L'UPA veut mettre le frein au dézonage agricole

Saint-Augustin cherche à agrandir son périmètre d'urbanisation en... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Saint-Augustin cherche à agrandir son périmètre d'urbanisation en obtenant le droit de construire sur des terres actuellement zonées agricoles.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Lasse de voir la ville empiéter sur la campagne, l'Union des producteurs agricoles (UPA) estime qu'il faut interdire tout dézonage agricole sur le territoire des communautés métropolitaines de Québec et de Montréal tant qu'elles ne posséderont pas de plan d'aménagement en bonne et due forme.

«Il faut s'assurer qu'on n'est pas en train, encore une fois, de faire payer aux terres agricoles un manque de planification et de concertation», a plaidé jeudi le président de l'UPA, Christian Lacasse, devant la commission parlementaire sur l'aménagement du territoire. La veille, le maire de Québec y réclamait justement plus de latitude pour freiner l'étalement urbain.

Parlant d'une «mesure temporaire et incitative», M. Lacasse a calculé que les régions métropolitaines avaient, de toute façon, suffisamment de terrains disponibles pour l'habitation pour combler leurs besoins démographiques pendant 10 à 15 ans. Pourtant, au cours des deux dernières années, la zone agricole de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) a été amputée de 1027 hectares, soit l'équivalent de presque 2000 terrains de football. À Montréal, 826 hectares de terres agricoles ont changé de vocation.

Délai à échéance

Le chef syndical a rappelé que le gouvernement du Québec avait déjà donné cinq ans aux régions métropolitaines afin qu'elles adoptent un schéma d'aménagement devant permettre le développement ordonné du territoire. C'était en... 2000. Et elles ne se sont pas exécutées. Il ne voit pas pourquoi les élus municipaux seraient soudainement motivés à rédiger un nouveau plan.

«Il ne faut pas être naïfs», a répété le président de l'UPA à plusieurs reprises, disant craindre une «course au dézonage» d'ici l'échéance de 2011 fixée par le gouvernement provincial. Il a donné l'exemple de la MRC de la Côte-de-Beaupré, qui demande à la Commission sur la protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) de transformer 300 hectares de terres agricoles en zones habitables.

Le ministre des Affaires municipales, Laurent Lessard, s'est montré sceptique par rapport à la proposition de l'UPA, affirmant que l'imposition de dates butoirs aux communautés métropolitaines serait suffisante. «Il y aura des plans métropolitains», a-t-il insisté sur un ton ferme.

En entrevue téléphonique au Soleil, jeudi, le conseiller municipal de Québec, François Picard, a plutôt approuvé l'initiative des agriculteurs. Le bras droit du maire de Québec croit qu'il est «pertinent qu'on ait une vision de tout le territoire plutôt que d'y aller à la pièce» et estime qu'un moratoire sur le dézonage agricole mettrait de la pression sur les villes et les MRC voisines pour adopter un plan métropolitain d'aménagement.

«Quand il ne restera plus de terrains, la pression va être assez forte qu'on va être obligés de faire un bout de chemin ensemble», dit-il, plaidant pour une densification qui fait peur à plusieurs municipalités de

la couronne.

Actuellement, la Ville de Québec demande le dézonage des anciens terrains de la ferme SMA à Beauport pour les transformer en parc industriel pour les entreprises de haute technologie. Saint-Augustin cherche aussi à agrandir son périmètre d'urbanisation.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer