Des embouteilleurs en guerre contre Amqui

Le «conseiller spécial» de l'Association des embouteilleurs de... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Le «conseiller spécial» de l'Association des embouteilleurs de boissons gazeuses du Québec, Martin-Pierre Pelletier, déplore que le conseil municipal d'Amqui ait pris sa décision sur la base de «prémisses erronées» quant au lien qui existerait entre les boissons sucrées et l'obésité.

Photothèque La Presse

(Québec) La guerre est ouverte entre l'Association des embouteilleurs de boissons gazeuses du Québec (AEBGQ) et la Ville d'Amqui, qui est devenue le 17 octobre la première municipalité de la province à interdire par règlement la vente de boissons énergisantes dans ses espaces récréatifs.

Dans une lettre expédiée au maire Gaëtan Ruest le 23 novembre, l'AEBGQ se dit outrée «que des pouvoirs et des fonds publiques (sic) soient utilisés afin de ternir injustement l'image de certains produits ou marques et ce en absence de tout fondement».

Le «conseiller spécial» de l'Association, Martin-Pierre Pelletier, proteste également contre l'utilisation, dans un journal local, de l'image de produits vendus par ses membres sur laquelle a été apposé un X rouge. Cette «altération» est jugée «totalement déplacée, inacceptable et hautement préjudiciable. Certains pourraient même y voir matière à recours», écrit-il.

En entrevue téléphonique, M. Pelletier déplore que le conseil municipal ait pris sa décision sur la base de «prémisses erronées» quant au lien qui existerait entre les boissons sucrées et l'obésité. Aucune étude ne fait un lien entre l'obésité et un aliment en particulier. Ce qui fait engraisser, dit-il, c'est d'avoir un apport alimentaire supérieur à la dépense.

Le maire d'Amqui voit évidemment les choses autrement. La décision du conseil municipal a été prise à la demande du Comité d'action Matapédia en forme, en raison de l'effet néfaste des boissons énergisantes sur la santé, rappelle-t-il.

«Je trouve ça cavalier la façon dont on nous aborde; c'est une grosse organisation qui veut faire taire [ceux qui ont des opinions divergentes], ils osent prétendre qu'il y a juste leur discours qui est le bon, mais on a vu neiger», s'emporte le coloré maire à l'autre bout du fil, en précisant qu'il n'a «peur de rien». Si jamais l'image utilisée dans le journal devait amener une poursuite contre la Ville, celle-ci y fera face, mais ne changera pas sa position, assure-t-il.

Invitation à «faire pareil»

Gaëtan Ruest invite d'ailleurs «tous les maires et mairesses qui ont le courage, parce que ça en prend pour aller comme ça à contre-courant, à faire pareil», c'est-à-dire à bannir la vente de boissons énergisantes de leurs espaces récréatifs.

Au Québec, la Coalition Poids, qui regroupe plus de 150 partenaires, milite pour l'imposition d'une taxe sur les boissons gazeuses et énergisantes, comme ont commencé à le faire d'autres pays. Opposée, l'Association des embouteilleurs s'est inscrite au Registre des lobbyistes pour faire des représentations contre l'adoption d'une telle mesure. Martin-Pierre Pelletier était d'ailleurs présent au dernier congrès du Parti libéral en octobre.

Au Soleil, le porte-parole défend la transparence des embouteilleurs. Depuis quelques mois, le nombre de calories contenues dans leurs produits est affiché à l'avant des contenants. D'abord inscrit par portion, cet affichage vaut maintenant pour le contenant au complet, dit-il. Il ajoute que cette mention fera bientôt son apparition sur les boutons des machines distributrices et, à plus long terme, près des fontaines.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer