de santé. Il faudrait même être capable de trouver des produits bios et locaux dans les grands supermarchés.»

Cocktail-bénéfice

Équiterre a mis en pratique ses choix lors de son deuxième cocktail-bénéfice à Québec, cette semaine avec des étalages de produits locaux. En plus, l'organisme veut briser les silos entre les écologistes, les décideurs du secteur public et les gens d'affaires par ces rencontres de réseautage.

Ils étaient plus de 250 personnes venant de 110 institutions à profiter d'un concept original et gastronomique mettant en vedette les produits locaux et biologiques provenant de fournisseurs situés dans un rayon de 70 kilomètres. Plus de 95 % des produits provenaient ainsi de source locale, alors que 60 % étaient certifiés biologiques.

Depuis quelques années, Équiterre se taille une plus grande place dans la région de Québec quadruplant le nombre de ses membres dans la capitale nationale qui compte maintenant 1000 adhérents sur les 8000 au Québec.

Plus encore, Québec compte le plus grand nombre de bénévoles de toutes les régions, avec 60 personnes sur 250, pour donner un coup de main à son bureau de Québec ouvert en 2008.

****************

Déjà 20 ans

Équiterre a 20 ans cette année. Le groupe a été fondé en 1993 à la suite du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro. L'organisme voit ainsi le jour en 1993, sous le nom ASEED : Action pour la solidarité, l'équité, l'environnement et le développement. Il obtient le statut d'organisme à but non lucratif en 1995 et prend officiellement le nom Équiterre en 1998.

Sur son site Web (www.equi terre.org), Équiterre explique s'être «donné pour mission de contribuer à bâtir un mouvement de société en incitant citoyens, organisations et gouvernements à faire des choix écologiques, équitables et solidaires. Par son action, Équiterre veut porter l'attention sur les aspects fondamentaux de la vie. Manger, se transporter, habiter, jardiner et consommer : des besoins vitaux, mais aussi des moyens à la portée de chacun pour agir de façon responsable et changer le monde un geste à la fois».

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer