De la poule à l'assiette

De la poule à l'assiette... ou presque! À compter de l'été 2013, tous  les... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partager

(Québec) De la poule à l'assiette... ou presque! À compter de l'été 2013, tous les oeufs vendus au Québec devront porter un code permettant d'identifier la ferme où ils ont été pondus ainsi que le poste de classification où ils ont été lavés, mirés, classés et emballés. Il s'agira alors de la première production agricole d'importance présentant un système de traçabilité complet.

Le nouveau règlement établissant les exigences minimales concernant la traçabilité des oeufs de consommation en coquille a été publié jeudi dans la Gazette officielle du Québec; il entrera en vigueur le 8 juillet. Il permettra aux autorités d'agir encore plus rapidement en cas d'urgence sanitaire.

Dans les faits, le système existe déjà, mais le règlement assurera son application uniforme dans toute la province, a indiqué le président de la Fédération des producteurs d'oeufs de consommation du Québec (FPOCQ), Paulin Bouchard.

Le Québec est l'endroit en Amérique du Nord où les normes de biosécurité entourant les oeufs sont les plus sévères. Depuis la mise en place, il y a 13 ans, d'un important programme de salubrité prévoyant plusieurs tests de dépistage par année sur chacune des fermes, aucun cas de toxi-infection n'y a été déclaré. Une situation qui tranche avec le rappel de 500 millions d'oeufs aux États-Unis en 2010 après que des gens furent tombés malades.

Les quatre millions de poules du Québec pondent un milliard d'oeufs chaque année, ce qui rend la province pratiquement autosuffisante. La ferme avicole moyenne compte 35 000 poules, ce qui est bien peu comparativement aux 1,1 million aux États-Unis. Au moins trois producteurs américains en possèdent même plus de 20 millions, ce qui permettrait à chacun d'eux d'approvisionner le Canada entier!

À la FPOCQ, on se réjouit de l'adoption du nouveau règlement. «Ça fait plus de 10 ans qu'on en parle», mentionnait au Soleil le porte-parole Philippe Olivier. Outre ses avantages en matière de sécurité alimentaire, celui-ci vient aussi renforcer la référence à l'origine locale du produit, puisque chaque oeuf portera, en plus de son code et de la date de péremption, la mention de la province d'origine (Qc).

Ultimement, le code pourrait aussi permettre d'accéder, via un site Internet, à des images de la ferme et du producteur, ce qui accentue le rapprochement souhaité de plus en plus par les consommateurs avec les producteurs.

Traçabilité

La traçabilité des produits agricoles est une notion de plus en plus sensible dans les sociétés développées. Il n'est qu'à se rappeler l'épisode de la viande hachée provenant de l'usine XL Foods, en Alberta, l'automne dernier, en raison d'une éclosion de bactérie E. coli.

Au Canada, le Québec est la province la plus avancée en la matière. L'organisme parapublic Agri-Traçabilité Québec (ATQ) assure le développement et le suivi des projets.

Pour l'heure, indique sa porte-parole Marie Desjardins, trois catégories de viande sont soumises à des normes de traçabilité allant de la ferme à l'abattoir, à savoir les bovins (animaux de boucherie et vaches laitières), les ovins (moutons, agneaux) et les petits et grands cervidés (cerf rouge et cerf de Virginie, wapiti, daim).

Les banques de données permettent de suivre la trace des animaux tant qu'ils sont en vie. Par la suite, certains systèmes ont été mis en place, mais il s'agit surtout d'initiatives privées ou de projets pilotes.

Les producteurs de bovins ont déjà réalisé un projet pilote pour prolonger le suivi jusqu'à la table dont les résultats sont affichés sur le site de ATQ (www.atq.qc.ca).

Un projet piloté par le Conseil canadien du porc est aussi en marche et pourrait se concrétiser en 2013, indique Mme Desjardins.

Il y a aussi eu un projet pour la volaille, et même le milieu horticole étudie présentement la faisabilité de suivre la trace des légumes à partir du jardin jusqu'aux consommateurs.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Des oeufs suivis à la trace

    Agro-alimentaire

    Des oeufs suivis à la trace

    Les consommateurs québécois pourront savoir d'ici un an ou deux de quelle ferme proviennent les oeufs qu'ils ont achetés au supermarché, grâce à un... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer