La Banque du Canada maintient son taux directeur à 0,5 %

Plusieurs économistes ont noté que le ton employé... (AFP, Geoff Robins)

Agrandir

Plusieurs économistes ont noté que le ton employé par la Banque du Canada dans son bref communiqué était un peu plus optimiste que ce à quoi ils s'attendaient.

AFP, Geoff Robins

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Andy Blatchford
La Presse Canadienne
Ottawa

Des incertitudes continuent de porter ombrage à la performance de l'économie canadienne depuis le début de l'année, a indiqué mercredi la Banque du Canada en annonçant qu'elle maintenait son taux d'intérêt directeur à 0,5 %.

Dans les explications accompagnant sa plus récente décision, la banque centrale a évoqué la faiblesse de la croissance des salaires et de l'inflation sous-jacente pour faire valoir que l'économie pouvait encore s'améliorer.

Mais la Banque du Canada n'a pas manqué de souligner les points forts de l'économie depuis le début de l'année, notamment en ce qui a trait au marché du travail, aux dépenses des consommateurs et au marché immobilier. Dans sa déclaration de mercredi, la banque a même ajouté les investissements des entreprises à cette liste.

«Les données économiques récentes sont encourageantes, a indiqué la banque. Les dépenses de consommation et le secteur du logement demeurent robustes dans un contexte d'amélioration du marché du travail, ce qui s'observe de plus en plus dans les régions.»

Marché immobilier 

La déclaration de la banque centrale a aussi noté que les récentes mesures gouvernementales destinées au marché immobilier pouvaient avoir contribué aux meilleures perspectives de l'endettement des ménages, mais que ces règles n'avaient pas encore eu pour effet «de ralentir de façon notable les marchés du logement».

Plusieurs économistes ont noté par la suite que le ton employé par la banque dans son bref communiqué était un peu plus optimiste que ce à quoi ils s'attendaient.

«Un message clair est intégré à ces 300 mots et il dit que la Banque du Canada n'est pas effrayée par le marché du logement ou par les discussions commerciales à venir (avec les États-Unis)», a estimé Frances Donald, économiste principale pour Gestion d'actifs Manuvie.

«Ils maintiennent le cap, ont bon espoir par rapport à la voie de la croissance et ne sont pas inquiétés par la récente décélération de l'inflation.»

Mme Donald a estimé que la déclaration agissait en genre de «substitut» avant la décision sur les taux que la Banque du Canada doit prendre en juillet, laquelle sera accompagnée d'une mise à jour de ses prévisions. Selon elle, il était probablement trop difficile pour la banque de résumer ses idées nuancées dans son communiqué de mercredi au sujet des problématiques complexes auxquelles le Canada a été confronté ces quelques derniers mois.

Les politiques américaines

La grande majorité des analystes s'attendaient à ce que le gouverneur de la banque centrale, Stephen Poloz, garde son taux directeur inchangé pour une 15e décision consécutive - surtout parce que plusieurs éléments inconnus identifiés par le passé par la banque sont toujours présents, notamment en ce qui a trait aux politiques américaines en matière de commerce et d'imposition.

«Les incertitudes soulignées dans le rapport sur la politique monétaire d'avril continuent à brouiller les perspectives des économies mondiale et canadienne», a écrit la banque, sans faire de référence précise aux politiques du plus grand partenaire commercial du Canada.

Malgré tout, Jimmy Jean, un économiste principal chez Desjardins, a écrit dans une note à ses clients que la banque semblait étonnamment moins inquiète par les développements au sud de la frontière.

«M. Poloz semblait rassuré par ce qu'il a entendu lors de sa rencontre avec (le secrétaire américain au Trésor Steven) Mnuchin lors de la rencontre du G7», a écrit M. Jean.

«Peut-être a-t-il obtenu de l'information privilégiée? Dans tous les cas, la déclaration va dans le sens d'une révision de la trajectoire de la politique monétaire au Canada.»

La banque a aussi prédit que la «très forte croissance» observée dans les trois premiers mois de l'année ralentirait au deuxième trimestre, même si elle croit que l'économie américaine va rebondir.

Au sujet de l'inflation de base, la banque a noté que les récentes lectures des trois indices qui lui sont consacrés sont restées inférieures à sa cible idéale de 2,0 %. Cela signifie que toute l'économie a toujours du rattrapage à faire avec le récent élan.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer