Industrie du bois: la recette de l'Allemagne et de l'Autriche

BOCA est un organisme qui a pour mission... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

BOCA est un organisme qui a pour mission d'aider les entreprises manufacturières du secteur de la transformation du bois de Chaudière-Appalaches à être plus compétitives.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Souhaitant améliorer leur performance et se comparer aux autres joueurs du marché, 25 dirigeants d'entreprises de transformation du bois de Chaudière-Appalaches ont dernièrement fait escale en Allemagne et en Autriche.

La délégation s'est envolée le 16 mai dernier et les participants ont visité des usines, des foires commerciales et des édifices en bois. L'objectif n'était pas de décrocher de nouveaux contrats, mais bien de jauger la compétition, de développer des partenariats d'affaires et de dénicher au passage quelques nouvelles technologies. 

À la suite de ce voyage, comme bilan, les compagnies de la région tirent-elles de la patte, notamment lorsqu'on parle de l'industrie 4.0, la quatrième révolution industrielle? 

«Non, je ne suis pas d'accord. Certaines entreprises accusent un retard, mais d'autres sont des leaders mondiaux dans l'intégration des technologies, comme Bois de plancher PG, Boa-Franc et Teknion», indique Tommy Gagnon, président d'AutomaTech Robotik et vice-président de BOCA. Il s'agit d'un organisme qui a comme mission d'aider les entreprises manufacturières du secteur de la transformation du bois de Chaudière-Appalaches à être plus compétitives sur les marchés locaux et internationaux. BOCA était d'ailleurs responsable de cette mission technologique, réalisée avec la collaboration du gouvernement du Québec.

Selon M. Gagnon, sa région pourrait devenir un leader technologique dans ce domaine d'affaires. «La porte est ouverte», avance-t-il. D'ailleurs, plusieurs entreprises devront investir d'importantes sommes au cours des prochaines années afin de moderniser leurs équipements. Rappelons notamment que l'industrie des maisons usinées et préfabriquées vise exporter pour 3 milliards $ de leurs produits en 2030. 

«L'Allemagne est le pays qui a lancé l'industrie 4.0 et c'est à cet endroit qu'il y a la plus importante foire au monde pour la transformation du bois. Elle se nomme Ligna. Pour l'Autriche, c'est un pays de 9 millions de personnes qui possèdent un fort historique pour la transformation du bois. On voulait voir comment les gens travaillent», explique l'homme d'affaires, pour justifier le choix des destinations. «On veut aider les entreprises manufacturières à augmenter leur capacité et leur productivité pour qu'ils puissent atteindre leur objectif», poursuit-il.

Pour M. Gagnon, il est important dans tout domaine d'affaires de se comparer pour mieux cerner ses forces et ses faiblesses. «Ce qu'on s'est rendu compte, c'est que les entreprises de taille similaire à ceux de la région ne sont pas si avancées par rapport à ici», note-t-il. «Et que c'est beaucoup plus facile de produire en Europe, où les pièces sont plus standards, qu'en Amérique du Nord. Ici, nous avons un très haut mix de productions, ce qui fait que l'intégration des technologies est plus difficile à effectuer. Malgré tout, plusieurs sont aujourd'hui des leaders mondiaux», ajoute-t-il. Ce dernier estime que les entreprises de la région doivent continuer d'investir des billets verts «pour augmenter leurs parts de marchés» et «prendre de l'avance sur leurs rivaux à l'international».




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer