Revenu disponible et PIB par habitant: sombre diagnostic pour les Québécois

Les Québécois nés pour un petit pain? La province est bonne dernière au pays en... (123RF/Robert Hyrons)

Agrandir

123RF/Robert Hyrons

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les Québécois nés pour un petit pain? La province est bonne dernière au pays en matière de revenu disponible. Elle est aussi en queue de peloton pour le produit intérieur brut (PIB) par habitant. Et quant au coût de la vie plus faible, cet avantage fond comme neige au soleil.

Mercredi, HEC Montréal a dévoilé son huitième rapport intitulé Productivité et prospérité au Québec 2016. Et ce bilan est loin d'être rose pour la province. 

En moyenne, un Québécois dispose annuellement de 26 857 $ dans son portefeuille pour consommer ou épargner, soit 4123 $ de moins qu'un Ontarien. L'écart passe à 13 847 $ par habitant lorsqu'on compare le Québec à l'Alberta, qui occupe le premier rang, révèle le rapport d'une quarantaine de pages.

Pour le PIB par habitant, le niveau de vie du Québec de 46 126 $ n'a rien pour faire rougir les autres provinces. Seuls le Nouveau-Brunswick (43 818 $), la Nouvelle-Écosse (42 640 $) et l'Île-du-Prince-Édouard (42 157 $) affichent des résultats inférieurs. L'Alberta trône toujours au sommet avec un PIB par habitant de 78 100 $. À titre de comparaison, pour le Canada, il est de 55 400 $. 

Par ailleurs, depuis 1981, le niveau de vie des Québécois ne cesse de décroître contrairement à celui de nos voisins du sud. «Le niveau de vie des États-Unis est désormais 53 % plus élevé que celui du Québec alors qu'au début des années 80, l'avance des États-Unis était deux fois moins importante», note Robert Gagné, directeur du Centre sur la productivité et la prospérité et professeur de HEC. 

Si on compare le niveau de vie du Québec, qui progresse annuellement en moyenne de 1,18 %, au reste du Canada, la province a également perdu beaucoup de plumes en 34 ans. 

«Désormais, l'écart qui sépare le Québec du bas du classement n'est plus que de 9 % [...]. En 1981, le Québec détenait une avance trois fois plus importante», s'inquiète M. Gagné. Ce dernier ajoute que pendant cette même période temps, en Corée du Sud, le niveau de vie a grimpé en moyenne 5,62 % par année pour réduire son écart à 6 % avec la province. Il était de 78 % en 1981. 

Si la tendance se maintient, la Corée du Sud pourrait doubler Québec au cours des prochaines années. En 2015, son PIB par habitant était de 43 328 $, soit 2798 $ de moins que la province. 

Selon le professeur de HEC Mont­réal, les récessions des années 80 et 90 ont «laissé des cicatrices profondes» dans le bilan économique du Québec. 

«La baisse de l'activité économique liée à la récession du début des années 80 a d'abord été plus importante au Québec qu'elle ne l'a été en moyenne à l'OCDE. La reprise n'ayant pas été vigoureuse en sortie de crise, le Québec a alors cumulé un premier retard», écrit-il dans son rapport. «La province a par la suite été plus durement et plus longuement touchée par la récession des années 90. La croissance économique en sortie de récession n'ayant pas été particulièrement rapide, le Québec n'a pas été en mesure de combler le retard cumulé durant la récession», poursuit-il.

Trois facteurs en cause

Trois facteurs expliquent cette faible croissance au cours des dernières décennies, selon M. Gagné. Québec a enregistré la plus faible augmentation de la productivité du travail à travers le pays, la baisse de l'intensité du travail, soit du nombre d'heures travaillées en moyenne et le taux d'emploi.

Quant à l'avantage du faible coût de la vie que les Québécois détenaient sur le reste du Canada, cette situation tend à disparaître depuis le début des années 2000. 

«Selon la mesure du panier de consommation, un ménage québécois débourserait entre 1443 $ (Manitoba) et 4606 $ (Alberta) de moins que dans les autres provinces canadiennes pour se procurer des biens et services en quantité et en qualité similaires. Autrement dit, le coût de la vie serait jusqu'à 14 % moins élevé au Québec», affirme M. Gagné. Toutefois, «les prix ont progressé plus rapidement au Québec que dans les autres provinces canadiennes. Si la tendance se maintient, le coût de la vie au Québec sera bientôt à parité avec celui de l'Ontario», ajoute-t-il.

Entre 2002 et 2014, l'écart du panier entre l'Ontario et le Québec a diminué de 7 %.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer