Côte-de-Beaupré: terres en voie d'être dézonées

La MRC de La Côte-de-Beaupré veut utiliser des... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

La MRC de La Côte-de-Beaupré veut utiliser des terres agricoles pour assurer le développement résidentiel durant les 15 prochaines années, notamment dans les secteurs de Boischatel et de L'Ange-Gardien.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

(Québec) La Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) a l'intention d'exclure 166 hectares de la zone agricole afin de permettre à la MRC de La Côte-de-Beaupré de construire des maisons pendant au moins 15 ans.

La MRC convoitait 190 hectares de terres agricoles, dont 51 déjà en culture, pour agrandir les périmètres urbains de six municipalités, soit Boischatel, L'Ange-Gardien, Château-Richer, Sainte-Anne-de-Beaupré, Saint-Joachim et Saint-Tite-des-Caps. Environ 1145 nouvelles résidences devaient y être construites, soit plus ou moins le quart de la demande anticipée pour les 15 prochaines années.

Dans une orientation préliminaire publiée le 17 novembre, la CPTAQ calcule que la MRC en aura assez de 166 hectares. De ce nombre, «moins de cinq [hectares] sont actuellement cultivés, mais ils s'inscrivent dans un contexte défavorable à une utilisation à des fins agricoles à long terme», peut-on lire dans le document.

Il s'agit en fait de la deuxième orientation préliminaire à être donnée dans le dossier, puisque la MRC a révisé à la baisse sa demande initiale déposée en août 2009 - qui visait 364 hectares de terres agricoles - après s'être entendue avec la branche locale de l'Union des producteurs agricoles (UPA) pour épargner les terres avec le meilleur potentiel. Le partenariat a été payant, puisque le premier avis limitait le dézonage à 107 hectares. L'Ange-Gardien et Château-Richer font notamment partie des municipalités qui ont amélioré leur situation.

En septembre, la MRC de La Côte-de-Beaupré a aussi obtenu le feu vert de la CPTAQ pour la construction potentielle de 316 résidences dans 88 îlots déstructurés occupant une superficie de 696,1 hectares en zone agricole. Ces terrains, jugés trop mal en point pour y faire de l'agriculture, sont promis à un développement de faible densité.

Le préfet de la MRC de La Côte-de-Beaupré et maire de L'Ange-Gardien, Pierre Lefrançois, se dit satisfait du travail de la CPTAQ et n'a pas l'intention de contester. «Ce qu'il faut retenir, c'est qu'il n'y a à peu près aucun impact négatif sur l'agriculture», insiste-t-il. Selon lui, l'exercice de planification du territoire entrepris sous sa gouverne a l'avantage de «clarifier ce qui est dans la zone agricole et ce qui ne l'est pas», tant pour les agriculteurs que les promoteurs immobiliers.

Craintes à la CMQ

La Communauté métropolitaine de Québec, qui s'est opposée aux deux demandes de dézonage en invoquant le manque de planification d'ensemble, craint toutefois l'ouverture de «nouveaux fronts d'urbanisation» dans l'Est.

M. Lefrançois réplique qu'il sait où il s'en va. «Le but recherché de notre démarche, c'est vraiment de donner une bonne vision de notre territoire, de bien le gérer et de bien le contrôler pour ne pas que ça parte d'un bord pis de l'autre.» Le préfet est confiant de pouvoir faire face à l'arrivée de nouveaux ménages bien au-delà de 2025. «Je pense qu'il va rester encore de la place», dit-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer