Le Commensal ferme ses portes à Québec

Déjà mardi, plus rien ne rappelait que le...

Agrandir

Déjà mardi, plus rien ne rappelait que le 860, rue Saint-Jean abritait le restaurant Le Commensal. Dix-huit personnes ont perdu leur emploi avec cette fermeture.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Président-propriétaire de Convivia, le holding qui chapeaute les chaînes de restaurants franchisés Pacini et Commensal, Pierre-Marc Tremblay savait pertinemment qu'il allait se faire crucifier sur la place publique par les purs et durs du végétarisme en osant proposer à la clientèle du Commensal des plats contenant du poulet et des fruits de mer.

Il était surtout parfaitement conscient qu'il s'agissait de la mesure de «dernier recours» pour sauver les huit restaurants Commensal - sept au Québec et un Ontario - de la faillite.

«Le virage flexitarien a été un succès, mais ce ne fut pas suffisant pour assurer la rentabilité des établissements. Nos clients, bien que fidèles, ne l'ont pas été assez. D'autres nous ont carrément abandonnés, car ils n'acceptaient pas le fait que nous ayons ajouté de la viande au menu.»

Mardi, Pierre-Marc Tremblay avait choisi de faire face à la musique et d'aller au front pour expliquer les raisons pour lesquelles Gestion Commensal - la société mère des restaurants végétariens appartenant à Convivia - avait mis la clé sous la porte de trois établissements, dont celui de la rue Saint-Jean, une véritable «institution» en son genre à Québec. L'autre restaurant corporatif situé à Boisbriand ainsi que la franchise torontoise de Commensal subissent le même sort.

En proposant le flexitarisme, Pierre-Marc Tremblay admet avoir pris un risque. «Et ce risque, il fallait le prendre. Il n'était pas question de baisser les bras sans avoir tout essayé ce qu'il était possible d'essayer.»

Aux prises avec de sérieuses difficultés financières, Gestion Commensal vient de se placer sous la protection de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité. La compagnie doit un peu plus de 6 millions $ à ses créanciers. Dans les prochaines semaines, elle soumettra un plan de restructuration à ces derniers.

«Ce n'est pas la fin du Commensal», assure M. Tremblay en soulignant que l'entreprise avait choisi de fermer les établissements les plus déficitaires. «Il fallait prendre cette difficile décision, car nous n'avions plus les moyens de poursuivre nos activités.»

Encore en épicerie

«Nous voulons maintenant nous donner le temps de soigner nos plaies, d'établir une nouvelle stratégie, de trouver de nouveaux associés», a-t-il indiqué en précisant que les cinq autres restaurants Commensal, notamment ceux du centre-ville de Montréal «qui fonctionnent très bien», demeuraient ouverts. Il en va de même pour les produits alimentaires de marque Commensal vendus dans les supermarchés qui continueront d'être cuisinés à l'usine de la compagnie à Boisbriand.

Pour garder en vie le restaurant de la rue Saint-Jean dans le Vieux-Québec, il aurait fallu que les ventes de l'établissement grimpent de 50 %, soutient Pierre-Marc Tremblay.

«À l'exception de l'année du 400e anniversaire de la ville de Québec, nous n'avons cessé de perdre de l'argent avec ce restaurant, et ce, en dépit des investissements que nous avons réalisés», a-t-il expliqué.

À vendre

Le bâtiment du 860, rue Saint-Jean est maintenant à vendre. Au rôle d'évaluation foncière de la Ville de Québec, la valeur imposable de l'immeuble est établie à un peu plus d'un million de dollars.

À Québec, 18 employés ont perdu leur gagne-pain à la suite de la fermeture du restaurant. Ils sont un peu plus d'une cinquantaine dans la même situation à la suite de la cessation des activités dans les établissements de Boisbriand et de Toronto. La plupart d'entre eux se verront offrir un poste au sein de la grande famille de Pacini.

«L'alimentation santé est en croissance. Le végétarisme n'a pas nécessairement la réponse à ce phénomène. C'est autant plus difficile aujourd'hui de tirer son épingle du jeu que la plupart des restaurants traditionnels offrent des produits végétariens sur leur menu», conclut Pierre-Marc Tremblay.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer