Pas simple de réduire le sel pour l'industrie alimentaire

Les aliments transformés contribuent pour 75% de notre... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Les aliments transformés contribuent pour 75% de notre apport quotidien en sel

Photothèque Le Soleil

Claudette Samson

(Québec) Plus d'un an et demi après le dépôt du rapport du Groupe de travail sur le sodium, Santé Canada et l'industrie alimentaire tentent toujours de déterminer les meilleures façons de réduire les quantités de sel dans les mets préparés au Canada.

C'est le Comité consultatif sur la réglementation des aliments, présidé par le chercheur Paul Paquin, qui a hérité du suivi des recommandations du Groupe de travail. Celui-ci proposait une réduction du tiers de la consommation moyenne de sodium, l'élément problématique du sel, d'ici 2016. Les experts misaient sur une démarche volontaire des fabricants, alors que l'industrie des aliments transformés contribue pour 75 % de notre apport quotidien en sel.

Le sodium «est un dossier excessivement complexe», souligne le professeur de l'Université Laval. Car si la quantité peut facilement en être réduite dans certains aliments, il en va pour d'autres de l'innocuité et de la sécurité du produit.

Le chercheur dit avoir fait part de ses réserves auprès de Santé Canada en ce qui a trait aux fromages fins. Après le malheureux épisode de la listériose, il convient selon lui d'être prudent. «On ne peut pas demander une démarche mur à mur. C'est la même chose pour les viandes et charcuteries.»

Il ne doute pas qu'il y ait une volonté réelle des entreprises d'aller de l'avant. Mais certaines expériences démontrent bien que ce n'est pas chose simple. Par exemple, la compagnie Campbell, qui avait lancé des soupes à teneur réduite en sel, a reculé après avoir perdu d'importantes parts de marché.

Le processus devra nécessairement passer par une sensibilisation des consommateurs. M. Paquin en donne pour exemple le beurre, qui se décline en trois options, salé, mi-salé et sans sel. Si tout le monde achète du beurre salé, il n'y a guère d'amélioration, dit-il.

Les recherches scientifiques démontrent qu'il y a un lien direct entre l'apport en sodium et l'hypertension artérielle, qui est l'une des principales causes de maladies cardiovasculaires.

Le sujet sera sûrement abordé lors de la prochaine réunion du comité consultatif en juin, a indiqué son président.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer