Seulement une première salve!

Des droits antidumping tomberont sur l'industrie du bois... (Archives, La Presse)

Agrandir

Des droits antidumping tomberont sur l'industrie du bois d'oeuvre canadien le 23 juin.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Seulement une première salve. Aux «droits compensateurs» tout juste imposés par Washington à l'industrie canadienne du bois d'oeuvre s'ajouteront des «droits antidumping» le 23 juin.

Les ministres québécois Luc Blanchette et Dominique Anglade l'ont rappelé mardi. Une façon pour eux d'interpeller à nouveau le gouvernement canadien. Ils le pressent, une énième fois, de contribuer à la protection de l'industrie du bois de construction.

M. Blanchette implore Ottawa de bouger rapidement. «À court terme», a-t-il dit.

La ministre de l'Économie, Dominique Anglade, a annoncé que le gouvernement du Québec élargit et réoriente un programme existant (le programme Essor) afin d'aider les 178 entreprises qui seront affectées par la décision de Washington. Pour l'heure, Québec prévoit mettre à leur disposition jusqu'à 300 millions$ sous forme de prêts et de garanties de prêts.

Le Département du commerce américain a annoncé l'imposition d'une surtaxe de 12,82% pour Produits forestiers Résolu - qui entre en vigueur cette semaine - et de 19,88% pour toutes les autres entreprises québécoises avec un effet rétroactif de 90 jours.

Le gouvernement fédéral a indiqué vouloir s'en tenir à ses programmes déjà en place. Luc Blanchette, responsable des forêts québécoises, se dit néanmoins persuadé qu'il en fera davantage.

Il aurait souhaité qu'Ottawa ait déjà préparé des mesures spécifiques de soutien, ce qui n'est pas le cas.

Accélération

La décision de Washington maintenant connue, les discussions s'accélèrent entre les capitales provinciales et Ottawa. Une conférence téléphonique a réuni en fin d'après-midi mardi les premiers ministres Justin Trudeau, Philippe Couillard et ceux d'une majorité de provinces.

M. Trudeau ne s'est pas engagé concrètement à quoi que ce soit, mais il a réitéré à ses homologues des provinces que son gouvernement appuie l'industrie du bois d'oeuvre, ainsi que le «secteur laitier».

Mercredi, M. Couillard parlera par téléphone de ces mêmes dossiers brûlants à ses vis-à-vis de l'Ontario et du Nouveau-Brunswick.

Alors qu'il était interrogé à l'Assemblée nationale par le péquiste Jean-François Lisée sur un tout autre sujet - sur l'enquête de l'UPAC concernant l'ex-premier ministre libéral Jean Charest - Philippe Couillard s'est déclaré «fier» d'être déjà «aux côtés» des travailleurs de l'industrie du bois d'oeuvre et de leurs familles.

Le péquiste Nicolas Marceau déplore qu'Ottawa soit «absent» et ne «défende pas» les intérêts du Québec. La faute au gouvernement Couillard qui est «faible et mollasson», a-t-il assené.

En novembre

En novembre prochain, le Département du commerce américain officialisera les droits compensateurs qu'il vient d'annoncer et les droits anti­dumping qui tomberont en juin sur l'industrie.

Ce n'est qu'une fois qu'ils seront officialisés qu'Ottawa, les provinces et l'industrie pourront intenter des recours devant l'Organisation mondiale du commerce et auprès des instances ad hoc de l'Accord de libre-échange nord-américain - que le président Donald Trump veut par ailleurs renégocier.

Personne ne s'attend sérieusement à ce qu'une entente négociée intervienne sur le bois d'oeuvre entre les gouvernements canadien et américain. L'ex-ambassadeur canadien à Washington, Raymond Chrétien, recruté par Québec, veut toutefois y croire. Donald Trump est un «dealmaker», d'après lui.

Le secteur du bois d'oeuvre fournit de l'emploi à quelque 60 000 personnes au Québec.

Les droits compensateurs en trois questions

Trois questions à Luc Bouthillier, professeur titulaire au Département des sciences du bois et de la forêt à l'Université Laval

Q Comment doit-on percevoir les droits compensateur de 19,88 % demandé par les États-Unis sur les exportations de bois d'oeuvre?

R Il s'agit d'une mauvaise nouvelle pour l'industrie. On le voyait venir depuis le mois de novembre. Moi, ce que j'entrevoyais, c'est que par un droit compensateur, on tenterait d'enlever l'avantage du taux de change. Ce qui aurait voulu dire un droit de 30 %. Nous sommes présentement à 20 %. 

Q Quelles sont les options pour le Canada?

R Le contexte est bien différent de 2006, lors de la quatrième guerre du bois d'oeuvre. Dans le cadre de l'accord de 2006, le marché n'allait pas bien, la bulle immobilière avait éclaté. Nous avions moins besoin de bois. Les prix n'étaient pas bons et le dollar canadien était pratiquement au pair avec le dollar américain. Là, peut-être que le mot guerre va prendre tout son sens. C'est peut-être l'occasion pour le Canada de jouer à fond la carte juridique. Vous nous accusez de pratique déloyale, car nous avons accès à une forêt publique depuis 1982? Il faudrait peut-être aller au bout du processus juridique que l'ALENA permet. Et s'il le faut, nous irons à l'organisation mondiale du commerce. Cela nous permettrait de récupérer les droits. En 2006, nous avons laissé 1 milliard $ entre les mains des Américains.

Q Est-ce que le fait d'imposer des droits compensateurs est une bonne nouvelle pour le consommateur, car il pourrait se créer une guerre des prix au Canada pour écouler les surplus de marchandises et certaines entreprises pourraient décider d'augmenter leurs parts de marché?

R Non, pas vraiment. Le marché domestique est la portion congrue. Les gens les plus en danger, ce sont eux dans les usines. Les compagnies vont essayer de ne pas accumuler de gros inventaires. De toute manière, les entreprises vont continuer à vendre sur le marché américain, car ils ont besoin de ce bois-là. C'est l'ironie de l'affaire. Les Américains ne sont pas autosuffisants en bois d'oeuvre en particulier lorsque le marché de la construction va bien.  Jean-Michel Genois Gagnon




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer