Le procès de Gastem contre Ristigouche-Sud-Est s'amorce

C'est ce site, que la municipalité de Ristigouche-Partie-Sud-Est... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

C'est ce site, que la municipalité de Ristigouche-Partie-Sud-Est veut protéger, qui est à l'origine de la poursuite de Gastem.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Gilles Gagné</p>
Gilles Gagné
Le Soleil

(Carleton) Le procès opposant la municipalité de Ristigouche-Sud-Est à la firme d'exploration d'hydrocarbures Gastem a débuté mardi matin au palais de justice de New Carlisle. La compagnie tente d'obtenir une somme de 1,5 million$ parce qu'elle blâme la municipalité de 167 habitants d'avoir nui à sa campagne d'exploration en adoptant un règlement sur la protection de ses sources d'eau potable.

Gastem n'a jamais contesté le règlement en cour, mais seulement les conséquences présumées de ce règlement. La municipalité a fait appel à l'appui du public pour payer sa défense, et elle avait amassé mardi 279 795$, soit 85% de l'objectif de 328 000$. L'indemnité réclamée par Gastem représente cinq fois et demie le budget annuel du village. Le procès devrait durer 10 jours ouvrables, donc jusqu'au 18 septembre.

Manon Massé, députée de Québec solidaire pour la circonscription de Sainte-Marie-Saint-Jacques, s'est rendue au palais de justice de New Carlisle pour la première journée du procès. Elle a dénoncé l'appui donné aux compagnies pétrolières par les gouvernements Couillard, Marois et Charest depuis une dizaine d'années.

«Quand on regarde en matière de développement d'hydrocarbures, globalement, on voit des ponts entre l'industrie pétrolière et les hauts dirigeants de la charge de l'État. M. Savoie (Raymond, président de Gastem) était ministre des Mines à une certaine époque pour le gouvernement libéral. Ça commence à faire du monde pas mal proche. Ce sont des compagnies de papier qui ne survivraient pas si elles n'avaient pas l'appui de l'État. On l'a vu dernièrement pour Junex avec les compensations versées dans le dossier d'Anticosti. Sans soutien de l'État, Pétrolia ne pourrait emprunter 100$ à une banque», avance Mme Massé.

Elle tenait à cette présence au début du procès en guise d'appui aux citoyens du village. «Je pense que ce que vit Ristigouche Sud Est, c'est imposant et important. À Québec solidaire, notre solidarité est là depuis le début, depuis le jour 1. Je voulais, au nom de mon parti, montrer que nous sommes avec eux et que nous sommes très contents que ça commence. Ça fait quatre ans et demi qu'il y a cette épée de Damoclès sur leur tête et qu'ils ont le défi d'assurer leur défense. Ça ne pouvait durer indéfiniment. Nous voulons dire à la région que ce procès a une importance capitale et qu'ils ne sont pas seuls. La jurisprudence qui sera établie lors du procès aura des conséquences partout au Québec», affirme Mme Massé.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer