Une superfraise pour contrer le diabète?

Sébastien Léonhart, directeur scientifique de Nutra Canada, et... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Sébastien Léonhart, directeur scientifique de Nutra Canada, et Louis Gosselin, propriétaire d'une ferme de l'île d'Orléans où pousse la fraise Authentique Orléans

Le Soleil, Erick Labbé

(Québec) Mise au point en 1996 au terme de 4000 croisements génétiques, la fraise Authentique Orléans est en voie de révéler des propriétés particulières pour contrer les symptômes associés au syndrome métabolique et au diabète de type 2.

Après avoir réalisé des tests concluants in vitro et sur des animaux, des chercheurs de l'Université Laval réaliseront des tests cliniques à l'automne sur une soixantaine de personnes. Par la suite, c'est tout un nouveau marché qui pourrait s'ouvrir pour cette fraise cultivée en exclusivité sur l'île d'Orléans.

Les résultats des premières phases du projet de recherche mené en association avec plusieurs partenaires publics et privés ont été diffusés hier lors d'une conférence de presse tenue sur l'île.

L'Authentique Orléans a été élaborée par l'entreprise Les Fraises de l'île d'Orléans, de la famille Gosselin, en collaboration avec l'Université Laval et Agriculture et Agroalimentaire Canada. C'est sa durée exceptionnelle de conservation - jusqu'à 21 jours - qui a incité ses créateurs à poursuivre leurs recherches, expliquait l'agronome Louis Gauthier, directeur scientifique pour le volet recherche et développement de l'entreprise de la famille Gosselin.

Riche en antioxydants

Des analyses ont alors démontré qu'elle contenait un taux beaucoup plus élevé d'antioxydants que les autres variétés, ce qui lui a d'ailleurs valu de faire la une d'un magazine scientifique en 2002.

La présente recherche constitue une nouvelle avancée dans les connaissances sur la superfraise. Menée sous la supervision du Dr Yves Desjardins, de l'Institut des nutraceutiques et des aliments fonctionnels à l'Université Laval, elle a démontré que le petit fruit régularisait le taux de sucre dans le sang et réduisait l'inflammation, a expliqué Sébastien Léonhart, directeur scientifique de Nutra Canada, une entreprise privée spécialisée dans la production d'extraits de fruits et de légumes nordiques.

Des rats qui ont été nourris d'aliments gras au point de développer un diabète ont ainsi vu une diminution rapide de leurs symptômes après avoir reçu de petites doses d'extrait de l'Authentique Orléans, en combinaison avec de la canneberge. Ce dernier fruit a été utilisé en raison de ses propriétés générales, mais, selon M. Léonhart, c'est vraiment la fraise qui serait déterminante dans les résultats obtenus.

Rien ne permet de dire qu'une autre variété de fraise n'aurait pas le même effet, convient le scientifique, mais dans le cas de l'Authentique Orléans, la démonstration en a été faite.

Suppléments alimentaires

L'Université Laval procède présentement au recrutement de personnes pour les essais cliniques.

Pour l'instant, la variété n'est cultivée que par Les Fraises de l'île d'Orléans et par la ferme Louis Gosselin, lequel est également président de l'entreprise familiale. Tous les fruits sont écoulés en supermarché.

Si les essais cliniques confirment les résultats obtenus à ce jour, c'est tout un nouveau marché qui pourrait s'ouvrir pour la fameuse fraise, avec l'extraction des molécules qui pourraient être utilisées sous forme de supplément alimentaire.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer