Le porc du Québec plus vert qu'ailleurs

Selon OCO Technologies, produire un kilogramme de porc... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Selon OCO Technologies, produire un kilogramme de porc au Québec génère 4,16 kg de CO2. Seul le Danemark réussit à faire mieux avec 3,60 kg. La moyenne des grands pays producteurs est de 4,65 kg.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Longtemps accusée de tous les péchés, l'industrie porcine québécoise serait plutôt un modèle quant à son impact sur l'environnement par rapport aux autres grands pays producteurs.

La Fédération des producteurs de porcs du Québec a produit des études indépendantes analysant le cycle de vie complet de la vie d'un cochon, établies selon les normes des Nations Unies pour l'environnement. Une première mondiale, souligne le président de l'organisation, David Boissonneault.

Combien d'eau pour produire un kilo de viande désossée? Combien de gaz à effet de serre? Tout cela est mesuré à partir de la production des céréales qui servent à l'alimentation des animaux jusqu'à la sortie du gigot de l'usine.

Au total, selon OCO Technologies, produire un kilogramme de porc au Québec génère 4,16 kg de CO2, ce qui correspond au déplacement d'une voiture sur 13,4 km. C'est ce qu'on appelle l'empreinte carbone. La moyenne des autres grands pays producteurs est de 4,65 kg, le Royaume-Uni venant en tête avec 6,56 kg et le Danemark étant le seul à faire mieux avec 3,60 kg. Selon la Fédération, l'élevage de porcs ne serait responsable que de 7,6 % des émissions de gaz à effet de serre générées par l'agriculture au Québec, alors que cette production représente 30 % du produit intérieur brut québécois provenant du secteur agroalimentaire.

La consommation d'eau est elle aussi en bas de la moyenne : selon la firme Quantis, il faut 231 litres d'eau pour produire un kilogramme de porc au Québec, soit deux fois moins que la moyenne mondiale de 462 litres. L'Australie bat tous les records à 651 litres, et seul le Brésil fait mieux avec 214. Par contre, lorsque l'on tient compte de la disponibilité en eau dans un pays et donc de l'impact local, le Québec fait mieux que tous les autres.

Qu'il s'agisse d'eau ou de gaz à effet de serre, c'est la production de l'alimentation qui affecte le plus l'environnement.

Répercussions socioéconomiques

L'étude a par ailleurs mesuré les répercussions socioéconomiques du secteur porcin sur la collectivité, qu'il s'agisse des voisins, des travailleurs ou des partenaires commerciaux. Un sondage de la firme Ageco réalisé auprès de 146 producteurs a permis de mettre au jour leurs pratiques. Il en ressort notamment que les travailleurs y bénéficient en moyenne de conditions supérieures aux normes minimales du travail, et que les producteurs ont adopté des méthodes permettant de réduire l'usage de pesticides, de mieux protéger les cours d'eau et de favoriser une cohabitation harmonieuse en tenant compte des périodes pour épandre du fumier.

La production porcine, qui, selon un dossier récent de La Presse, a perçu 2 milliards $ en aide publique depuis 2000, dont 191 millions $ en 2012, crée 25 600 emplois dans toute la province. Ses exportations, vers 75 pays en 2011, se sont élevées à 1,3 milliard $, alors que les deux gouvernements empochent 340 millions $ de recettes fiscales.

Pour Christine Gingras, agronome et directrice adjointe à Nature Québec, il est vrai que les pratiques de ce secteur se sont beaucoup améliorées et que le leadership de la Fédération y a contribué. Néanmoins, elle croit qu'avec tout le soutien financier qu'il reçoit, il devrait répondre à plus d'exigences. Nature Québec défend le principe d'écoconditionnalité, qui consiste à lier l'aide reçue au respect de bonnes pratiques environnementales.

Il faut aussi se demander, dit-elle, si l'industrie porcine est vraiment un secteur d'avenir pour l'agriculture, et s'il ne vaudrait pas mieux, sans l'abandonner complètement, favoriser le développement de produits plus spécialisés (de niche) et soutenir la transition d'une partie de la production vers d'autres secteurs.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer