Gare à l'euphorie du cannabis

Au cours des derniers mois, les actions de... (AFP, Lars Hagberg)

Agrandir

Au cours des derniers mois, les actions de certaines sociétés canadiennes spécialisées dans la culture de cannabis médicinal ont gagné de nouveaux adeptes sur le marché boursier.

AFP, Lars Hagberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Ne vous ruez pas dans les actions de la marijuana, préviennent des experts des finances.

Jeudi, après plusieurs mois de spéculation, le gouvernement fédéral, tel que promis, a officiellement déposé à Ottawa son projet de loi sur la légalisation du cannabis. Ce dernier sera accessible aux personnes de 18 ans et plus.

Au cours des derniers mois, les actions de certaines sociétés canadiennes spécialisées dans la culture de cannabis médicinal ont gagné de nouveaux adeptes sur le marché boursier.

Jeudi, l'action de Canopy Growth (TSX: WEED) a chuté de 3,69 % à la Bourse de Toronto, pour terminer à 9,93 $. Le producteur Aurora Cannabis (TSXV: ACB) a également vu son action décroître de 6,91 %, pour atteindre 2,83 $. Quant à Aphria (TSX: APH), qui oeuvre dans le même secteur d'affaires, l'action a baissé de 65 ¢, pour clôturer à 7,21 $. Les titres ont d'ailleurs figuré parmi les plus consultés durant la journée sur le site de la Bourse de Toronto.

«Les gens doivent être très, très, très prudents. On s'est justement fait poser la question par l'un de nos clients cette semaine. Lorsqu'on a regardé l'entreprise Canopy Growth, elle a une valeur boursière de 1,64 milliard $. Essentiellement, elle n'a pratiquement pas de ventes. On parle pour le dernier trimestre de 10 millions $», avance au Soleil Pierre-Olivier Langevin, gestionnaire chez Medici.

«Il n'y a rien qui justifie l'évaluation de cette entreprise. Le marché n'existe pas encore. Il faut qu'il y ait une industrie légitime qui se forme pour comprendre les règles du jeu. [...] Il y a beaucoup de choses qui doivent arriver avant de pouvoir dire que cette compagnie vaut vraiment 1,64 milliard $», prévient-il. «Lorsque les gens achètent des actions qui ne sont pas basées sur la valeur de l'entreprise, mais plutôt sur des nouvelles, on tombe dans la spéculation et non l'investissement. Il y a un danger. Il y a un risque», poursuit-il, rappelant le cas de Nortel, qui avait été surévalué. L'entreprise a finalement fait faillite.

Pour l'heure, certaines études avancent que le marché québécois du cannabis récréatif - ne tenant pas compte de la marijuana servant à des fins médicales - est évalué à environ 1,3 milliard $. Au cours des dix ans suivant une légalisation, sa valeur pourrait grimper jusqu'à 3,2 milliards$, selon une étude de l'Institut de recherche et d'informations socioéconomiques (IRIS). Pour le secteur alimentaire, selon la firme Deloitte, le marché du cannabis pourrait générer plus  de 22 milliards $ au Canada.

Investir dans un fonds

Du côté de la firme Pratte gestion de portefeuilles, on suggère également aux investisseurs de se montrer très prudent. On conseille à une personne désirant investir des billets verts dans ce marché de songer au fonds négocié en Bourse Horizons Medical Marijuana Life Sciences ETF [HMMJ] - qui a vu le jour au début du mois d'avril - afin d'atténuer les risques sur le portefeuille.

Ce fonds regroupe 16 entreprises qui exercent principalement leurs activités dans l'industrie de la marijuana, notamment dans le domaine biopharmaceutique, la fabrication médicale ou la distribution. L'action se transigeait à 10,89 $, jeudi, en baisse de 43 ¢.  

«La marijuana, c'est un marché embryonnaire avec énormément de potentiel à long terme», avance Philippe Pratte, président, chef des investissements et gestionnaire chez Pratte gestion de portefeuilles. «Un jeune de 20 ans qui n'a rien à perdre, pourquoi pas. Un adulte de 50 ans à la retraite, je le conseille moins. Cela dépend vraiment du profil de l'investisseur», ajoute-t-il, notant que les opportunités sont difficiles à déceler. «Avec le HMMJ, cela permet de distribuer le risque à travers plusieurs sociétés».

Selon la firme Cote 100 de Saint-Bruno-de-Montarville, les investisseurs doivent également être prudents avec ces compagnies.

«C'est dangereux. Il y a de l'euphorie. C'est difficile de justifier une évaluation comme Canopy. Elle est surévaluée, comme pour plusieurs autres titres dans ce secteur. Il y a un marché. Il y a du potentiel, mais pour le moment, nous avons des doutes. Il faut faire attention», affirme pour sa part Marc L'Ecuyer, gestionnaire de portefeuille.




À lire aussi

  • Brigitte Breton | Prêt pas prêt, j'y vais

    Éditoriaux

    Prêt pas prêt, j'y vais

    Le taux de consommation de cannabis chez les jeunes est plus élevé au Canada que dans tout autre pays du monde, soulignaient jeudi les ministres du... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer