Groupe Sinisco ajoute le design à son arc

Après 10 ans à la tête du Groupe... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Après 10 ans à la tête du Groupe Sinisco, Christine Dufour rêve encore d'expansion.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Groupe Sinisco s'agrandit, ajoutant une nouvelle division de design d'intérieur à celles de la construction, du nettoyage après sinistre, de l'entretien des systèmes de ventilation.

«Au fil des ans, avec notre division dans la construction, nous avons effectué beaucoup de travaux après sinistres. Nous avions des allocations pour les clients qui devaient magasiner les produits. Parfois, les clients choisissaient de faire effectuer des rénovations dans l'esprit du ''tant qu'à y être''», expose Christine Dufour, pdg de Sinisco depuis 2007.

Mais, les gens n'avaient pas toujours le temps de magasiner. Il fallait faire livrer, puis demander aux employés de Sinisco de faire le boulot. «Ce n'était pas toujours évident ni aussi efficace. Il fallait une solution dans la ligne de nos valeurs d'entreprises», raconte Mme Dufour.

La solution est apparue au fil de rencontres et de discussions avec la designer Stéphanie Roberge. Pourquoi ne pas créer une division autonome de manière à ce que l'entreprise puisse offrir des services après sinistre de A à Z, la reconstruction comme la rénovation?

Ainsi, depuis un mois Authentique Design a pignon sur rue au coin de Maguire et du chemin Saint-Louis. Non seulement l'équipe en place peut-elle répondre aux consommateurs qui veulent remettre la maison au goût du jour après le sinistre, mais aussi à tous les clients qui souhaitent entreprendre des rénovations.

L'esprit de famille

Pourquoi ne pas avoir utilisé un contrat de service ou créé une franchise? «Nous avions déjà des ententes, mais l'idée est de prendre le travail en charge pour faciliter la vie des clients», continue Mme Dufour. 

Pour celle qui a pris la succession de l'entreprise fondée par son père, Clément, il faut beaucoup de compassion envers les gens qui ont subi un sinistre. Cela fait partie des valeurs de la compagnie, comme la franchise, l'honnêteté, la transparence et la fierté.

Les franchises ont été abandonnées entre 1990 et 2000. «Mon père a été le premier à créer des franchises pour le nettoyage après sinistre. Nous avions 30 succursales. Quelque chose clochait dans cette aventure. La mission et les valeurs de l'entreprise de mon père en souffraient», confie la jeune femme d'affaires.

Elle rappelle qu'une franchise, c'est la place d'affaires du franchisé. C'est son affaire, son boulot avec le nom d'un groupe. Aujourd'hui, la compagnie qui souligne ses 40 ans compte 17 succursales, dont une au Nouveau-Brunswick, une seule en franchise, et trois divisions autonomes.

«Mon père a fondé une entreprise familiale. En rachetant des franchises et en annulant le contrat des autres, il voulait revenir aux valeurs de base de l'entreprise. Nos directeurs de divisions et de succursales, ils font partie de la famille. L'esprit de famille, ce n'est pas toujours simple à maintenir, mais c'est dans l'apprentissage du respect des employés que la fierté se vit», estime Mme Dufour, pour qui le travail bien fait est inhérent à la notoriété de l'entreprise.

Cette notoriété s'est bâtie pas à pas auprès des sinistrés, mais surtout auprès des compagnies d'assurances, qui ont besoin des entreprises capables de gérer la situation. 

«Je n'ai pas peur de sortir d'un véhicule Sinisco n'importe où, avoue Christine Dufour. Je ne me ferai pas tirer de roches. Au contraire, les gens nous abordent et nous remercient pour le travail professionnel qu'on a fait chez eux. C'est ce qui confirme que nos valeurs transpirent dans notre travail», conclut-elle.

Un pas hors Québec

Après 10 ans à la tête du Groupe Sinisco, la jeune entrepreneure Christine Dufour rêve encore d'expansion pour amener l'entreprise quelques pas plus loin.

«Ce ne sera pas de l'expansion à tout prix, affirme-t-elle, mais une croissance contrôlée. Jamais nous n'avons ouvert une nouvelle division ou une succursale sans nous être assuré que tout fonctionnerait correctement et que la rentabilité soit au rendez-vous. Nous ne précipitons rien et nous respectons notre modèle d'affaires.»

Elle croit pouvoir continuer de croître sur le territoire du Québec tout en songeant à une expansion dans d'autres provinces. Par contre, elle envisage une expansion par acquisition aux États-Unis ou en Europe. Les États-Unis semblent une voie plus probable malgré les différences, tant dans les lois qu'avec le fonctionnement des compagnies d'assurances.

«Mon rêve n'est pas d'envahir la planète ou de la transformer. La croissance à tout prix, je n'y crois pas. Non, répète-t-elle. L'expansion servira à acquérir de nouvelles expertises, de nouvelles manières de travailler dans le domaine que nous maîtrisons. Chose certaine, les démarches en cours nous amènent hors Québec.»

L'arrivée de la compétition d'une entreprise basée hors Québec comme Paul Davis ne l'inquiète pas. Son rêve, elle le répète, sera de porter le Groupe Sinisco vers d'autres horizons en continuant de respecter le modèle corporatif qui a fait son succès, le tout avec prudence et discernement, souligne-t-elle avec fermeté.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer