Des lacunes dans l'inspection des aliments importés

Des lacunes ont été observées dans le contrôle... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Des lacunes ont été observées dans le contrôle des aliments importés que l'on retrouve dans notre panier.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) La salubrité des aliments importés au Canada est loin d'être garantie, conclut une vérification effectuée par l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA), pourtant responsable des contrôles.

Alors que le gouvernement fédéral répète à qui veut l'entendre que les aliments importés doivent répondre à des normes sévères avant de se retrouver sur les tablettes des marchés d'alimentation, le portrait brossé par Peter Everson, dirigeant principal de la vérification à l'ACIA, permet d'en douter.

Dans un rapport publié cet été dans Internet, celui-ci conclut que «la gestion de la salubrité des aliments importés de l'ACIA comporte des lacunes, lesquelles se traduisent par de multiples secteurs présentant des risques d'exposition qui nécessitent des améliorations considérables relatives aux processus de gouvernance, de contrôle et de gestion des risques».

Cette opinion est basée sur plus de trois années d'enquête, qui ont permis de recenser et de détailler les «lacunes». Bases de données déficientes, plans d'échantillonnage incomplets, lieux d'expédition inconnus, équivalence de pays étrangers désuète, ressources humaines limitées... La liste est longue, très longue.

Manque de ressources

Le Syndicat de l'agriculture, qui représente les inspecteurs des aliments du fédéral, a attiré l'attention sur ce rapport jeudi. «Il s'agit d'une condamnation générale qui démontre bien que peu de choses ont été faites pour contrôler la salubrité des aliments importés. Nous sommes d'avis que c'est là une autre preuve du manque critique de ressources du système de contrôle de la salubrité des aliments», a déploré son président, Bob Kingston, dans un communiqué de presse diffusé en après-midi.

Dans sa réponse officielle, la direction de l'ACIA se défend en disant que les importations alimentaires sont en progression constante au Canada. Entre 1997 et 2006, leur valeur (corrigée en fonction de l'inflation) a bondi de 14,2 à 21,8 milliards $. Le nombre de pays d'où proviennent les denrées est également à la hausse. Il y en avait 193 en 2005.

«Les ingrédients proviennent de partout sur la planète, et les produits finis sont distribués à l'échelle planétaire, ce qui accroît l'ampleur et l'incidence des défaillances des systèmes de contrôle de la salubrité alimentaire», explique l'agence, qui reconnaît néanmoins «la nécessité de renforcer les systèmes de contrôle des aliments importés». Une enveloppe de 223 millions$ sur cinq ans doit permettre d'apporter des améliorations, dont une meilleure identification des importateurs, un suivi accru des produits et des normes particulières pour les pays d'origine à risque élevé.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer